Changer d'édition

La "mère poule" de Cocottes couve de nouveaux projets
Économie 3 min. 31.12.2019 Cet article est archivé

La "mère poule" de Cocottes couve de nouveaux projets

«Du sur-le-pouce au pied des bureaux, savoureux, avec une pincée de Luxembourg»: voilà les ingrédients de l'enseigne de snacking.

La "mère poule" de Cocottes couve de nouveaux projets

«Du sur-le-pouce au pied des bureaux, savoureux, avec une pincée de Luxembourg»: voilà les ingrédients de l'enseigne de snacking.
Photo : Patrick Jacquemot
Économie 3 min. 31.12.2019 Cet article est archivé

La "mère poule" de Cocottes couve de nouveaux projets

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Personnalité 2019 pour Gault & Millau, Stéphanie Jauquet est certainement la success story gourmande de l'année au Luxembourg. Pour 2020, la restauratrice envisage notamment l'ouverture d'un 11e "Cocottes" à Leudelange.

Le premier Cocottes est sorti de sa coquille en 2014. Et qui aurait dit que cinq ans plus tard, l'enseigne de snacking ouvrirait son dixième point de vente. N'empêche qu'avec Stéphanie Jauquet comme «mère poule» le projet est devenu réalité. Et voilà désormais la jeune femme belge qui pèse plus de 170 employés et vole de succès en succès, avec sous son aile les restaurants Um plateau et Tempo.

Originaire de la région de Namur, Stéphanie Jauquet est arrivée au Luxembourg «sans fortune, ni connaissances». Aujourd'hui, elle vient de miser cinq millions d'euros pour la création d'une cuisine centrale de 2.000 m2 à Grass, fera éclore un onzième Cocottes au printemps 2020 à Leudelange et envisage aussi... l'ouverture d'une friterie. «Logique pour une p'tite Belge!» Logique surtout pour une grande entrepreneuse qui a toujours eu la gastronomie dans le sang. «Depuis l'âge de 15 ans, et même pendant mes études, j'ai travaillé dans la restauration.»

Recette du succès

Deux piliers fondateurs de sa personnalité qui, cette année, auront trouvé leur aboutissement. Avec d'un côté le prix de BIL la déclarant «business woman of the year» et de l'autre le palmarès 2019 du guide Gault & Millau la propulsant personnalité de l'année. «J'ai été émue par ces récompenses. Non pas par orgueil, mais pour tous les témoignages reçus qui m'ont confortée: j'ai fait les bons choix!»

Cocottes fait ainsi partie des réussites récentes du secteur HORESCA. «Je voyais bien qu'il y avait un mixe à faire entre ce que pouvaient déjà proposer des enseignes comme "Prêt à manger" ou "Exki" et les attentes des résidents et des salariés au Luxembourg. Du sur-le-pouce au pied des bureaux, savoureux, avec une pincée de Luxembourg et sans trop se prendre la tête avec le sans gluten ou le 100% vegan.»

Une recette du succès que Stéphanie Jauquet va maintenant tenter de développer au-delà des frontières. Paris, Bruxelles? Allez savoir dans quel panier elle va mettre ses œufs.

Je préfère clairement maîtriser plutôt que déléguer

Dans tous ses établissements, Stéphanie Jauquet place toujours un «lieutenant». Une personne de confiance à qui elle peut confier ses petits, clients comme employés. «Mais j'apprécie de faire le tour de tous les restaurants et de bien connaître tout le monde, se satisfait-elle. Mais je ne délègue ni la comptabilité, ni les documents sociaux. Je veux savoir comment va l'entreprise et qui je recrute.»

La priver de ce lien est d'ailleurs une hypothèse qu'elle envisage avec un peu de crainte quand on lui parle de tous ses projets à développer. «C'est vrai que je préfère clairement maîtriser plutôt que déléguer. Mais je gère avec le sourire et la confiance plutôt qu'avec autorité», affirme la cheffe d'entreprise.

Rien d'un nid douillet

Mais que ce soit pour le business plan, la déco des établissements, les salaires ou le choix des fournisseurs: c'est bien vers elle qu'il faut se tourner. «J'avais une revanche à prendre vis-à-vis de ma famille qui n'avait pas forcément bien pris le fait que j'arrête mes hautes études commerciales pour me lancer à la tête d'un restaurant. Là, je crois avoir démontré un certain savoir-faire, non? Et en solo!»

Pas question pour autant de glousser à tout-va, pas son genre. Car Stéphanie Jauquet sait mieux que quiconque que les affaires n'ont rien d'un nid douillet. Elle en a fait l'amère expérience avec la faillite d'un précédent établissement, le Wengé dont elle était la directrice. «Sauf que c'est à partir de là que l'idée de s'établir dans l'activité traiteur est née et que Cocottes a vu le jour...» Cocorico !


Sur le même sujet

Dix étoiles luxembourgeoises au menu du Michelin
Au pays des «deux étoiles» du célèbre guide gastronomique, seul le restaurant «Ma langue sourit» a conservé son standing au contraire de Mosconi qui descend d'un rang. Au total, neuf bonnes tables luxembourgeoises figurent au palmarès.
Panorama , WO Fr. , Neue Sterne Guide Michelin 2018 , Gent , Horeca , Sternenfeier Guide Michelin 2018 , Cyril Molard , Rest. Ma Langue Sourit Foto: Guy Jallay/Luxemburger Wort