Changer d'édition

La CSSF demande aux banques de retenir les dividendes
Économie 2 min. 02.04.2020 Cet article est archivé

La CSSF demande aux banques de retenir les dividendes

L'objectif poursuivi par la CSSF tient dans le fait que les établissements de crédit puissent «continuer à remplir leur rôle de financement des ménages, des petites et moyennes entreprises et des sociétés dans le contexte du choc économique actuel»

La CSSF demande aux banques de retenir les dividendes

L'objectif poursuivi par la CSSF tient dans le fait que les établissements de crédit puissent «continuer à remplir leur rôle de financement des ménages, des petites et moyennes entreprises et des sociétés dans le contexte du choc économique actuel»
Photo: Anouk Antony
Économie 2 min. 02.04.2020 Cet article est archivé

La CSSF demande aux banques de retenir les dividendes

Le gendarme financier luxembourgeois formule cette recommandation aux établissements de crédit jusqu'au 1er octobre, suivant en cela l'exemple de la BCE. Objectif: maintenir un niveau de liquidités suffisant et permettre de créditer leurs clients.

(JFC) - La crise du covid-19 génère un manque de liquidités dans de nombreux secteurs de l'économie mais aussi chez nombre d'indépendants et de PME. Forte de ce constat, la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) a enjoint mercredi les banques de «s'abstenir de verser des dividendes aux actionnaires.»

Dans un document consulté par nos confrères de LuxTimes, la CSSF juge que les institutions bancaires ont en priorité «besoin de maintenir des liquidités et de pouvoir créditer leurs clients.» La CSSF précise que «cette recommandation est valable jusqu'au 1er octobre 2020», tout en ajoutant qu'elle «n'invalide pas rétroactivement les dividendes déjà versés pour l'exercice 2019.»


Comment sauver l'économie du pays... en trois points
Les ministres des Finances, de l'Economie et des Classes moyennes ont présenté, mercredi soir, leur plan pour aider les entreprises du pays à passer la crise. Soit 8,8 milliards d'euros répartis entre dépenses d'urgence, report de paiement et aides au crédit.

Suivant une logique identique, le gendarme financier luxembourgeois demande aux établissements de crédit de suspendre provisoirement les plans de rachat d'actions. L'objectif étant de permettre aux établissements de crédit de «continuer à remplir leur rôle de financement des ménages, des petites et moyennes entreprises et des sociétés dans le contexte du choc économique actuel». 

Sans surprise, ces recommandations s'alignent sur une injonction similaire émise par la Banque centrale européenne (BCE) vendredi dernier. Par ailleurs si l'Autorité bancaire européenne avait demandé mardi aux banques d'attendre avant de verser des primes à leurs employés, la CSSF n'a pas fait écho de ces rémunérations variables dans sa communication officielle. L'organe de surveillance bancaire n'a donc pas tranché sur la question de savoir si les banques luxembourgeoises restent ou non libres de verser des bonus à leurs salariés.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Goodyear s'apprête à redémarrer
Au plus tôt, l'équipementier de Colmar-Berg reprendra sa production de pneus vendredi 3 avril. La décision se prendra à l'échelle européenne du groupe. En attendant, le site luxembourgeois met la gomme pour protéger les salariés de retour.
L’économie du pays préoccupe beaucoup les ménages
C'est un record. L'indice de confiance concernant la situation économique du Luxembourg pour ces douze prochains mois a chuté de 24 points au mois de mars. Et encore, la BCL a réalisé son étude avant le 15 mars, date de l'instauration de mesures de confinement.
Coronavirus - Schutzmaßnahmen für supermarkt Mitarbeiter - Cactus - Belle-étoile  - COVID-19 - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les décideurs satisfaits du plan de 8,8 milliards
Pour relancer une économie quasiment au point mort, le gouvernement a énoncé mercredi les grandes lignes de son «plan Marshall» doté de près de neuf milliards d’euros. Une initiative saluée par tous les décideurs qui attendent désormais «une mise en œuvre rapide».
4.3. Wi / PK Fedil nach GV /  Rene Winkin Foto:Guy Jallay
Des aides inédites au secours des PME
Dans le Plan de stabilisation, présenté mercredi soir, un accent tout particulier a été mis sur les plus petites sociétés et les indépendants. Elles aussi auront leur part des 8,8 milliards d'euros de soutiens annoncés.
Lex Delles, le ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme
Comment sauver l'économie du pays... en trois points
Les ministres des Finances, de l'Economie et des Classes moyennes ont présenté, mercredi soir, leur plan pour aider les entreprises du pays à passer la crise. Soit 8,8 milliards d'euros répartis entre dépenses d'urgence, report de paiement et aides au crédit.