Changer d'édition

La difficile transition belge vers l’e-commerce
Économie 3 min. 18.10.2021
Consommation

La difficile transition belge vers l’e-commerce

Sur les six premiers mois de l'année, les consommateurs belges ont déjà dépensé en ligne plus de 5,56 milliards d'euros.
Consommation

La difficile transition belge vers l’e-commerce

Sur les six premiers mois de l'année, les consommateurs belges ont déjà dépensé en ligne plus de 5,56 milliards d'euros.
Économie 3 min. 18.10.2021
Consommation

La difficile transition belge vers l’e-commerce

Max HELLEFF
Max HELLEFF
Face aux syndicats, le gouvernement De Croo veut revoir le coût du travail de nuit réputé néfaste au commerce en ligne.

De notre correspondant Max HELLEFF (Bruxelles) - Le récent accord budgétaire obtenu au sein de la coalition Vivaldi du Premier ministre Alexander De Croo a ouvert parallèlement de nouvelles pistes censées régénérer l’économie belge. Parmi celles-ci, l’engagement gouvernemental de prendre les mesures nécessaires pour faciliter le travail de nuit dans le commerce électronique. L’objectif est d'abord de réactiver une disposition prise dans le passé et qui encourageait l’introduction d’une activité nocturne dans une entreprise pourvu qu'un syndicat soit d’accord.


Letzshop.lu gonfle ses ventes de 803% en un an
Avec la crise covid (et les fermetures administratives des commerces) la plateforme de vente en ligne est devenue LA "marketplace to be". Résultat, plus de boutiques inscrites, plus de produits à vendre et une explosion des commandes.

La mesure vise également à accorder aux personnes qui, individuellement, veulent travailler de nuit la possibilité de le faire. Ces changements paraissent toutefois légers au vu de l’énorme marché qui est à prendre…

En Belgique comme ailleurs, la crise sanitaire a provoqué une augmentation très nette du commerce en ligne. Plus rapide, plus facile, mais aussi plus «safe» face au covid. Selon Comeos, la Fédération du commerce et des services, 1,3 million de Belges sont ainsi devenus de nouveaux consommateurs sur le web depuis 2020. 

Au total, les Belges ont même dépensé 5,56 milliards d'euros dans l'e-commerce au cours de la première moitié de l'année. Un chiffre à comparer avec les 5,1 milliards d'achats sur la même période 2020. Et les professionnels du secteur estiment que cette tendance est durablement ancrée. Mais le problème est que la Belgique, nantie d'une législation du travail inadaptée ou protectrice selon les points de vue, traîne la patte.

Création d'emplois

Selon Dominique Michel, le patron de Comeos, la meilleure part du gâteau revient aux grandes plateformes étrangères – dont bien sûr Amazon. Les inciter à s’installer durablement sur le territoire belge pourrait aboutir à la création d’un nombre important d’emplois. Or, pour l’instant, cette fois selon le vice-Premier ministre Vincent Van Quickenborne, huit nouveaux postes sur dix atterrissent aux Pays-Bas. «On rate des emplois, affirme le libéral flamand. Selon le secteur de l’e-commerce, 22.500 jobs supplémentaires pourraient être créés d’ici 2025 (contre 7.395 entre 2015 et 2020).»


Le géoblocage pénalise encore le pays
Trop de particuliers et d'entreprises luxembourgeoises doivent encore faire face à des refus de livraison ou des surtaxes pour des achats effectués à l'étranger. L'Europe avance sur la question, mais le résultat tarde.

Ces nouveaux postes pourraient compenser – mais à quelle hauteur ? – les pertes d’emplois aujourd'hui enregistrées dans les magasins physiques. Si la Wallonie s’en sort ici plutôt bien, le centre de Bruxelles a énormément souffert. L’agence Hub.Brussels note qu’en raison de la chute vertigineuse du tourisme international « la fréquentation piétonne n’a jamais été aussi mauvaise. En pleine crise, il ne restait que 20% de visiteurs, avant une remontée à 50 puis à 60%. Les commerçants de l’hypercentre tirent la langue.

Cinq mois pour trancher

Mais pour doper le commerce électronique, il faut revoir la législation sur le travail de nuit, moment où l'empaquetage des achats est opéré. Problème : le travail de nuit démarre à 20h en Belgique. Au-delà, les travailleurs perçoivent des primes pour horaire décalé ou pénibilité. D'où un surcoût qui rend l’e-commerce trop cher et pousse les grandes plateformes étrangères à s’établir dans les pays limitrophes.


Les rues de Bruxelles sous une vague rouge
La marche organisée par le syndicat socialiste FGTB est le premier coup de semonce d’un automne social qui s’annonce tendu. 15.000 manifestants ont fait entendre leur voix vendredi.

Les négociations entre le secteur et les syndicats ont toujours achoppé sur ce point. Comeos désespère de les convaincre un jour. Côté gouvernemental, le PS se montre réticent, mais il n’est pas impossible que des évolutions soient actées au terme d’un de ces trocs dont la politique belge a le secret. Le gouvernement De Croo - dont les socialistes font partie - propose notamment de faciliter l'introduction du travail de 20h à minuit, avec une baisse globale du coût à la clé pour les entreprises, puisque le calcul des primes serait revu. Il donne jusqu'au 1er mars 2022 aux partenaires sociaux pour aboutir. Après, il tranchera lui-même si besoin.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La capitale belge continue à autoriser l’abattage sans étourdissement en dépit des prescrits européens et contrairement aux pratiques d'autres régions voisines.
BSE1
L’usage du glyphosate - et des désherbants qu'il compose - est interdit aux particuliers depuis 2017 mais reste accessible aux agriculteurs. Ce qui est à l'origine de conséquences insoupçonnées.
L’accord qualifié de «vert et solidaire» doit remettre le pays sur les rails après les chocs encaissés à l'occasion de la pandémie covid.
Belgian Prime Minister Alexander De Croo presents the 2022 budget during a plenary session of the chamber at the federal parliament in Brussels, on October 12, 2021. (Photo by BENOIT DOPPAGNE / Belga / AFP) / Belgium OUT
L’enquête menée par le consortium ICIJ sur les paradis fiscaux pointe la famille Solvay, des industriels, des banquiers et des diamantaires.
This photograph illustration shows a woman's shadow cast on the logo of Pandora Papers, in Lavau-sur-Loire, western France, on October 4, 2021. - Russia on October 4 dismissed revelations leaked in the Pandora Papers as "unsubstantiated claims" after an investigation by a media consortium shone a light on wealth amassed by Kremlin-linked individuals. 
The "Pandora Papers" investigation involving some 600 journalists from media including The Washington Post, the BBC and The Guardian is based on a leak of some 11.9 million documents from 14 financial services companies around the world. (Photo by LOIC VENANCE / AFP)
Le ministère de la Protection des consommateurs vient de taper sur les doigts d'une douzaine d'établissements spécialisés dans la réparation de téléphones portables, tablettes ou ordinateurs. Ils n'affichaient pas suffisamment clairement le coût de leurs services.
Smartphone
«Jobs, jobs, jobs»: la formule qui résonne comme un leitmotiv tient de l’obsession chez Charles Michel. A raison, puisqu’au début de cette législature, le chômage passait pour une calamité en Belgique. Quatre ans plus tard, la situation s’est nettement améliorée, sans que l’on sache vraiment si la création accrue d’emplois est le fruit des mesures gouvernementales ou la conséquence de l’embellie économique que vit le pays.
En un an, plus de 47.000 nouveaux emplois ont été créés en Belgique, un niveau jamais atteint depuis 2011.