Changer d'édition

La France impose le masque en entreprise
Économie 3 min. 18.08.2020 Cet article est archivé

La France impose le masque en entreprise

Encore un avantage du télétravail : le port du masque n'est pas obligatoire à la maison.

La France impose le masque en entreprise

Encore un avantage du télétravail : le port du masque n'est pas obligatoire à la maison.
Photo : Guy Wolff
Économie 3 min. 18.08.2020 Cet article est archivé

La France impose le masque en entreprise

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Les salariés français devront se munir d'une protection buccale dans les lieux de travail clos et partagés. Un choix annoncé, ce mardi, par la ministre du Travail Elisabeth Borne et qui pour l'heure ne fait pas écho au Grand-Duché.

(pj avec AFP) - Depuis quelques jours, la ministre du Travail française faisait part de son intention de rendre le port du masque obligatoire «au bureau». Elisabeth Borne a officialisé son choix, mardi, au terme d'une visioconférence avec les partenaires sociaux du pays. D'ici fin août, dans «tous les espaces clos et partagés» des entreprises, il conviendra d'adopter une protection buccale. La nouvelle ministre a d'ailleurs précisé que la mesure serait notamment applicable dans des lieux comme les «salles de réunions, couloirs, vestiaires, open space».

La mesure est annoncée alors que la France connaît un net rebond des contaminations au covid-19. Ainsi, au cœur de l'été, Paris a officiellement reconnu plus de 3.000 nouveaux cas samedi et dimanche dernier. De quoi préoccuper les autorités alors que les «aoûtiens» vont commencer à reprendre le chemin du travail. Du côté de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), «nous n'exprimons pas de semblable nécessité pour le moment», indique son directeur Jean-Paul Olinger. 

Il est vrai qu'entre les deux pays, les situations sanitaires sont différentes. Ainsi,  selon les derniers chiffres de Santé Publique France, 24% des «clusters» (foyers de contamination) sont situés en entreprises (hors établissements médicaux). Ce qui n'est pas du tout le cas au Grand-Duché.

Ainsi, le patronat luxembourgeois invite-t-il à plus de retenue dans les mesures sanitaires à suivre.«Il apparaît clairement des chiffres de la Direction de la Santé que l'entreprise n'est pas le lieu premier des contaminations. Par ailleurs, depuis la levée progressive du confinement, les fédérations et corporations professionnelles du Grand-Duché ont parfaitement relayé les communications relatives à l'application des gestes barrières. Cela a été fait consciencieusement, et les salariés ont accepté ces nouvelles habitudes car elles sont bonnes pour leur santé», note Jean-Paul Olinger.

Et si l'UEL ne se montre pas pro-masque dans le cadre même de l'entreprise, l'Union renouvelle son appel à la prudence. «Avec le retour de congé, il est certain qu'il faut craindre d'éventuelles reprises de contamination. Impossible pour un chef d'entreprise de savoir comment se sont comportés les salariés avec leur famille, leurs amis. D'où une vigilance qui doit être accrue pour la reprise.»

Si certains secteurs d'activité (salariés de la construction, éducation, Horeca ou soins) font désormais l'objet d'un dépistage plus resserré, le patronat ne voit pas non plus, pour l'instant, la nécessité d'imposer à chaque société d'effectuer par elle-même des tests de positivité au coronavirus. «Déjà de quel droit pourrait-elle l'imposer? Et ensuite comment en répercuter le coût?» 

Pour Jean-Paul Olinger, la préoccupation des entreprises va d'ailleurs au-delà des cas individuels d'infection. «Le traçage autour des cas positifs peut aussi vite devenir un souci. Car isoler les individus, même pour quelques jours, peut revenir à bloquer toute une organisation professionnelle.» Donc en plus de veiller sur la santé individuelle de leurs salariés (qui est une obligation), les dirigeants doivent faire appliquer au mieux les consignes «s'ils ne veulent pas voir leur structure paralysée faute d'employés disponibles». A commencer par le port du masque dans les transports en commun pour venir sur le lieu de travail ou là où la distanciation ne peut être appliquée.


Sur le même sujet

Le ministre du Travail luxembourgeois, Dan Kersch, ne s'oppose pas à une mesure de contrôle de la situation sanitaire des salariés. Un pas qui pourrait être franchi dès le 18 octobre prochain.
A compter de ce lundi, le Luxembourg précise encore plus son ciblage de test covid-19. Vacanciers de retour, ouvriers du bâtiment devant reprendre le chemin des chantiers, écoliers avant la rentrée, familles habitant des zones plus infectées : la lutte contre la contamination resserre ses mailles.
A healthcare worker uses a swab to collect a sample at a temporary testing centre for the novel coronavirus in Madrid on August 17, 2020. - Just seven weeks after bringing its first coronavirus wave under control, experts say Spain is once again in a "critical" situation with the worst infection rate in Western Europe. (Photo by OSCAR DEL POZO / AFP)
Orienté de plus en plus vers le loisir, le parc d'activités économiques mixte situé à la frontière luxembourgeoise le long de l'autoroute E411 subit de plein fouet la crise sanitaire. A l'image de ses deux nouvelles attractions, l'Indoor Skydive et le Funny Mountain.
zone industrielle Sterpenich  - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Chaque jour, la cellule de traçage de l'Inspection sanitaire luxembourgeoise tente d'identifier les personnes ayant été en contact avec le covid-19. Un véritable travail de détective avec un objectif précis : briser la chaîne de transmission du virus.
Lokales, Corona Covid-19,  Gesundheitsinspektion, Inspection Sanitaire, Tracing, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La préfecture du département frontalier rend obligatoire, à compter de mercredi, le port de la protection buccale en extérieur sur tous les marchés, vides-greniers, brocantes et autres fêtes foraines. En cause, la brusque remontée des infections.
A woman places a mask on a mannequin outside a clothing store in Aranda de Duero, near Burgos, on August 7, 2020, on the first day of a two week lockdown in an attempt to limit the contagion of the new coronavirus COVID-19 in the area. (Photo by CESAR MANSO / AFP)