Changer d'édition

La démission est-elle au bout du tunnel?
Économie 6 min. 14.01.2022
Social

La démission est-elle au bout du tunnel?

Le télétravail n'a pas seulement éloigné les salariés de leur poste habituel mais aussi des relations avec les collègues. Un manque pour certains.
Social

La démission est-elle au bout du tunnel?

Le télétravail n'a pas seulement éloigné les salariés de leur poste habituel mais aussi des relations avec les collègues. Un manque pour certains.
Photo : dpa
Économie 6 min. 14.01.2022
Social

La démission est-elle au bout du tunnel?

Démotivation, fatigue, envie de changements professionnels : la crise covid se traduit chez les salariés par de nombreuses remises en question. Après la houle virale, l'économie luxembourgeoise doit-elle craindre une vague de départs?

(pj avec Nadia DI PILLO) En septembre 2021, plus de quatre millions d'Américains ont choisi de quitter leur emploi, battant ainsi un record. Selon le dernier Work Trend Index de Microsoft, 40% des salariés envisageraient toujours de changer de job, d'employeur, de carrière. Et ce phénomène (baptisé «The great resignation» ou «The big quit») ne se focalise pas seulement de l'autre côté de l'Atlantique. Et le principal déclencheur de cette tendance n'est autre que le covid. En tout cas, ses conséquences sur l'organisation récente du travail.


Wirtschaft, Jugendarbeitslosigkeit in der Corona-Krise, Adem, Arbeitslos, Arbeitsamt, Foto: Lex Kleren/Luxemburger Wort
Les chômeurs sont moins nombreux qu'avant la crise
Le nombre de demandeurs d'emploi continue de régresser au Luxembourg. D'un mois à l'autre, les problématiques restent cependant similaires dans le pays, qui enregistre toujours un nombre élevé de chômeurs longue-durée.

«Cette crise a quelque chose d'inhabituel par rapport aux autres», souligne ainsi Michel-Edouard Ruben, économiste senior à la fondation Idea, le think tank luxembourgeois. «En général, lors d'une crise, les bourses s'effondrent. La chute des prix de l'immobilier pèse sur la consommation, car les gens se sentent plus pauvres. Cette fois-ci, la pandémie ne frappe pas aussi durement les bourses et les prix de l'immobilier continuent d'augmenter. Cela contribue à l'augmentation du niveau de bien-être des gens malgré la crise. Cela explique aussi pourquoi le rapport des gens au marché du travail est un peu moins tendu», décrit l'analyste. 

A travers la planète, le taux de mobilité mesuré via le Randstad Workmonitor, n'a jamais été aussi élevé. Selon cet outil, 36,5% des personnes interrogées déclarent avoir changé d'emploi au cours des douze derniers mois, et plus de 55% seraient à la recherche d'un nouvel emploi ou viennent de trouver une nouvelle situation. Un turn-over comme rarement enregistré ces dernières décennies, et de moindre ampleur côté européen. 


Pénurie de chauffeurs chez les transporteurs
Les sociétés luxembourgeoises de logistique souffrent d'un manque de chauffeurs qui devient de plus en plus difficile à combler. Une problématique partagée par de nombreux pays à l'échelle européenne.

Et au Luxembourg ? Les chiffres de l'ADEM ne notent pour l'instant aucun tsunami social. Au 30 juillet 2021, le Luxembourg comptait 464.920 salariés contre 450.460 un an plus tôt. Entre ces deux dates, 159.020 embauches ont été contractualisées et 144.560 fins de contrat de travail signifiées (dont près de 6.690 départs en retraite). L'emploi a donc bien continué à augmenter, même en pleine crise covid. Cela tandis que sur la période, aucune grande vague de licenciements n'était enregistrée. 

Reste que les mouvements de personnels semblent commencer à agiter les sociétés. Différemment selon les domaines d'activité. Ainsi, en Europe, un demi-million de salariés auraient quitté le secteur de la santé depuis l'apparition du virus. Ce qui est bien sûr «dramatique, car il y a déjà depuis longtemps un manque aigu de personnel», regrette Pitt Bach du syndicat OGBL Santé. Mais force est de constater que, même s'il est à la peine, le système de soins national n'est pas subitement devenu en manque crucial de personnels. Entre départs et nouveaux recrutements, le secteur s'en tire sans trop de bobos du point de vue des effectifs.

Selon l'Adem, il n'y a que deux secteurs qui ont vraiment laissé des plumes dans la crise : la restauration et la production industrielle. Clairement, le premier confinement du printemps 2020 et les aléas des réouvertures totales ou partielles de l'activité des bars et des restaurants n'ont pas poussé les salariés à vouloir conserver leur place. Bien trop d'incertitudes régnant sur des emplois souvent peu rémunérateurs. Aussi, bien des serveurs, cuisinières et autres plongeurs ont rendu leur tablier pour tenter leur chance ailleurs. «Nous avons perdu environ 2.000 employés suite à la pandémie. Soit près de 9% des employés du secteur», ne peut ainsi que regretter le secrétaire général de l'Horeca, François Koepp. 

Du côté de la Chambre des métiers, son directeur se veut plus prudent sur les chiffres concernant l'artisanat luxembourgeois. Ses différentes branches étaient déjà à la peine, avant le covid, pour trouver la main-d'oeuvre nécessaire aux besoins. Mais Tom Wirion de constater que «depuis qu'il a été décidé d'introduire le régime 3G dans le cadre professionnel, plus d'adhérents signalent des employés ayant exprimé le souhait de démissionner ou changer de poste». Une situation qui fait naître des craintes parmi certains employeurs, inquiets de perdre des effectifs qualifiés et difficilement remplaçables.


La défense des futurs refoulés du Covidcheck s'organise
Un collectif d'une trentaine d'avocats franco-luxembourgeois est prêt à ester en justice pour dénoncer la loi qui amènerait des salariés à être exclus de leur travail en l'absence d'un pass vaccinal valide.

Reste que, globalement, de l'avis de Sandrine Mesnil de Randstad Luxembourg,  «les salariés du Grand-Duché semblent avoir moins besoin de changement que les salariés d'autres pays». Cela même si 55% des Luxembourgeois, dans une récente étude, espéraient «améliorer l'équilibre entre le travail et la vie privée». «Les salariés sont globalement plus satisfaits de leur emploi actuel et sont, au niveau mondial, les seuls à ne pas envisager, dans leur majorité, de changer de travail.»

Lorsqu'il s'agit d'évaluer si la «grande résignation» pourrait conduire à un renversement de tendance sur le marché du travail, Michel-Edouard Ruben se montre d'ailleurs réservé. «A lire différents rapports, on a l'impression que les gens démissionnent parce qu'ils souhaitent donner plus de sens à leur travail ou parce qu'ils veulent sortir du système. Mais la vérité, c'est que la plupart des travailleurs quittent leur emploi pour... en trouver un autre». Pour celles et ceux qui osent ainsi ouvrir un nouveau chapitre professionnel, les «effets de richesse» (liés aux bourses et à l'immobilier) offrent la sécurité rassurante pour oser. «Le fait est que les personnes qui démissionnent travaillent souvent dans des secteurs mal payés et changent de travail pour obtenir un meilleur salaire d'abord.»

Pour l'expert d'Idea, ces derniers mois, le plus grand bouleversement dans le monde du travail est d'ailleurs tout autre que cette envie de bouger ou pas. C'est plutôt le home-office. Un télétravail qui a permis de continuer à faire fonctionner une bonne part de l'activité nationale, freiner la circulation du virus mais dont le bilan n'est pas tout rose. A commencer par les répercussions directes sur la fréquentation des commerces et de la restauration. Sans oublier l'impact psychologique de ''l'éloignement du bureau", une solution qui a pesé et continue de peser sur certains salariés.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Face au rebond épidémique, le travail à distance risque de revenir à l'ordre du jour. Une organisation à laquelle sociétés et salariés sont désormais bien rodés, indique le docteur en psychologie Philipp Sischka.
Philipp Sischka - Uni.Lu - Belval - Université de Luxembourg - Uni.Lu - 26/11/2021 - photo: claude piscitelli
Les résidents luxembourgeois ne constituent que 26% de la population active au Grand-Duché. Plutôt «cols blancs», ils sont «surreprésentés dans les secteurs les plus rémunérateurs», indique la dernière étude du Statec.
Leute Menschen Arbeiten Gewerkschaft zusammen verschieden viele divers (Shutterstock)
Economiste mondialement reconnue, Christina Gathmann vient de prendre la tête du département dédié au marché du travail au sein du Liser. L'occasion d'évoquer avec elle les conséquences de la crise sanitaire et de la digitalisation.
Jean-Paul Olinger, directeur de l'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL), estime que le chômage partiel devrait se poursuivre pendant une bonne partie de 2021 et devrait constituer une réponse aux conséquences de la crise. A l'image de ce qui se passe ailleurs en Europe.
Wirtschaft, Interview mit Jean-Paul Olinger, UEL, Unions des Entreprises Luxembourgeoise, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Le Luxembourg compte 377.400 salariés, contre 368.800 fin juin 2013. Au cours de ces douze mois, le nombre de salariés a donc augmenté de près de 8.600 unités (+2,3%).
Nicolas Schmit