Changer d'édition

La donne sociale bouleversée par l'épidémie
Économie 4 min. 19.03.2020

La donne sociale bouleversée par l'épidémie

Romain Schneider et Dan Kersch ont montré les mesures concrètes devant atténuer la casse sociale attendue.

La donne sociale bouleversée par l'épidémie

Romain Schneider et Dan Kersch ont montré les mesures concrètes devant atténuer la casse sociale attendue.
Photo : Guy Wolff
Économie 4 min. 19.03.2020

La donne sociale bouleversée par l'épidémie

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Télétravail à durée illimitée, explosion des demandes de chômage partiel, extension de la possibilité du congé pour raisons familiales : les ministres de l'Emploi et de la Sécurité ont annoncé, ce jeudi, quelques bouleversements dans l'ordre établi.

Mardi 24 mars, une tripartite se tiendra. Un peu dans l'urgence, comme tout en ce moment. Mais le ministre du Travail et de l'Emploi y tient. Alors que le navire Luxembourg tangue, que l'économie voit se profiler des creux, que l'interruption des activités fait des vagues dans tous les foyers, Dan Kersch (LSAP) entend rassembler l'équipage: l'Etat à la barre, syndicats et patronat pour ramer dans le même sens.

Et si, ce jeudi, le ministre a fait part de cette réunion, c'est qu'il a déjà une idée en tête : la reprise. «Pour assurer le marché du travail au Luxembourg de demain, nous devrons nous montrer rapides dans la distribution des aides. Il faudra aussi veiller à avoir le moins de conséquences sociales nuisant à la reprise ensuite». Le vice-Premier socialiste, et l'ensemble de l'équipage gouvernemental, font donc face à toutes les voies d'eau pour éviter que le navire grand-ducal ne sombre.


La grande peur des PME
La crise du coronavirus induit un manque de liquidités. A terme, la survie des petites et moyennes entreprises est en jeu. L'exemple de Claude Hausser, coiffeur indépendant depuis 37 ans à Luxembourg, mais aussi en Belgique et en France, est édifiant.

Déjà, 3.200 entreprises de tous les secteurs sont venues frapper à la porte du capitaine pour réclamer l'application de chômage partiel (et des salaires couverts à 80% par l'Etat). Pas de crainte : Dan Kersch assure que le pays puisera dans les caisses pour faire face. 

«En 2019, nous avons payé 5,5 millions de chômage partiel. Dans le budget 2020, nous avions prévu 11 millions. Mais les mesures à venir vont faire exploser ce budget, c'est certain. Rien que pour le secteur de la construction mis à l'arrêt pour assurer le confinement, le chômage partiel pourrait bien dépasser les 150 millions à lui seul...»

«Coûte que coûte» a dit le Premier ministre Bettel voici quelques jours pour quantifier l'action publique dans cette situation de crise. Le ministre du Travail en fait la démonstration. L'argent sera la bouée de secours. Mais le gouvernement agit également sur le domaine de l'application des règles sociales et fiscales. Débloquant notamment la durée fixée pour le télétravail des salariés frontaliers. La Belgique a montré l'exemple, mardi, la France a suivi ce jeudi et le ministre socialiste compte bien voir l'Allemagne lever le dispositif actuel pour répondre à la situation exceptionnelle sans que les salariés de l'un ou l'autre pays n'y perdent fiscalement.

Même volonté affirmée sur le congé pour raisons familiales. Sa durée, jusqu'alors limitée dans le temps à 11 jours, passera bien à une version illimitée «tout le temps de la pandémie». Un projet de loi sera même soumis rapidement au vote de la Chambre pour en élargir le champ aux salariés devant prendre en charge une personne handicapée.

Jusqu'à présent, 15.000 demandes de parents de pouvoir bénéficier de ce congé ont été enregistrées. «Il est clair qu'une fois que les écoles et les crèches rouvriront, le dispositif retrouvera son dimensionnement habituel.» La reprise, la reprise...

De la bienveillance, le ministre de la Sécurité sociale en promet aux entreprises. Il n'y aura pas de pression particulière à récupérer les cotisations sociales, cela afin de ne pas peser sur les comptabilités fragilisées ces derniers temps. Romain Schneider (LSAP) promet donc des suspensions appréciables. Celles du calcul des intérêts moratoires pour les retards de paiements; de la mise en procédure de recouvrement forcé des cotisations; de l’exécution de contraintes par voie d’huissier; et même des amendes prononcées à l’encontre d’employeurs présentant des retards en matière des déclarations à effectuer auprès du Centre commun de la sécurité sociale. Ouf.

 Enfin, le ministre Dan Kersch a évoqué les discussions qu'il avait pu avoir dans la journée avec ses homologues européens. Il y a notamment été question d'une gestion partagée de la crise. Le commissaire européen aux Affaires sociales, le luxembourgeois Nicolas Schmit (LSAP) relançant l'idée d'une mesure de chômage européenne, après celle d'un salaire minimum commun à l'UE. Mais ce n'est là qu'un horizon politique qui semble bien lointain, alors que jour après jour, chaque Etat tente de ne pas boire la tasse.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Des sanctions pour les plus récalcitrants
Pour lutter contre la propagation du virus, Xavier Bettel a appelé les résidents à limiter leurs déplacements au strict minimum. Un appel pas toujours bien entendu. La police luxembourgeoise est toutefois mobilisée pour veiller au grain.
Luxemburg-Stadt , Coronavirus , Sars-CoV-2 , Covid-19 , verwaiste Stadt wegen etat de crise , Groussgass Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Les banques du pays prêtes à défier la crise
Alors que la menace d'une récession économique se précise, l'Association des banques et banquiers (ABBL) se montre optimiste sur la capacité du système luxembourgeois à résister aux conséquences du marasme financier qui s'annonce.
Une supérette en ligne pour les plus vulnérables
Lancée par le ministère des Classes moyennes et le ministère de la Famille, la plateforme de vente Corona.letzshop.lu est destinée à soutenir «les personnes qui ne sont pas en mesure de faire leurs achats elles-mêmes». Le site qui offre une sélection de produits de première nécessité est déjà opérationnel.
Bio-Lieferdienste in Luxemburg, Co-labor Société coopérative, Grevelsbarrière, le 13 Mars 2017. Photo: Chris Karaba
La police veille, l'armée en renfort
Francois Bausch, ministre de la Sécurité intérieure annonce, ce jeudi, que le Findel sera fermé aux passagers à partir de lundi. Il signale en outre que ceux qui ne respectent pas le confinement seront bel et bien sanctionnés.
Corona-Virus, Polizeikontrolle Alzettestrasse, Esch Alzette, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
La BCE dégaine un plan colossal
La Banque centrale européenne a annoncé mercredi soir le déblocage d'une enveloppe de 750 milliards d'euros destinés à des rachats de dette publique et privée pour tenter de contenir les répercussions sur l'économie de la pandémie de coronavirus.