Changer d'édition

La capitale tente de sauver ses commerces
Économie 3 min. 13.05.2020

La capitale tente de sauver ses commerces

Depuis lundi, les magasins accueillent à nouveau leurs clients. Timidement pour l'heure.

La capitale tente de sauver ses commerces

Depuis lundi, les magasins accueillent à nouveau leurs clients. Timidement pour l'heure.
Photo : Lex Kleren
Économie 3 min. 13.05.2020

La capitale tente de sauver ses commerces

Anne-Sophie de Nanteuil
Anne-Sophie de Nanteuil
Huit semaines que le virus a forcé les commerçants et restaurateurs à l'arrêt. Face aux difficultés engendrées, la Ville de Luxembourg a annoncé prendre des mesures pour les aider à se relever.

Commerçants et restaurateurs de la Ville de Luxembourg vont pouvoir sortir (un peu) la tête de l'eau. Face aux difficultés rencontrées par le secteur, quasi à l'arrêt depuis le mois de mars, le conseil communal de la capitale a confirmé mercredi matin son souhait de leur venir concrètement en aide. Et cela passe notamment par l'annulation des loyers.  

Dès le mois de mars, les grandes villes du pays ont en effet renoncé aux loyers des locaux leur appartenant. Une mesure confirmée et même prolongée dans la capitale. «Les loyers resteront gratuits jusqu'au 1er juin», a ainsi précisé Serge Wilmes (CSV), premier échevin de la Ville. Du moins, pour les enseignes qui ont pu rouvrir. Les cafetiers et restaurateurs, dont la date de reprise n'a pas encore été confirmée, pourront eux bénéficier de cette mesure à plus long terme.

335.000 euros offerts

Dans cet élan de solidarité, la Ville de Luxembourg ne compte pas s'arrêter là. Dans la foulée, la commune abandonne sa «taxe terrasses», un montant habituellement dû par les établissements qui sortent des tables dès les beaux jours.   

Des mesures qui représenteront un manque à gagner conséquent pour la capitale. La Ville renonce ainsi à «225.000 euros pour une quarantaine de surfaces commerciales» confirme mercredi au Wort l'échevin en charge du commerce, et ce pour la période de fermeture s'étalant de mars à juin 2020. Une somme à laquelle s'ajoutent les 11.000 euros des terrasses pour la saison, soit un total de 335.000 euros.    

Et pour leur donner de la visibilité, ajoute Serges Wilmes, un site internet a été créé «pour regrouper les commerçants qui faisaient de la vente en ligne ou à emporter».   

Reste donc désormais plus qu'à amorcer de nouveau la pompe. Pour cela, plusieurs pistes sont envisagées, comme des bons d'achats pour relancer la consommation. La capitale étudie la question et cherche des «solutions techniques» avec le site letzshop.lu. «Les clients pourraient acheter sur ce site un bon d'achat qui serait valable sur l'ensemble du territoire de la Ville, pour tous les commerces. La Ville ajouterait un certain pourcentage sur ce bon, par exemple 10%», explique Serge Wilmes. Autrement dit, lors de l'achat d'un bon de 100 euros, les clients bénéficieraient de 110€ en magasin. Des coupons valables dans tous les commerces de la capitale.  

Et pour redynamiser le commerce, la Ville compte donner plus d'attractivité aux quartiers en y installant notamment des stands forains, alors que la traditionnelle Schuberfouer n'aura pas lieu cette année. 

Enfin, des aides directes aux commerçants pourraient également être envisagées, en plus de celles déjà prévues par le gouvernement. La Ville assure y travailler. «On est en train de regarder avec la ministre de l'Intérieur ce qui serait légal», précise l'échevin sans toutefois préciser le montant des aides potentielles ou les modalités d'attribution. 

Au micro de RTL radio lundi matin, le président de l'Union commerciale de la capitale Guill Kaempff indiquait néanmoins qu'aucune faillite n'avait été signalée à ce jour dans la ville. Avant de préciser que plusieurs magasins avaient toutefois résilié leur bail ces dernières semaines.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

«Horeca et tourisme, les secteurs les plus touchés»
Willy Borsus (MR), ministre régional wallon de l'Économie et de l'Agriculture analyse la crise sanitaire et économique en province de Luxembourg. Les commerces de détail et les restaurants sont le plus en souffrance, alors que les PME démontrent de belles capacités de rebond.
Lundi 11 mai, le jour d'après...
Le Luxembourg s'apprête à sortir du confinement. Un drôle de réveil après deux mois d'un quasi-sommeil agité par le cauchemar du covid-19 et sa centaine de morts dans le pays. Lundi, place à un saut dans l'inconnu, vers «une nouvelle normalité» où tout a été bousculé.
A hairdresser cuts the hair of a client at a hairdressing salon in Bratislava on May 6, 2020, amid the novel coronavirus COVID-19 pandemic. - The Slovakian government is easing restrictions because of the low number of new coronavirus infections. Slovakia reopens from May 6, 2020 shops and most service providers, restaurants -- for outdoor seating only -- as well as museums and galleries. (Photo by VLADIMIR SIMICEK / AFP)
Le Luxembourg placé sous monitoring
La fondation Idea a présenté vendredi son nouveau tableau de bord économique et social. Un suivi mensuel détaillé et adapté à la crise actuelle, visant d'une part à comprendre les conséquences du covid-19 et d'autre part, à aider les décideurs dans leurs décisions.
Lokales, Politik, Wirtschaft, Illustration, Lockerung der Ausgangsbeschränkung, Einschränkung, Kontaktbeschränkung, Corona  Krise  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La solidarité pour les restaurateurs s'organise en ligne
Si le déconfinement général sera levé lundi prochain, le secteur de l'Horeca ne pourra en revanche rouvrir ses portes avant le mois de juin. Pour faire face à cette période difficile, des plateformes en ligne ont vu le jour pour aider des commerces touchés de plein fouet par la crise.
L'Horesca bout mais anticipe déjà la relance
Le Premier ministre n'a pas clairement annoncé de date fixe pour la réouverture des restaurants et cafés. Le secteur est à bout de nerf et réclame que soit jouée carte sur table. Dans «une semaine au plus tard», l'Horesca veut lancer sa grande campagne de reprise.
Lokales, Corona-Virus, Restautrants und Cafés müssen schliessen, Gastronomie, Horesca, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
«Certains commerces doivent retrouver une clientèle»
Nicolas Henckes a accueilli avec une certaine satisfaction la réouverture des magasins pour le 11 mai. Mais le directeur de la Confédération luxembourgeoise du commerce (CLC), attend davantage de l'Etat pour soutenir le secteur.
People walk in the shopping street 'Getreidegasse' in the old town in Salzburg, Austria on May 2, 2020. - Austrian citizens are allowed to leave the house for non-essential trips as it eases coronavirus lockdown measures, but said limits on gatherings and social distancing rules would remain in place. From May 2, 2020, shopping centres, hairdressers and all shops with more than 400 square metres of sales area are allowed to reopen, including the major electrical retailers, fashion chains, furniture stores and sports equipment retailers. (Photo by BARBARA GINDL / APA / AFP) / Austria OUT