Changer d'édition

«La confiance en Sanjeev Gupta et son groupe diminue»
Économie 2 min. 29.06.2021
Franz Fayot

«La confiance en Sanjeev Gupta et son groupe diminue»

Pour Franz Fayot, l'avenir de l'aciérie de Dudelange devrait s'écrire hors du groupe Liberty Steel.
Franz Fayot

«La confiance en Sanjeev Gupta et son groupe diminue»

Pour Franz Fayot, l'avenir de l'aciérie de Dudelange devrait s'écrire hors du groupe Liberty Steel.
Photo: Guy Jallay
Économie 2 min. 29.06.2021
Franz Fayot

«La confiance en Sanjeev Gupta et son groupe diminue»

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Intervenu mardi à la Chambre, le ministre de l'Economie n'a pas caché son scepticisme quant aux annonces de restructuration faites lundi par Liberty Steel pour l'usine de Dudelange. Franz Fayot y préfère la recherche de nouveaux partenaires industriels.

L'avenir «roumain» que prévoit Liberty Steel pour l'usine de Dudelange semble encore loin d'être tracé. Si le groupe britannique assure vouloir intégrer les sites luxembourgeois, belge et italien aux activités réalisées à Galati (Roumanie), l'idée semble loin de satisfaire pleinement le gouvernement. Pire, cette dernière pourrait n'être qu'une «nouvelle promesse de financement qui n'est pas suivie de mesures concrètes», à en croire Franz Fayot (LSAP)


L'aciérie de Dudelange deviendra «roumaine»
Pour assurer son avenir malgré la faillite de son principal créancier, le groupe Liberty Steel annonce ce lundi se restructurer. Le site luxembourgeois et son homologue de Liège intégreront l'entité basée en Roumanie.

Une nouvelle fois devant la Chambre pour ce dossier, ce mardi, le ministre de l'Economie estime non seulement que «la confiance en Sanjeev Gupta et son groupe diminue», mais aussi et surtout que l'exécutif poursuit «les négociations avec des partenaires industriels potentiels» afin de «se préparer à toute éventualité». En clair, le gouvernement préfère que l'avenir du site de Dudelange s'écrive hors du groupe GFG Alliance, propriétaire de Liberty Steel, ce dernier étant désormais perçu comme n'étant pas en mesure de présenter «de nouvelles perspectives».


Liberty Steel Dudelange sous perfusion de l'Etat
En pleine tempête en raison du dépôt de bilan du principal financier de leur maison-mère, le site luxembourgeois fonctionne au ralenti et une majorité des personnels se retrouvent au chômage partiel, indiquent les syndicats.

Si le locataire du ministère du boulevard Royal s'est refusé à avancer les noms de potentiels repreneurs, il indique que «la SNCI avance bien dans ses analyses de la situation». Et surtout que le site de Dudelange «peut être rentable avec le niveau de commande habituel dans un environnement normal», comprenez que le site devrait être en mesure de maintenir les emplois, comme revendiqué depuis le début de cette crise. Dans une réponse parlementaire publiée ce mardi, Franz Fayot précisait par ailleurs que pour l'heure, «85 équivalents temps plein se trouvent pour l'heure en situation de chômage partiel» et que «les salaires du mois de juin sont assurés».


«La politique européenne ne doit pas détruire d'emplois»
Alors que trois quarts des salariés de l'usine Liberty Steel Dudelange se retrouvent au chômage partiel en raison de la faillite du principal créancier de l'entreprise, plusieurs eurodéputés demandent à la Commission d'intervenir, jugeant que la situation résulte des critères imposés par Bruxelles.

Pour l'heure, l'aciérie luxembourgeoise tourne au ralenti malgré l'explosion de la demande liée à la reprise de l'activité post-covid. L'avenir du site - et de son jumeau de Liège - sera évoqué mercredi entre syndicats et direction locale. Interrogé lundi sur l'annonce de la restructuration interne, Robert Fornieri,  secrétaire général adjoint du LCGB, se montrait lui aussi prudent quant aux annonces du groupe GFG Alliance, évoquant une «provocation» du propriétaire actuel du site coutumier d'annonces «peu fiables».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'activité de l'aciérie de Dudelange tourne toujours au ralenti, et le chômage partiel concerne encore de nombreux employés. Le destin du site luxembourgeois reste toujours lié au sort de l'usine belge de Liège, elle aussi en plein marasme.
Liberty-Steel übernahm 2019 das Werk in Düdelingen von ArcelorMittal, das seit Sommer von Galati aus beliefert wird.
Selon le groupe GFG Alliance, l'usine luxembourgeoise devrait de nouveau fonctionner à plein régime au mois d'octobre. Des «bruits de couloir» au vu des carnets de commande, selon le principal syndicat du site.
Einweihung Liberty Steel Düdelingen in der Z.I. Wolser (Foto: Alain Piron)
Pour assurer son avenir malgré la faillite de son principal créancier, le groupe Liberty Steel annonce ce lundi se restructurer. Le site luxembourgeois et son homologue de Liège intégreront l'entité basée en Roumanie.
Trois mois après la faillite du principal créancier du groupe GFC-Alliance, propriétaire de Liberty Steel, OGBL et LCGB revendiquent vendredi une prise de contrôle partiel de l'Etat. Et ce, le plus rapidement possible afin de sauver les 220 emplois de l'usine de galvanisation.
Wirtschaft, Piquet, Liberty Steel, Présidents, Robert Fornieri LCGB, Stefano Araujo OGBL  Foto: Luxemburger Wort/Anouk Antony
En pleine tempête en raison du dépôt de bilan du principal financier de leur maison-mère, le site luxembourgeois fonctionne au ralenti et une majorité des personnels se retrouvent au chômage partiel, indiquent les syndicats.
Franz Fayot est revenu, mardi, à la tribune de la Chambre sur la situation de l'usine de galvanisation quelques jours après avoir détaillé à huis clos la situation aux membres de la commission Economie. Avec une inquiétude non dissimulée pour les quelque 220 salariés du site.
Liberty Steel