Changer d'édition

La lutte anti-virus passe du réel au... virtuel
Économie 1 4 min. 27.11.2020

La lutte anti-virus passe du réel au... virtuel

Économie 1 4 min. 27.11.2020

La lutte anti-virus passe du réel au... virtuel

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
La start-up Virtual Rangers s'est spécialisée dans la formation professionnelle assurée via des casques de réalité virtuelle. Le ministère de l'Economie a choisi de soutenir son projet destiné à initier les soignants à la prise en charge des patients covid.

En avril dernier, Franz Fayot mettait les start-up luxembourgeoises au défi. A elles d'apporter leurs armes dans le combat face à l'épidémie. Et le message est vite arrivé aux oreilles de Matthieu Bracchetti. «Depuis trois ans, nous avions avancé dans le domaine de la formation adaptée aux établissements industriels ou hospitaliers, je me suis dit que nous avions un truc à apporter», sourit le fondateur-dirigeant de Virtual Rangers. Son «truc»: un casque d'immersion virtuelle. Son «truc en plus» adapter les scénarios proposés à des soignants. 


Wi , Firma Fast Track Diagnostics , Siemens Healthineers Company , Esch , Op Sommet , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Ils développent le bon test covid, au bon moment
Fast Track Diagnostics a multiplié son activité par 20 depuis six mois. Il est vrai que la start-up produit des agents de diagnostic y compris pour le covid-19. La voilà qui se retrouve à l'étroit sur son site d'Esch-sur-Alzette.

Ainsi depuis le printemps, les équipes de VR installées à Luxembourg cogitent autour d'une formation que les nouveaux personnels d'un service pourraient suivre pour ne pas commettre d'erreur. D'abord pour assurer leur propre santé, ensuite pour permettre la juste prise en charge des patients qu'ils croisent. Des scénarios pour mieux appréhender la réalité in situ une fois acquis les bons réflexes.

Après analyse du dossier présenté dans le cadre du programme StartupVsCovid, le ministère de l'Economie a dit 'banco' pour un coup de pouce. «Nous avons déjà touché 75% de l'aide de 150.000 euros offerte. C'était l'avance indispensable pour mobiliser nos compétences sur ce projet. Et là, je suis confiant, nous pourrons présenter le premier prototype complet d'ici mars 2021.» Et que l'on ne vienne pas dire au jeune chef d'entreprise que d'ici là, le virus aura permis de maîtriser la contamination covid, et que les chercheurs auront découvert le remède face au Sars-Cov2. «Car au-delà du coronavirus, ce que nous proposerons pourra se décliner sur tout type de pandémie». Bien vu.

Les vidéo 360 ne sont pas supportées. Voir la vidéo 360 dans l'app Youtube.

Qui se retrouvera, demain donc, avec le casque de Virtual Rangers sur la tête se verra proposer trois formations. L'une sur les protocoles stricts à suivre pour l'habillage des personnels exposés à de possibles sujets contagieux. Lavage des mains, mise en place des diverses protections selon un ordre et des modalités garantissant leur parfaite efficacité (étanchéité notamment), puis entrée dans une zone à risque : le salarié (infirmier, médecin, aide-soignant, etc) pourra ainsi virtuellement faire des erreurs sans risquer sa peau.

«Car c'est là tout l'avantage de la formation en réalité virtuelle : être exposé au risque sans être physiquement atteignable», souligne Matthieu Bracchetti. Une vérité aussi bien valable à l'hôpital que sur d'autres lieux de travail. D'ailleurs, c'est toujours ce même principe qui a permis à Virtual Rangers d'être retenu par ArcelorMittal pour mettre en place une formation à l'utilisation de ses ponts roulants.


Wi , PK OGB-L Commerce , Unterstützung für die Geschäfte , rue Alzette Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Le Fonds de relance étend sa générosité
Le gouvernement a non seulement décidé de maintenir le dispositif d'aide aux PME jusqu'en mars 2021, mais aussi d'ouvrir le champ des bénéficiaires notamment aux commerces de détail et aux organismes de formation professionnelle.

«Pas simple d'avoir droit à l'erreur en étant en dessous d'un de ces engins qui soulèvent 260 tonnes de métal fusion. On a donc recréé l'univers de la halle sidérurgique de Differdange et codé des situations accidentogènes pour que les salariés s'habituent à intégrer le bon réflexe dans tel ou tel cas. Là, le danger ce sera juste un virus (dont nous rendrons visible la projection). Mais les gestes de prévention peuvent être appris par ce même biais du casque.» 

Avantage du casque : plusieurs personnes peuvent "s'entraîner" indépendamment les unes des autres.
Avantage du casque : plusieurs personnes peuvent "s'entraîner" indépendamment les unes des autres.
Photo: Guy Jallay

Le second scénario proposé portera sur le déshabillage des soignants. Avec là encore, un enchaînement de gestes à suivre impérativement. Tandis que le troisième programme en cours de développement concernera, lui, la prise en charge des patients. Quels symptômes repérés, à quel degré? Que faire des instruments ayant servi à la consultation (poubelle ou désinfection)? Vers quel service orienter le malade ou quel traitement lui assurer en priorité? Comment faire face à un flux important de sujets à gérer selon un timing serré? Et toujours comment éviter de s'exposer au moindre risque de transmission du virus?

«Nous travaillerons sur une version 3D fluide parfaitement immersive pour la mise en situation dans les conditions du réel mais aussi une version 2d destinée à du e-learning sur mobile ou PC», anticipe le CEO de Virtual Rangers. Autant de formations pour lesquelles la start-up de six salariés s'entoure de conseils de professionnels de santé. Les contacts pris, lors de précédentes missions avec le CHL ou les Hôpitaux Robert-Schuman, s'étant révélés particulièrement utiles pour recréer au plus près le risque lié au covid.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Ils disent non à la hausse du salaire minimum
Après l'Union des entreprises, la Confédération des classes moyennes hausse aussi le ton face à l'augmentation de 2,8% des plus bas revenus. «Un signal fatal aux petites et moyennes entreprises», selon elle.
Baustelle CNIS (Rettungswesen) im Ban de Gasperich. Foto:.Gerry Huberty
Les syndicats souhaitent accélérer la tripartite
A quelques heures de l'allocution du Premier ministre quant à la probable mise en oeuvre de nouvelles restrictions destinées à lutter contre la pandémie, OGBL et LCGB demandent au gouvernement un réunion avancée par rapport au calendrier initial.
Politik, Tripartite, Chateau de Senningen, Xavier Bettel, Nora Back, Patrick Dury, Sylvain Hoffmann, Dan Kersch, Francois Bausch, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Du bouchon (connecté) à la visière (solidaire)
A Foetz, les employés de GCL ont mis leur savoir-faire au service de la protection sanitaire. En développant et en offrant des visières aussi bien à des hôpitaux qu'à des asbl, la société s'est peut-être assuré un marché pour demain.
online.fr, Reportage GCL Technologies, Technoport, plant 2B, the innovation technology center of Guala Closures Group, Piero Cavigliasso, director,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La crise, «un catalyseur pour la digitalisation»
Alors que le Luxembourg entre ce lundi dans une nouvelle phase de son déconfinement, petit tour d'horizon des futurs imaginés par les représentants des différentes facettes de la société. Premier tour de table avec Philippe Linster, nouveau CEO de la House of startups.
Wirtschaft, House of Start-Ups, Philippe LINSTER, directeur HOST  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Changez de production, l'Etat vous aidera
Les aides destinées aux entreprises de l'industrie et de l’artisanat, qui comptent réorienter leur activité dans la lutte contre le coronavirus, ont été prolongées jusqu'en décembre 2020. Le but de la manœuvre étant de «relocaliser les productions stratégiques», selon Franz Fayot (LSAP).
An employee wearing a face mask works inside the PastryStar warehouse on May 4, 2020, in Laurel, Maryland. - At the Picou family's factory in Laurel, Maryland outside the US capital, the only workshop that is buzzing is usually reserved for making jams for baking. Now, it's churning out hand sanitizer. Before the coronavirus pandemic, PastryStar -- founded stateside in 1986 -- made a wide array of products for high-end baking, supplying everything from chic restaurants to cruise lines. (Photo by Olivier DOULIERY / AFP)
Une plateforme dédiée aux équipements de protection
En matière de lutte contre la pandémie, et pour faire face aux difficultés des entreprises, toutes les initiatives sont bonnes à prendre. C'est ainsi qu'un site de mise en relation de l’offre et de la demande de masques, visières et désinfectants vient de voir le jour. Son nom: www.EPI-COVID19.lu
WI,Difralux, Desinfektionsmittel statt Liköre. Gerard Leuchter,Destillerie stellt in der Coronakrise Desinfektionsmittel her. Foto: Gerry huberty/Luxemburger Wort