Changer d'édition

La tension monte au sein d'Eurofoil
Économie 2 min. 27.04.2021

La tension monte au sein d'Eurofoil

L'activité ne manque pas mais l'actionnaire veut drastiquement réduire les coûts du site de Dudelange. Une grève pourrait avoir lieu le 6 mai prochain.

La tension monte au sein d'Eurofoil

L'activité ne manque pas mais l'actionnaire veut drastiquement réduire les coûts du site de Dudelange. Une grève pourrait avoir lieu le 6 mai prochain.
Photo : dpa
Économie 2 min. 27.04.2021

La tension monte au sein d'Eurofoil

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A la veille d'une nouvelle réunion entre partenaires sociaux à l'Office national de conciliation, les 240 ouvriers de l'usine de Dudelange sont invités à voter sur un mouvement de grève. En cause : la volonté des actionnaires de revoir à la baisse les conditions d'embauche.

Eurofoil va bien, merci. En tout cas si l'on se penche sur son carnet de commandes. Le site de Dudelange, spécialisé dans la production d’aluminium destiné à l'emballage alimentaire (Tetra Pak notamment), tourne 24/7. Et la crise a même accentué la demande. Pourtant voilà des mois que le torchon brûle entre les 240 salariés et le représentant de l'actionnaire américain, propriétaire de l'usine. «IAC veut balayer l'ancienne convention collective pour en imposer une qui organiserait les personnels en deux classes», constate ainsi Patrick Freichel, secrétaire central OGBL.


En faisant l'acquisition de 7 usines sidérurgiques cet été, Liberty Steel est devenu le 10e producteur mondial d'acier.
Le site Liberty de Dudelange pourrait changer de mains
L'usine de galvanisation luxembourgeoise va peut-être servir de monnaie d'échange pour tenter d'éponger une partie des dettes du groupe GFG Alliance qui l'avait rachetée en 2019.

Ainsi, d'un côté, les anciens employés conserveraient leur statut, leur niveau de rémunération et les droits acquis. De l'autre, les nouveaux embauchés qui se verraient proposer des contrats aux minima légaux «avec juste quelques miettes en plus». 

Mais la crainte pour les effectifs et le syndicat majoritaire, c'est qu'à terme la direction fasse le choix de se séparer des «anciens» au tarif horaire beaucoup plus élevé. «Une casse sociale» dénoncée depuis fin 2020 et qui a déjà valu la tenue de deux piquets de protestation sur la zone industrielle Riedgen, en février et octobre dernier.

Depuis ni l'entrevue avec la direction, ni la rencontre avec le représentant de l'actionnaire, Mario Vagli, n'ont fait baisser la tension. Pas même une première rencontre autour de la table de l'Office national de conciliation. Ce 28 avril, l'organisme sera à nouveau ouvert au dialogue pour les partenaires sociaux. Mais l'OGBL ne s'attend guère à un changement de position : «Ils restent sur une ligne de réduction massive des coûts de production en voulant taper dans la masse salariale. C'est une casse en règle du modèle social luxembourgeois comme on n'en veut pas». Et que certainement le ministre du Travail, le socialiste Dan Kersch n'approuve guère non plus.

Aussi, choix a été fait de solliciter l'avis des employés sur une possible grève des installations. «Arrêt total!», martèle-t-on du côté syndical, fort de l'appui de nombreux salariés d'Eurofoil. «Bien entendu que c'est un acte fort, rare même. Mais on a rarement vu un dialogue aussi impossible à mettre en oeuvre. L'intérêt de l'actionnaire étant diamétralement opposé à celui de ceux qui assurent le bon fonctionnement de l'entreprise.»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'usine ArcelorMittal de Rodange doit servir d'exemple
D'ici à 2023, le site de production du géant de l'acier devrait être équipé d'une unité de production de biogaz destinée à réduire de 25% la consommation de gaz naturel. Un projet pensé pour jouer un rôle de «démonstrateur industriel», selon le ministère de l'Energie.
L'Etat s'explique sur son désengagement de Paul Wurth
Si le montant de la vente au groupe SMS des actions détenues par l'Etat luxembourgeois reste secret, les ministères de l'Economie et des Finances assurent que la transaction ne fait peser aucun risque aux employés de la firme sidérurgique.
05.06.09 Paul Wurth,Gebaeude,rue d alsace . Foto:Gerry Huberty
Ceratizit passe à 100% sous pavillon autrichien
A compter du 1er mars, l'entreprise spécialisée dans la production d'outils de coupe et de métaux durs fera intégralement partie du groupe Plansee, leader mondial du secteur. Une annonce survenue mercredi qui suscite déjà certaines inquiétudes.
Wi , Ceratizit , Mamer , Serie Hidden Champions , Industrie in Luxemburg , Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort