Changer d'édition

La Space Agency définitivement sur orbite
Économie 1 2 min. 11.09.2019

La Space Agency définitivement sur orbite

Marc Serres est à la tête d'une équipe d'une quinzaine de personnes.

La Space Agency définitivement sur orbite

Marc Serres est à la tête d'une équipe d'une quinzaine de personnes.
Photo: Gerry Huberty
Économie 1 2 min. 11.09.2019

La Space Agency définitivement sur orbite

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
L'éducation, la communication et l'assistance au secteur spatial restent au cœur de la mission de la Luxembourg Space Agency (LSA) qui fête ce jeudi sa première année d'existence.

Lancée il y a un an jour pour jour, l'agence spatiale luxembourgeoise (LSA) suit sa feuille de route. «A savoir aider les entreprises du secteur spatial à développer leurs activités au Luxembourg», selon son directeur Marc Serres. 

Contrairement à la NASA, l'agence spatiale européenne (ESA) et d'autres agences internationales qui répondent à des missions d'ordre scientifique, la LSA se concentre sur le soutien au développement industriel, un rôle de «facilitateur» de business en quelque sorte.  


LSA, l'agence spatiale du Luxembourg
Le ministre de l'Economie a dévoilé l'Agence spatiale du Luxembourg mercredi matin au Mudam. Etienne Schneider a surtout lié les mains du prochain gouvernement qui devra donner une structure juridique claire à ce «one-stop-shop de l'espace» confié à Marc Serres.

Pour l'année 2018, de nombreux liens ont été tissés avec différents acteurs locaux comme Luxinnovation, SES ou encore la Chambre de commerce mais aussi sur le plan international. Soit plus de 200 contacts offrant une «meilleure visibilité de l'agence», selon le directeur qui estime que la structure bénéficie désormais d'«une nouvelle dimension» puisque «les contacts pris vont au-delà de la création des entreprises», incluant notamment un nombre «jamais atteint de candidatures spontanées». «Notre travail porte ses fruits», résume Marc Serres.

Écosystème de 800 emplois 

Intégrée dans la stratégie de diversification économique lancée en 2016 avec le lancement de l’initiative Spaceresources.lu, la LSA fait figure de tête de pont du développement du new space au Grand-Duché. Un secteur qui ambitionnait de représenter «500 emplois à l'horizon 2020», selon les prévisions faites en 2018 par Étienne Schneider (LSAP), ministre de l'Économie. Selon Marc Serres, ce nouvel écosystème représenterait déjà 800 personnes.

Un chiffre qui devrait être amené à grandir dans les années à venir, notamment par le lancement, à compter du 16 septembre, d'un master spatial proposé à l'Uni. Un nouveau diplôme axé sur l'exploitation des ressources spatiales et non sur l'exploration scientifique de l'univers.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Pour marquer sa première année d'existence, la LSA s'est dotée d'un nouveau site (Luxembourg Space Agency). Plus complet, plus interactif, il présente de manière beaucoup plus claire et précise les détails des opportunités et des soutiens que l'agence peut offrir mais aussi un lien vers les annonces de recrutement postées par les entreprises du secteur.

Parmi les futures activités de l'agence, Marc Serres tient à mettre en évidence la Space Resources Week dédiée aux ressources spatiales, qui se tiendra du 7 au 11 octobre à Luxexpo. Réservée aux professionnels et agrémentée de nombreux workshops, cette semaine est organisée en collaboration avec l'ESA. Le grand public sera également le bienvenu. Un débat avec des experts de l'ESA et de la NASA aura lieu le jeudi 10 octobre au Kinepolis sur le thème de l'exploration lunaire. A l'issue du débat, le film Apollon 11 sera projeté dans la salle.


Sur le même sujet

LSA, l'agence spatiale du Luxembourg
Le ministre de l'Economie a dévoilé l'Agence spatiale du Luxembourg mercredi matin au Mudam. Etienne Schneider a surtout lié les mains du prochain gouvernement qui devra donner une structure juridique claire à ce «one-stop-shop de l'espace» confié à Marc Serres.
Espace: Le Luxembourg, un modèle pour la France
Le Luxembourg est un modèle à suivre dans l'actualisation de la politique spatiale de la France, dit l'ancienne ministre de la Recherche dans un rapport commandé par le Premier ministre français, Manuel Valls.