Changer d'édition

La Brasserie Nationale se fait mousser
Économie 2 min. 27.02.2020 Cet article est archivé

La Brasserie Nationale se fait mousser

Le Groupe Brasserie Nationale/Munhowen a réalisé des investissements pour réduire son empreinte carbone.

La Brasserie Nationale se fait mousser

Le Groupe Brasserie Nationale/Munhowen a réalisé des investissements pour réduire son empreinte carbone.
Photo: Gerry Huberty
Économie 2 min. 27.02.2020 Cet article est archivé

La Brasserie Nationale se fait mousser

Malgré le déclin du marché de la bière dans le monde et au Luxembourg, le plus grand producteur du Grand-Duché se porte bien. Il affiche un chiffre d’affaires en progression de 2 %, à 10,9 millions et se félicite du succès de la marque Battin, son deuxième fer de lance derrière Bofferding.

(DH avec Marco Meng) - Dans un marché très concurrentiel, la Brasserie Nationale tire son épingle du jeu, notamment avec Bofferding, sa marque phare, mais aussi Battin qui affiche une progression de près de 13%.

C'est ainsi que le plus grand brasseur du pays a présenté des résultats à nouveau à la hausse après les 4% de chiffre d'affaires enregistrés en 2018. Cette année, la Brasserie Nationale affiche un chiffre d'affaires de 10,9 millions d'euros, soit une progression de 2%. Le résultat est de 3,8 millions a indiqué Georges Lentz, l'administrateur délégué de l'entreprise fondée en 1764 qui s'est félicité «d'avoir connu une très bonne année». 

En effet, l'entreprise qui commercialise les marques de bière Bofferding, Battin et Funck-Bricher a écoulé 157 600 hectolitres en 2019, soit une progression de 2,2% sur un an, dans un marché qui est estimé à 289.000 hectolitres. Dans ce contexte, la marque Battin confirme le succès observé ces dernières années.  55 000 hectolitres de Battin ont été vendus l'an dernier, soit une progression de 7 000 hectolitres par rapport à l'an dernier.


La bière Bofferding conquiert Bruxelles
La Brasserie Nationale met la pression sur le marché de la bière bruxellois. De plus en plus de bars de la capitale belge choisissent la marque luxembourgeoise.

Quant à Munhowen, la filiale commerciale de la Brasserie Nationale, elle a réalisé un chiffre d'affaires de 79,3 millions d'euros en 2019, soit une augmentation de 1,5% par rapport à 2018. Avant impôts et amortissements, le résultat était de 6,55 millions d'euros, soit une augmentation de 2,5% par rapport à l'exercice précédent.

Par ailleurs, l'année dernière a également été caractérisée par un programme d'investissement de plusieurs millions d'euros. «Nous sommes l'une des brasseries les plus modernes et les plus vertes d'Europe», a encore déclaré l'administrateur délégué du groupe qui emploie 260 personnes. L'investissement consenti représente près de dix millions d'euros et pourrait permettre, entre autres, de considérablement réduire la consommation d'énergie. «Avec cette étape importante, nous réduisons notre empreinte carbone», a déclaré le directeur général Frédéric de Radiguès.

Les ventes de bière sur le marché national sont estimées à 469 000 hectolitres, dont plus de la moitié sont des bières importées. Par rapport aux ventes de 2018,  et même si la population du pays a augmenté, le marché luxembourgeois a chuté d'environ 7000 hectolitres. 


Sur le même sujet

La Brasserie nationale a réussi à maintenir son chiffre d'affaires à 158 millions d'euros. Son bénéfice est en légère baisse en raison de ses investissements en 2014, année de son 250e anniversaire. La loi antitabac l'a obligé à revoir sa stratégie.
L'administrateur-délégué de Brasserie nationale, Georges Lentz, a fustigé la loi antitabac et dit redouter les effets de la hausse de la TVA de 3 à 17% depuis le début de l'année. Photo: Guy Jallay)