Changer d'édition

La BEI innove... dans l'innovation
Économie 3 min. 18.06.2018 Cet article est archivé

La BEI innove... dans l'innovation

Pendant 48 heures, il a fallu que la Banque accepte que ces drôles de codeurs soient entièrement mobilisés dans ses locaux et même qu'ils y dorment, pour certains.

La BEI innove... dans l'innovation

Pendant 48 heures, il a fallu que la Banque accepte que ces drôles de codeurs soient entièrement mobilisés dans ses locaux et même qu'ils y dorment, pour certains.
Photo: Serge Daleiden
Économie 3 min. 18.06.2018 Cet article est archivé

La BEI innove... dans l'innovation

Thierry LABRO
Thierry LABRO
L'équipe d'EY, emmenée par son leader «Innovation et Robotics», Angel Pavlov, remporte le concours de codeurs.

Ne dites pas «hackathon», la BEI n'est pas encore prête à utiliser ce mot. Non, vendredi soir, l'équipe d'EY emmenée par son leader «Innovation et Robotics», Angel Pavlov, a remporté un «concours de codeurs». Pour la première fois de son histoire, la banque européenne d'investissement avait ouvert ses portes, pendant 48 heures, à une cinquantaine de codeurs. Des Européens, mais aussi des Américains, un Indien, des Russes et des Ukrainiens, dont le très célèbre Pavel Kravchenko, expert mondialement reconnu de la blockchain et des monnaies cryptées. Pour la petite histoire, les Russes venus avec leurs propres serveurs ont été invités à les laisser à leur hôtel.


EIB President Werner Hoyer, Foto Lex Kleren
Europäische Investitionsbank: Ungewisse Zukunft durch Brexit
Der Präsident der EIB erklärt im Interview welchen Herausforderungen die Bank in den kommenden Jahren entgegensieht.

L'exercice était d'utiliser la blockchain pour rendre le secteur des papiers commerciaux plus efficace, plus rapide et moins cher. Pour la banque, le thème retenu est loin d'être anecdotique: elle détient actuellement pour 19 milliards d'équivalents euros de ces titres de dettes provisoires. Ce montant, en moyenne annuelle à 15 milliards, peut aller jusqu'à 35 milliards.

Pendant 48 heures, il a fallu que la Banque accepte que ces drôles de codeurs soient entièrement mobilisés dans ses locaux, qu'ils y dorment même pour certains, qu'ils y mangent, qu'ils développent leurs concept et qu'ils préparent leur présentation. Au lieu des traditionnels mentors, qui viennent conseiller habituellement les participants à ces concours au Technoport et bientôt – c'est sûr – dans la House of start-ups, la BEI a profité de la réunion de l'association des trésoriers pour leur demander, à intervalles réguliers, de passer aider ces codeurs à bien comprendre l'enjeu et à adapter leur développement.

Dans la salle des trésoriers, seulement séparées par une passerelle de quelques mètres de la salle de travail des douze équipes, un programme de conférences avait commencé jeudi matin par un discours du ministre des Finances, Pierre Gramegna, et d'un vice-président de la BEI Alexander Stubb. Se sont ensuite succédé quatorze conférenciers, du professeur Eric Vermeulen, de l'université de Tilburg, à une des responsables d'Hyperledger, en passant par Jean-Louis Schiltz, le fondateur de Neofactor Laurent Kratz, le leader d'Infrachain Marco Houwen ou encore le directeur du SnT de l'université Bjorn Ottersten.

Au final, a rappelé le directeur Finances de la BEI, Bertrand de Mazières, «quatre équipes se sont détachées» pour le jury qu'il présidait avec Laurent Kratz, Nasir Zubairi (directeur de la LHOFT), Dirk Andreas Zetsche (professeur à la faculté de droit, d'économie et de finance à l'Université), Erik Vermeulen et Marta Perarska (Hyperledger).


Kommissionsvizepräsident Katainen und EIB-Präsident Hoyer sehen weiterhin Bedarf für den Juncker-Plan.
Zwischenbilanz des Investionsprogramms: „Der Juncker-Plan muss bekannter werden”
Das milliardenschwere Vorzeigeprojekt der EU ist ein Erfolg, sagen Kommissionsvizepräsident Jyrki Katainen und der Präsident der Europäischen Investitionsbank Werner Hoyer im Interview. Nun müsse die Kommunikation verbessert werden.

«Nous sommes très très excités d'avoir la chance de travailler avec la BEI», s'est réjoui le leader d'EY à l'issue de la cérémonie. «Je n'avais pas fait ce genre de compétition depuis 25 ans! Cela montre que nous ne sommes pas seulement des consultants mais que nous avons une expertise!» Car le vainqueur remporte non seulement un chèque de 5.000 euros mais aussi la possibilité de travailler pendant six mois à la BEI pour parvenir à un «proof of concept», un produit qui fonctionne pour améliorer les flux de ces transactions entre banques et BEI pour des prêts à très court terme qui fluidifient l'économie européenne.

La BEI, qui travaille avec de nombreux instruments financiers, était si contente de cette première qu'elle pourrait organiser prochainement d'autres événements de ce type, concédaient vendredi soir les responsables de l'institution.