Changer d'édition

La philanthropie poursuit sa marche en avant
Économie 5 min. 03.05.2018 Cet article est archivé

La philanthropie poursuit sa marche en avant

Pour la directrice de la Fondation de Luxembourg, Tonika Hirdman, la nouvelle image du Luxembourg et la reconnaissance de la France vont accentuer la philanthropie au Luxembourg

La philanthropie poursuit sa marche en avant

Pour la directrice de la Fondation de Luxembourg, Tonika Hirdman, la nouvelle image du Luxembourg et la reconnaissance de la France vont accentuer la philanthropie au Luxembourg
Guy Jallay
Économie 5 min. 03.05.2018 Cet article est archivé

La philanthropie poursuit sa marche en avant

Thierry LABRO
Thierry LABRO
Près de dix ans après le discours sur l'état de la Nation au cours duquel Jean-Claude Juncker dévoilait des mesures pour accélérer le développement de la philanthropie, la Fondation de Luxembourg continue de séduire en Europe.

Doublement des plafonds de déductibilité, création de la Fondation de Luxembourg et simplification des procédures d’autorisation: ce jeudi-là, le 22 mai 2008, dans son discours sur l'état de la Nation, le Premier ministre, Jean-Claude Juncker, donne un coup de fouet à un mouvement entamé par les grandes familles de l'acier à la fin du XIXe siècle au service de l'intérêt général. 

Jusque-là, expliquait récemment la directrice générale de la Fondation de Luxembourg (FdL), Tonika Hirdman, «il y avait une approche collectiviste de la philanthropie et les sources de financement du progrès social étaient vues comme relevant davantage de l'Eglise ou de l'Etat.» 

Presque dix ans plus tard, la FdL, créée à l'initiative de l'Etat et de l'Oeuvre nationale de secours Grande-Duchesse Charlotte, continue d'affirmer «son rayonnement européen», dit le rapport annuel publié aujourd'hui. 

La FdL regroupe 73 fondations, majoritairement nées de résidents du Luxembourg (47%), de Belgique (16%) et de France (15%) ou d'Allemagne (12%), le plus souvent des privés (89,7% contre 10,3% de sociétés). 

Reconnaissance unique en France 

«Soucieuse de les accompagner dans les meilleures conditions, la Fondation de Luxembourg a eu récemment la satisfaction d'être reconnue comme fondation d'utilité publique chez notre voisin français, statut qu'en tant que fondation abritante, elle est la seule à avoir», s'est félicité le président du Conseil et membre luxembourgeois de la Cour des comptes européennes, Henri Grethen. «Cela offre aux résidents français de nouvelles perspectives de dons et de legs, accroissant ainsi l'attractivité de la philanthropie luxembourgeoise.» 

Grâce à ces 140 millions d'euros d'actifs dédiés à l'intérêt général, 28 millions d'euros ont été investis dans 156 projets dans cinq grands thèmes: la pauvreté et la cohésion sociale (44,2% des projets), la santé et la recherche (22,4%), la culture et la diversité (16%), l'éducation universelle (12%) et la biodiversité et le changement climatique (5,1%). 

Les "Médecins Sans Vacances" de la Fondation Jos & Mimieke ont permis d'installer des panneaux solaires au Congo
Les "Médecins Sans Vacances" de la Fondation Jos & Mimieke ont permis d'installer des panneaux solaires au Congo
Fondation de Luxembourg

En moyenne, la donation a été en 2017 de 45.000 euros par projet. 

  • En collaboration avec l'Institut de médecine tropicale d'Anvers, la Fondation Alijul sensibilise des femmes du Zimbabwe à la prévention du sida
  • La Fondation ESPOIR s'est associée sur cinq ans avec l'UNICEF et des communautés locales pour mettre fin aux mutilations génitales féminines en Ethiopie
  • La Fondation Linckels-Voss tente de protéger et d'éduquer les enfants vulnérables des bidonvilles de Rio de Janeiro. 

Avec trois millions d'euros chacune, l'Afrique et l'Europe sont désormais «à égalité». 1,46 million sur 6,7 l'an dernier ont même été dépensés au Luxembourg, comme la Fondation Pierre Werner pour soutenir des projets de recherche sur l'Europe à l'université de Luxembourg, ou comme la Fondation PRAIRIAL qui multiplie les soutiens à des incubateurs et projets innovants dans le domaine de l'économie sociale et solidaire de la Grande Région. 

Savoir faire et faire savoir 

Depuis sa création, la FdL poursuit son travail d'évangélisation à la fois pour susciter de nouvelles vocations et pour jouer son rôle auprès des autorités. Elle a organisé une série d'événements sur la place des femmes dans la philanthropie, sur l'entrepreneuriat social ou le rapport des «Millenials» à la philanthropie. 

La Fondation de Luxembourg a également pris part au Forum mondial des convergences à Paris, organisé par les Nations unies, ou aux événements du réseau «Transnational Giving Europe». 

La FdL a renouvelé la collaboration avec la Luxembourg School of Finance pour former en deux jours une trentaine d'étudiants en master de gestion de fortune à la philanthropie. 

Et elle rêve sans trop le dire d'attirer à elle ces fonds de private equity qui cherchent à investir responsable.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Alors que les besoins sont énormes aussi bien dans le secteur de la santé que de la recherche ou social, la Fondation de Luxembourg vient d'initier la Fondation Covid-19. Jusqu'ici elle a déjà collecté 160.000 euros pour combattre le coronavirus.
Tonika Hirdman, seit mehr als zehn Jahren Direktorin der Fondation de Luxembourg