Changer d'édition

La Fedil épingle la ministre de l'Environnement
Économie 3 min. 11.09.2020

La Fedil épingle la ministre de l'Environnement

La présidente de la Fedil, Michèle Detaille, redoute la mise en place d'une politique industrielle sélective.

La Fedil épingle la ministre de l'Environnement

La présidente de la Fedil, Michèle Detaille, redoute la mise en place d'une politique industrielle sélective.
Photo: Anouk Antony
Économie 3 min. 11.09.2020

La Fedil épingle la ministre de l'Environnement

Eddy RENAULD
Eddy RENAULD
La Fédération des industriels luxembourgeois a rappelé l'importance d'«une politique ambitieuse portée par l'ensemble du gouvernement». Elle craint notamment une législation environnementale «instrumentalisée» et «trop sélective».

«La sortie de crise exige une politique industrielle ambitieuse.» C'est le message que la Fedil a tenu à faire passer ce vendredi à la suite de sa réunion de rentrée. Si les nombreuses mesures prises par le monde politique dans le cadre de la lutte contre la pandémie de covid-19 ont été saluées par le secteur économique et industriel, la Fedil ne voit pas, par contre, d'un très bon œil les récentes déclarations politiques sur les investissements projetés dans les dossiers Fage ou encore Google

Alors qu'ArcelorMittal vient d'annoncer son intention de supprimer plus de 570 emplois au Grand-Duché, René Winkin rappelle sa crainte de voir de nombreux emplois perdus et une diminution de la production au cours des prochains mois. «Ces pertes devront être compensées si l'on veut préserver le tissu industriel et redynamiser des productions locales.»


Ministre Carole Dieschbourg - Foto : Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le dossier Fage sur le bureau de Carole Dieschbourg
Après que communes et particuliers ont participé à l'enquête commodo/incommodo sur la possible implantation de l'usine de yaourts grecs à Bettembourg, la ministre de l'Environnement reprend la main.

Le directeur de la Fedil épingle notamment l'attitude de la ministre de l'Environnement Carole Dieschbourg (Déi Gréng) qui a qualifié de «problématique» la possible venue de Fage sur la Zone Wolser à Bettembourg. «Le cadre réglementaire que la ministre souhaite mettre en place pour toute nouvelle activité correspondant à une philosophie que je qualifierais de réductrice va trop loin et repose sur des préjugés non fondés», dit-il.

De son côté, Michèle Detaille tire la sonnette d'alarme. Si la nature d'une activité, l'achat de matières premières ou encore l'embauche de travailleurs non résidents «deviennent des critères d'exclusion alors bonjour les dégâts», rappelle la présidente. Pour la Fedil, «les règlements en matière d'environnement ne doivent pas être instrumentalisés» pour mettre en place une politique industrielle sélective.

L'indemnisation des travailleurs remise au cause

Dans sa note de rentrée, la Fedil a également évoqué le covid-19. Si certaines entreprises présentent des carnets de commande bien remplis, la plupart des secteurs tardent à retrouver leur niveau d'activité d'avant la crise. 

La voix de l'industrie luxembourgeoise a également insisté sur l'importance d'assurer la libre circulation des travailleurs. «Les restrictions imposées au Luxembourg par d'autres pays européens ont causé des perturbations et occasionné des retards préjudiciables aux entreprises qui dépendent des mouvements transfrontaliers», précise le communiqué. 


Le congé pour raisons familiales reprend ses droits
Quatre mois durant, les parents ont été autorisés à s'occuper de leur enfant au-delà du quota de jours accordés par la Caisse nationale de santé. Pour la rentrée, plus question d'appliquer cette dérogation. Sauf en cas de quarantaine, ça tombe bien.

Enfin la Fedil espère que la rentrée scolaire «n'entraînera pas de nouvelle vague d'infections et de mises en quarantaine qui pourraient freiner l'activité économique». Elle épingle notamment le dédommagement des travailleurs mis en quarantaine qui est pris en charge par les employeurs à hauteur de 20%. «En cas de maintien de cette décision, les indemnisations causeraient des surcoûts non négligeables aux entreprises.»    

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'Etat prêt à investir 1,2 million pour la venue de Fage
Si l'usine de yaourts venait à s'implanter sur la zone d'activité Wolser, à Bettembourg, le ministère de l'Economie financerait le canal de rejet des eaux usées de l'usine. Une dépense logique aux yeux de Franz Fayot mais qui intervient dans un drôle de climat.
Contacto, ITV Wirtschaftsminister (Fränz Fayot), Foto: Lex Kleren/Contacto
Le projet Fage s'attire les critiques
L'implantation d'une usine de yaourts grecs est loin de faire l'unanimité. A commencer à Bettembourg et parmi les communes rassemblées autour de la préservation de l'Alzette. Tout juste l'industriel peut-il compter sur le soutien (timide) du bourgmestre de Dudelange
Desk, Industriegebiet, Gewerbezone, Corona Virus, Z.I. Wolser, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les projets Fage et Google toujours dans le flou
Interrogés ce jeudi en commission, ni la ministre de l'Environnement, ni celui de l'Économie n'ont été en mesure d'apporter de nouveaux éléments. Au grand dam de l'opposition, alors même que ces deux implantations font débat depuis plusieurs années.
Lokales,Bürgerversammlung über Google Projekt in Bissen.Fabien Vieau,Frederic Descamps.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
910 emplois à pourvoir: L'industrie manque toujours de bras
Certains préjugés collent à la peau de cette industrie qui manque de bras. La Fedil évalue ainsi à 910 le potentiel d'embauches prévues sur les deux années qui viennent. Le secteur affiche de forts besoins en techniciens et dans la production. Des compétences indispensables dans la course à l'innovation...¶
Cdp - Les qualifications de demain dans l’industrie FEDIL - Marc Kieffer - Photo : Pierre Matge