Changer d'édition

La stratégie autour de l'IA se met en place
Économie 2 min. 25.10.2019

La stratégie autour de l'IA se met en place

Le ministre Pierre Gramegna, le directeur général de la CSSF Claude Marx et le directeur du SnT Björn Ottersten

La stratégie autour de l'IA se met en place

Le ministre Pierre Gramegna, le directeur général de la CSSF Claude Marx et le directeur du SnT Björn Ottersten
Photo: Gerry Huberty
Économie 2 min. 25.10.2019

La stratégie autour de l'IA se met en place

Deux acteurs de la Place ont signé un nouvel accord de partenariat qui doit faire du Luxembourg un centre européen de compétences et d'innovation en matière d'intelligence artificielle (IA) appliquée au service de la finance.

(LW) - Lors de son discours sur l'état de la Nation du 8 octobre dernier, le Premier Ministre Xavier Bettel (DP) avait insisté sur l'importance des nouvelles technologies. «L'histoire nous apprend que tous les progrès sont aussi dus à l'innovation, au développement, à la technologie et au développement industriel» avait-il martelé.  

Dans cette optique, la coalition DP-Déi Gréng-LSAP prévoit d'ailleurs que d'ici 2023 il est prévu d'investir «trois milliards d'euros» dans notamment la biomédecine ou encore le développement de l'intelligence artificielle. Entre la théorie et la pratique, il n'y a qu'un pas.   


Wilfrid Lagrange, country manager et Jérémy Meisch, operations director, accueilleront en septembre leurs premiers «élèves» en intelligence artificielle.
L'intelligence artificielle, ça s'apprend
A Windhof, Devoteam lance une formation destinée aux managers et à leurs équipes.

Et ce jeudi, la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) et le Center for Security, Reliability and Trust (SnT) de l'Université du Luxembourg ont signé, en présence du ministre des Finances Pierre Gramegna un accord de partenariat qui contribuera à faire du Luxembourg un centre européen de compétences et d'innovation en matière d'intelligence artificielle appliquée aux techniques de traitement des données financières.

«Renforcer la compétitivité de la place»  

Ce partenariat aura une durée minimale de trois ans, renouvelable par tacite reconduction. Le premier projet est intitulé «Automated Compliance Checking and Query Answering for Fund Documents ». Il vise à utiliser l'intelligence artificielle pour extraire les données des documents soumis à la CSSF par les gestionnaires de fonds et vérifier la conformité réglementaire.

«Nous avons récemment franchi la barre du 40.000e prospectus traité, alors que 95 % de cette information est standardisée. Grâce à ce projet, nous serons en mesure d'identifier rapidement les passages qui nécessitent une révision en profondeur, ainsi que ceux qui peuvent être approuvés automatiquement. Cela nous permettra de traiter les données plus rapidement, tout en améliorant la qualité de notre analyse», indique Jean-Pierre Faber, membre du comité exécutif de la CSSF.

Pour assurer le succès du projet, la Commission de surveillance du secteur financier mettra à disposition des experts dans le domaine des fonds d'investissement et de l'informatique; le SnT de son côté apportera son expertise dans le domaine de l'intelligence artificielle.


Emploi: comment appréhender l'avènement de l'intelligence artificielle?
En 2018, à l'aube d'une ère où l'intelligence artificielle jouera un rôle croissant, certains métiers commencent à disparaître. Comment appréhender ces grandes transformations, et que faire de ceux que la course de la technologie laissera derrière elle?

En s'engageant dans cette direction, «la CSSF souligne non seulement son ouverture à l'innovation technologique, mais contribuera également à renforcer la compétitivité de la place financière du Luxembourg», conclut le ministre des Finances.


Sur le même sujet

Le discours sur l'état de la Nation passé au crible
Encensée par la majorité et critiquée par l'opposition, la sixième déclaration de politique générale prononcée par Xavier Bettel le 8 octobre dernier a été publiée dans son intégralité en français. L'occasion d'analyser en détail les propos du Premier ministre.
Le Premier ministre Xavier Bettel a livré sa vision pour le Luxembourg de demain, le 8 octobre devant la Chambre.
Réduire de «50-55%» les émissions polluantes d'ici 2030
Pour son sixième discours sur l'état de la Nation, ce mardi, Xavier Bettel a largement mis l'accent sur les conséquences du réchauffement climatique et la nécessité pour le pays de mettre en place des objectifs «ambitieux». Une politique que le Premier ministre juge «compatible» avec le développement économique.
IPO,Rede Lage der Nation.Chambre des Députées,Xavier Bettel,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort