Changer d'édition

La pub en gare profite aux caisses de l'Etat
Économie 2 min. 08.10.2020

La pub en gare profite aux caisses de l'Etat

Vingt-quatre gares du pays disposent de panneaux publicitaires sur leurs quais ou dans les halls d'accès.

La pub en gare profite aux caisses de l'Etat

Vingt-quatre gares du pays disposent de panneaux publicitaires sur leurs quais ou dans les halls d'accès.
Photo : Guy Jallay
Économie 2 min. 08.10.2020

La pub en gare profite aux caisses de l'Etat

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les recettes des panneaux d'affichage installés sur les sites CFL ont rapporté un peu moins d'un million d'euros depuis 2018. Un montant lié aux frais de concessions demandés à JCDecaux.

Quand il prend le train, David Wagner n'est pas du genre à laisser traîner son regard sur les panneaux publicitaires ornant désormais les quais et les halls de gare. Et pour cause, le député déi Lénk les considère comme «contribuant à une pollution visuelle et lumineuse de plus en plus importante». Mais le parlementaire, curieux, sait aussi désormais combien ces affichages rapportent d'argent mais aussi dépensent en énergie.

Et la réponse à sa question parlementaire lui a été donnée par le ministre de la Mobilité. Un François Bausch (Déi Gréng) donnant comme première précision le nombre de panneaux publicitaires actuellement répartis dans vingt-quatre gares luxembourgeoises : 88 en tout. Ainsi, le domaine ferroviaire s'orne-t-il de 50 panneaux fixes, 21 déroulants et 17 digitaux. Mais, plus intéressant encore, est le montant que l'exploitation de ces affichages a permis de ramener aux caisses publiques. Pas la peine de rêver à des sommes astronomiques, même si les CFL peuvent se vanter d'avoir fait voyager 25 millions de passagers en 2019, l'exploitation des panneaux ne rapporte guère.


Gare de Luxembourg
Toujours plus de voyageurs pour les CFL
Record à battre pour les Chemins de fer luxembourgeois : 25 millions de passagers. Mais en présentant leur rapport 2019, les CFL avaient encore d'autres motifs de satisfaction. A commencer par le résultat net de la société qui passe à 17,8 millions d'euros.

La somme a été contractualisée avec la société JCDecaux. C'est en effet elle qui, après appel d'offres, a en effet obtenu le marché global. A elle d'installer les panneaux, trouver les annonceurs et... payer la redevance due à l'Etat. A savoir : moins d'un million d'euros depuis le 1er janvier 2018. Par exemple, pour l'année 2 d'exploitation, la société aura ainsi signé un chèque de 410.000 euros aux finances publiques pour couvrir la concession couvrant la période juin 2019 à mai 2020. 

Une somme qui aura, notamment, permis de régler la facture d'électricité liée à l'usage de ces panneaux. Soit l'équivalent de 145.000 kWh/an. Pas de quoi faire changer d'avis le député David Wagner qui constate, à regret, que les publicités installées sous les yeux des usagers CFL (luxembourgeois ou frontaliers) «ne vantent souvent pas les qualités du commerce local, régional et/ou durable, mais sont pour la plupart focalisées sur un même produit que l’on peut consommer partout dans le monde et dont l’impact social et écologique est plus que douteux». Et de souhaiter un autre usage de cet affichage, notamment «pour la mise en valeur des attractions locales ou régionales».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le tram à l'heure, mais pas sans sueurs froides
Pour sa première soirée de tests sur la liaison place de l'Etoile/Gare, Luxtram a été servie. Si la rame d'essai est bien arrivée à destination, pile avant minuit, elle a connu quelques soucis techniques.
«Aucun intérêt» pour une ligne Luxembourg-Sarrebruck
C'est un serpent de mer qui remonte régulièrement à la surface. Si la Sarre y réfléchit fortement, si la région Grand Est l'appelle de ses vœux, le ministère des Transports luxembourgeois ne voit aucun avantage à se lancer dans ce nouveau projet de liaison ferroviaire.
Le wifi privé de train jusqu'en 2022
Si les CFL équipent les gares du pays du système de connexion internet, les passagers devront être patients avant de se brancher au réseau libre depuis leur wagon. Il faudra en effet attendre les nouvelles rames qui ne sont attendues que d'ici deux ans.
Pas encore d'alternative au glyphosate sur les rails
Alors que le Luxembourg fait figure de pionnier en Europe en interdisant l'usage de l'herbicide au 1er janvier 2021, et que ses agriculteurs et viticulteurs anticipent la fin d'année, les CFL avouent ne pas pouvoir s'en passer à l'heure actuelle.