Changer d'édition

La hausse des prix a connu un ralentissement en juillet
Économie 3 min. 03.08.2022
Selon le Statec

La hausse des prix a connu un ralentissement en juillet

Le prix des légumes frais a augmenté de 4,8% en juillet 2022.
Selon le Statec

La hausse des prix a connu un ralentissement en juillet

Le prix des légumes frais a augmenté de 4,8% en juillet 2022.
Photo: Pierre Matgé
Économie 3 min. 03.08.2022
Selon le Statec

La hausse des prix a connu un ralentissement en juillet

Laura BANNIER
Laura BANNIER
Après un pic au mois de juin, les prix à la consommation ont reculé d'1% au mois de juillet, selon le Statec, ayant pour impact une baisse du taux annuel d'inflation.

Les consommateurs ne l'ont sûrement que trop peu remarqué lors de leurs passages en caisse. Toujours est-il qu'au mois de juillet, l'indice des prix à la consommation est en baisse de 1% si on le compare au mois précédent, selon le Statec. Pas de quoi crier victoire trop vite, puisque l'institut de statistique l'explique simplement par les réductions de prix ayant lieu pendant la période des soldes d'été.


Europe is already set for much lower growth this year than previously forecast
La date de la prochaine tripartite sera fixée en septembre
Les dernières prévisions économiques de l'institut national de statistiques envisagent le déclenchement d'une prochaine tranche indiciaire lors du dernier trimestre 2022.

Ce repli s'observe particulièrement dans la catégorie des articles d'habillement et chaussures, qui chute de 14,1% en un mois en raison de la période de promotions. Les articles d'ameublement (-4,2%) ou encore la bijouterie et l'horlogerie (-3,1%) connaissent également un repli lié aux soldes qui sera neutralisé au mois d'août, prévient le Statec.

Autre facteur ayant influencé ce ralentissement des prix à la consommation: la baisse des prix des produits pétroliers. Ces derniers reculent de 5% en un mois, avec, dans le détail, une chute de 8,7% des prix de l'essence, et un repli de 4,6% des prix du diesel. Si on compare les prix du mois de juillet 2022 à ceux pratiqués un an plus tôt, on constate en revanche une augmentation de 43,6%.

Les légumes et les céréales en hausse

Mais en excluant produits pétroliers et catégories touchées par des réductions de prix liées aux soldes, les prix des biens et services sont en progression de 0,3% en un mois. Un constat peu réjouissant, donc. Parmi les plus grosses hausses figurent notamment les voyages à forfait, dont les prix ont augmenté de 16,8% en un mois, ou encore le transport aérien (+21,1%).


L'indice des prix à la consommation national était en recul de 0,1% en décembre par rapport au mois de novembre.
Les prix des fruits, des viandes et du pain en hausse
Les prix d'autres denrées ont quant à eux sensiblement baissé. C'est notamment le cas des boissons alcoolisées ou encore des plantes et des fleurs.

Les produits alimentaires ne sont pas en reste, puisqu'ils poursuivent leur hausse. Ainsi, les légumes frais sont 4,8% plus chers qu'en juin. Les céréales (+3,5%) et les produits laitiers (+1,8%) complètent le podium des augmentations. Les fruits frais et le poisson frais ont en revanche connu une baisse de respectivement 1,5 et 1,3%. Par rapport au mois de juillet 2021, le passage en caisse s'est ainsi renchéri de 7,9% pour les consommateurs.

Du côté des services domestiques, la tendance est également à la hausse puisque ceux-ci gagnent 2,5% en juillet. Une hausse à nuancer cependant, puisque ce calcul est effectué sur la base d'un fichier administratif reprenant les salaires de travailleurs dans des ménages privés. Ces données étant intégrées avec trois mois de retard, cette hausse correspond à l'application de la tranche indiciaire du mois d'avril dernier. Par ailleurs, automobiles (+0,4%) et les cantines (+4,6%) connaissent aussi une hausse de leurs prix.

Une inflation qui va repartir à la hausse

Ce ralentissement des prix à la consommation a logiquement entraîné une baisse du taux d'inflation annuel qui se fixe à 6,8% contre 7,4% un mois plus tôt, note le Statec. Le taux d'inflation sous-jacent, lui, ralentit de 0,1% pour s'établir à 4,7% en juillet.

Là encore, inutile de se réjouir trop tôt. En effet, le Statec a également procédé à la publication de ses prévisions économiques, ce mercredi 3 août. Ces dernières sont peu réjouissantes, l'institut de statistiques ayant procédé à une révision de ses prévisions inflationnistes. En 2022, l'inflation devrait atteindre 6,6%, contre les 5,8% prédit en mai dernier, et continuer de progresser de 5,3% en 2023 en cas de non-résolution du conflit russo-ukrainien. Une situation largement tributaire des tensions autour de l'approvisionnement en énergie du Vieux continent.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Réduction de 7,5 centimes par litre
Le conseil de gouvernement se prononcera ce vendredi sur cette mesure qui devait prendre fin à la fin de ce mois-ci. La réduction du prix pourrait être prolongée d'un mois.
A driver at a petrol station in Luxembourg
Réussir à diminuer la consommation énergétique est aussi bien un enjeu financier qu'environnemental. Pour les particuliers, il y a plein de petits gestes du quotidien qui permettent de réduire sa consommation et sa facture.
Pour une consommation de 3.000 litres de mazout, l'économie sera de 225 euros.
Même si le Luxembourg est l'un des pays européens les moins concernés par la hausse des prix, l'inflation continue de se propager à tous les secteurs de l'économie, dont les activités récréatives.