Changer d'édition

La Chine reprend ses mesures de soutien
Économie 3 min. 25.08.2015 Cet article est archivé
Dégringolade des bourses

La Chine reprend ses mesures de soutien

Les bourses européennes se sont resaisies dans la foulée des mesures annoncées par Pékin
Dégringolade des bourses

La Chine reprend ses mesures de soutien

Les bourses européennes se sont resaisies dans la foulée des mesures annoncées par Pékin
REUTERS
Économie 3 min. 25.08.2015 Cet article est archivé
Dégringolade des bourses

La Chine reprend ses mesures de soutien

Les marchés américains, dans la foulée des Bourses européennes, rebondissaient mardi après-midi après l'annonce par la Chine de mesures de relance de la deuxième économie mondiale.

Les marchés américains, dans la foulée des Bourses européennes, rebondissaient mardi après-midi après l'annonce par la Chine de mesures de relance de la deuxième économie mondiale, dont le ralentissement brutal a semé la panique chez les investisseurs.

La Banque populaire de Chine a décidé d'abaisser de 0,25 point de pourcentage, à 4,60%, le taux d'emprunt à un an qui sert de référence, tout en abaissant les réserves obligatoires des banques, autorisées à prêter davantage. Cette dernière mesure équivaut à une injection massive de liquidités dans une économie dont la santé est cruciale aussi bien pour les constructeurs automobiles allemands que les producteurs de minerai de fer australiens ou les fabricants français de lait poudre.

Pour sa part, le Premier ministre chinois Li Keqiang a affirmé qu'il n'y avait aucune raison de faire baisser davantage le yuan, selon les médias officiels, alors que les dernières dévaluations avaient semé le trouble sur les marchés.

Déjà bien orientées depuis l'ouverture, les places boursières européennes ont accéléré le rythme grâce aux annonces de Pékin. 

Une intervention desespérée?

Les marchés se reprennent "au lendemain d'une séance que l'on pourra qualifier d'historique et de complètement folle tant les excès ont été présents", souligne John Plassard, chez Mirabaud Securities, qui se demande toutefois si la banque centrale chinoise n'est pas intervenue "de manière désespérée".

Observateurs et hommes politiques s'interrogeaient sur les répercussions de la grande instabilité boursière des marchés sur l'activité économique, alors que les banques centrales ont utilisé tous les moyens à leur disposition pour la soutenir.

Avant la décision de l'institut d'émission chinois, la Bourse de Shanghai a encore chuté de 7,63% en clôture, tandis que Tokyo a terminé la journée sur une baisse de près de 4%. La première fortune de Chine, Wang Jianlin, patron du groupe Dalian Wanda, spécialisé dans l'immobilier et le divertissement, a d'ailleurs a perdu 3,6 milliards de dollars (3,2 milliards d'euros) sur la seule journée de lundi.

"Le vent de panique qui secoue les marchés, probablement amplifié par les faibles volumes échangés l'été, parait tout à fait surfait", estime Eric Cheney, chef économiste du groupe d'assurances Axa.

Un problème structurel

Les analystes prennent au sérieux le ralentissement économique en Chine, mais relativisent l'impact sur la reprise aux Etats-Unis et en Europe. "Un ralentissement marqué de la Chine n'est pas du tout anodin ni potentiellement catastrophique", puisque cela n'amputerait, via les échanges commerciaux, que de 0,4 point de pourcentage la croissance des PIB américain et européen, souligne Gilles Moec, chef économiste chez Bank of America-Merrill Lynch.

La grande question est désormais de savoir si les mesures prises par Pékin parviendront à restaurer la confiance. "Le marché sent que la Chine va tout faire pour essayer de soutenir son économie mais le risque n'a évidemment pas disparu" et le ralentissement économique en Chine "est un problème de type structurel qui ne peut pas être corrigé par des mesures qui ne sont pas exceptionnelles dans leur ampleur", explique René Defossez, chez Natixis.

Les Bourses chinoises s'étaient envolées de 150% en l'espace d'un an, dopées par un endettement massif et déconnectées de l'économie réelle, avant de finalement s'effondrer à partir de mi-juin, en dépit des efforts répétés de Pékin. (AFP)


Sur le même sujet

La croissance de la Chine a ralenti tout au long de 2018, pour atteindre son plus faible niveau en 28 ans sur l'ensemble de l'année marquée des efforts de désendettement, des conflits commerciaux et une demande intérieure en baisse.
Une employée emballe des barquettes en papier dans une usine de Hangzhou (Chine de l'Est)
L'escalade est engagée entre Chinois et Américains: ils viennent d'annoncer coup sur coup de lourds droits de douane sur leurs produits respectifs. Quelles conséquences aurait une guerre commerciale entre les deux géants de l'économie mondiale?
Malgré les mesures chinoises
La plupart des places financières étaient de nouveau orientées à la baisse mercredi, les mesures de relance de l'économie chinoise prises la veille par Pékin n'étant pas jugées suffisantes par les investisseurs.
La Bourse de Shanghai a une nouvelle fois terminé en territoire négatif mercredi. (Photo: AFP)
Les grandes places boursières asiatiques, en particulier Shanghai, ont continué de dégringoler mardi, au lendemain d'une journée noire, tandis que l'Europe rebondissait, dans un contexte de vives inquiétudes sur l'état de santé de l'économie chinoise.
Investors look at an electronic board showing stock information at a brokerage house in Shanghai, August 25, 2015. China's major stock indexes sank more than 6 percent in early trade on Tuesday, after a catastrophic Monday that saw Chinese exchanges suffer their biggest losses since the global financial crisis, destabilizing financial markets around the world. REUTERS/Aly Song
La déroute des Bourses asiatiques, avec un lundi noir à Shanghai, continuait de faire des ravages, se propageant à Wall Street après avoir entraîné la chute des marchés européens, les investisseurs se montrant de plus en plus inquiets pour l'économie mondiale.
Le Dow Jones chutait de 5,75% en début d'échanges et le Nasdaq de près de 8%. (Photo: AFP)