Changer d'édition

La rupture annoncée entre BIL et Luxair fâche l'OGBL
Économie 2 min. 13.04.2022
Aviation

La rupture annoncée entre BIL et Luxair fâche l'OGBL

Actionnaire à hauteur de 13,14%, la BIL assure qu'aucune décision n'est encore prise.
Aviation

La rupture annoncée entre BIL et Luxair fâche l'OGBL

Actionnaire à hauteur de 13,14%, la BIL assure qu'aucune décision n'est encore prise.
Photo: Pierre Matgé
Économie 2 min. 13.04.2022
Aviation

La rupture annoncée entre BIL et Luxair fâche l'OGBL

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Actionnaire de la compagnie aérienne depuis 1984, la Banque internationale à Luxembourg a fait part de son intention de se retirer du capital de Luxair. Une possibilité qui déplait à l'OGBL, n'ayant pas été informé au préalable de cette décision.

Si aucune échéance n'a encore été dévoilée, la volonté de quitter Luxair est présente du côté de la Banque internationale à Luxembourg (BIL). Annoncée par la voix de son président, Luc Frieden, sur les ondes de 100,7 la semaine dernière, ces propos ont ensuite été nuancés en début de semaine par l'entreprise dans un communiqué.


Luxair - Bombardier Q400 - Photo : Pierre Matgé
Le ciel semble se dégager pour Luxair
Le groupe aérien luxembourgeois se réjouit d'une augmentation des réservations, tandis que trois nouvelles destinations sont ajoutées au programme des vols cette année, portant son nombre de destinations directes à 88.

Pour l'heure, le retrait de la BIL du capital de Luxair reste donc seulement «envisagé», et reposera sur les acquéreurs potentiels qui se présenteront. Si la banque assure que «le développement de l'économie nationale est au cœur de [son] activité», elle ne cache pas que ses investissements dans le secteur du transport aérien «ne font pas partie de ses activités stratégiques». 

Actionnaire à hauteur de 13,14%, la BIL, qui assure qu'aucune décision n'est prise, indique qu'«une telle vente ne pourrait avoir lieu que si un partenaire fiable et solide était trouvé, en accord et en alignement avec les autres actionnaires». Ces derniers ne sont autres que l'Etat, majoritaire avec 39,05% des parts, la Spuerkeess (21,81%), Delfin (13 %), la compagnie Luxair (10 %), Luxair Finance (2,86 %) et d'autres actionnaires (0,14 %). A noter que l'Etat luxembourgeois dispose d'un droit de préemption sur les actions du groupe Luxair.

Une surprise pour l'OGBL

L'annonce de la BIL en a surpris plus d'un, et notamment les partenaires sociaux. Ainsi, l'OGBL indique dans un communiqué publié ce mercredi que «ni le syndicat ni ses représentants du personnel chez Luxair n'ont à aucun moment été informés de l'éventualité d'une telle décision». Une surprise, donc, qui étonne et qui indigne.


La mise en conformité de l'aéroport du Findel avec le règlement européen s'avère aujourd'hui «conforme et opérationnelle», alors que pourtant, la pandémie du coronavirus avait entraîné le report à 2021 de l'échéance initialement prévue pour septembre 2020.
Deux millions de passagers en 2021 au Findel
L'aéroport de Luxembourg a subi une baisse du nombre de passagers de plus de 50% en 2021 en comparaison avec 2019. Toutefois, le trafic lié au fret a connu une grosse augmentation.

Et pour cause, Luxair, qui a récemment célébré le 60e anniversaire de son premier vol, a été durement touchée par la pandémie, au même titre que l'ensemble de l'industrie du voyage. En 2020, la société a clôturé l'année avec une perte nette de 154,9 millions d'euros.

Cette crise a débouché, dans le cadre d'une tripartite sectorielle, sur un plan pour Luxair, prévoyant le maintien de tous les emplois, ainsi que la renonciation aux augmentations de salaires convenues collectivement pendant une période de trois ans. Ce plan de maintien de l'emploi court jusqu'à fin 2023. Par conséquent, «une sortie anticipée de l'un des actionnaires avant la fin de ce délai serait tout simplement inappropriée, irresponsable et irrespectueuse envers l'entreprise traditionnelle luxembourgeoise et ses quelque 3.000 salariés», avance l'OGBL

L'Etat au secours de Luxair?

Dans son communiqué, le syndicat appelle donc les actionnaires à prendre leurs responsabilités. Dans le cas où la BIL se décidait malgré tout de vendre sa participation de 13,14%, «l'OGBL exige que l'Etat luxembourgeois assume l'entière responsabilité et reprenne ces actions sans condition», fait savoir le partenaire social.

Pour l'OGBL, «rien ne peut justifier que le gouvernement évite de soutenir pleinement un secteur économique qui, contrairement au secteur bancaire auquel appartient la BIL, est en réalité en crise». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si l'hiver dernier, les congés rimaient avec un lockdown, cette année, les résidents sont nombreux à s'être envolés vers l'étranger. Tour d'horizon sur les tendances du secteur des voyages.
BALTIMORE, MARYLAND - DECEMBER 22: Passengers walk through a terminal at Baltimore/Washington International Thurgood Marshall Airport (BWI) on December 22, 2021 in Baltimore, Maryland. AAA predicted more than 109 million Americans will travel 50 miles or more over Christmas and New Year holidays, a spike of 27.7% over last year.   Alex Wong/Getty Images/AFP
== FOR NEWSPAPERS, INTERNET, TELCOS & TELEVISION USE ONLY ==
Si les partenaires sociaux ont signé, lundi, un accord destiné à garantir l'avenir de la compagnie aérienne nationale et de ses salariés, la situation du secteur aérien s'annonce compliquée. Raison pour laquelle le plan prévu sur trois ans fera l'objet d'un suivi régulier.
Wirtschaft, Luxair Flugzeuge, Findel, avions, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La troisième réunion tripartite du secteur aviation, tenue ce mercredi, a permis de trouver «un accord de principe» pour aider la compagnie aérienne à surpasser la crise actuelle. Au total, 600 personnes seront concernées par le plan de maintien dans l'emploi étalé sur trois ans.
IPO , PK Francois Bausch, Tripartite Aviation , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort