Changer d'édition

La CGFP attend «plus d'équité fiscale»
Économie 13.09.2019

La CGFP attend «plus d'équité fiscale»

Romain Wolff et la CGFP espèrent une taxation allégée pour les ménages.

La CGFP attend «plus d'équité fiscale»

Romain Wolff et la CGFP espèrent une taxation allégée pour les ménages.
Photo: Gerry Huberty
Économie 13.09.2019

La CGFP attend «plus d'équité fiscale»

Avant la nouvelle réforme fiscale, qui doit voir le jour en 2020, la Confédération générale de la fonction publique plaide pour une imposition allégée en faveur des ménages.

(ER) - Si la nouvelle réforme fiscale se trouve toujours en cours d'élaboration, aucun détail concret n'a encore filtré. Un vide que la CGFP a souhaité combler en présentant ses revendications et ses propositions pour mettre en place «un système fiscal plus équitable». 

Pour l'organisation représentative de la fonction publique, les changements à venir doivent se faire au profit des ménages, puisque selon Romain Wolff, président de la CGFP, ces derniers  «ont financé un cinquième du coût» de la dernière réforme fiscale de 2017. Estimant qu'«aucun acquis ne devant être remis en question», celui qui était membre de l'administration de l'Enregistrement, plaide pour un nouvel équilibre où les entreprises assument une part plus importante.


Une diminution de l'impôt de solidarité n'est pas à l'ordre du jour, selon le ministre des Finances, Pierre Gramegna
Longue vie à l'impôt de solidarité
Le ministre des Finances, Pierre Gramegna a déclaré mardi qu'il n'existe à l'heure actuelle aucune raison de remettre en question le niveau de cet impôt qui a plus que triplé lors de la crise financière de 2008.

«L’inégalité de taxation entre le travail et le capital ne peut être sans fin», assure le président en référence indirecte aux différents acteurs de la Place et au secteur immobilier. D'où l'idée avancée d'«une taxe de 5% sur la valeur marchande du terrain» perçue lors de la vente et «une hausse de la taxe d’abonnement» pour les fonds d'investissement.

Pour rappel, la réforme fiscale, annoncée par Pierre Gramegna au début de l'été, doit voir le jour dans le courant de l'année 2020. Selon l'accord de coalition, le futur texte devra poursuivre «les efforts engagés sur la voie de l'imposition individuelle» via «une généralisation progressive, couplée à l'introduction d'un barème d'impôt unique».


Sur le même sujet

Les familles monoparentales devront encore attendre
La pétition déposée à la Chambre réclamant l'octroi immédiat de la classe 2 aux foyers monoparentaux n'a pas obtenu suffisamment de signatures pour déclencher un débat parlementaire. Mais la mesure sera bien reprise dans la prochaine réforme fiscale, en 2020.