Changer d'édition

La BCE dégaine un plan colossal
Économie 2 min. 19.03.2020

La BCE dégaine un plan colossal

Les 750 milliards d'euros débloqués s'ajoutent à une première enveloppe de 120 milliards déjà débloquée face à l'épidémie

La BCE dégaine un plan colossal

Les 750 milliards d'euros débloqués s'ajoutent à une première enveloppe de 120 milliards déjà débloquée face à l'épidémie
Photo: AFP
Économie 2 min. 19.03.2020

La BCE dégaine un plan colossal

La Banque centrale européenne a annoncé mercredi soir le déblocage d'une enveloppe de 750 milliards d'euros destinés à des rachats de dette publique et privée pour tenter de contenir les répercussions sur l'économie de la pandémie de coronavirus.

(AFP) -  Ce «programme de rachat d'urgence face à la pandémie» sera réalisé d'ici à la fin de l'année, a précisé l'institution dans un communiqué publié à l'issue d'une réunion téléphonique du conseil des gouverneurs. Il s'ajoute à une première enveloppe de 120 milliards d'euros déjà débloquée face à l'épidémie. Les gardiens de l'euro mettront fin audit programme lorsqu'il sera jugé que «la phase de crise du coronavirus Covid-19 est terminée, mais en tout cas pas avant la fin de l'année», précise le communiqué.

En rachetant ainsi massivement de la dette des Etats et d'entreprises de la zone euro sur les marchés, la BCE espère soulager les banques et les inciter à maintenir voire relancer leurs prêts aux ménages et entreprises, et ainsi à soutenir la production et l'emploi. Ce soutien doit contribuer à fluidifier les flux financiers dans un système économique grippé, où de nombreuses sociétés sont obligées de suspendre leur activité et certaines vont se retrouver bientôt menacées de faillite.

Faire tout ce qui est nécessaire, quoi qu'il en coûte

A titre de comparaison, de mars 2015 à décembre 2018, la BCE avait acheté des titres tous les mois sur les marchés financiers pour un total de 2.600 milliards d'euros pour soutenir la zone euro. Elle avait repris ses rachats fin 2019 à raison de 20 milliards d'euros par mois, rajoutant l'enveloppe de 120 milliards d'euros le 12 mars comme première réponse à la crise du coronavirus.

Son plan dévoilé mercredi est supérieur encore à celui de la banque centrale américaine (Fed), qui a annoncé lundi l'achat de 500 milliards de dollars de bons du Trésor et de 200 milliards de dollars de titres hypothécaires, pour «soutenir le bon fonctionnement» de ces marchés «qui sont au cœur des flux de crédit aux ménages et aux entreprises». La BCE a ajouté mercredi qu'elle ferait «tout ce qui est nécessaire dans le cadre de son mandat», renouant avec l'expression «quoi qu'il en coûte» («whatever it takes») prononcée par son ancien président Mario Draghi au pire de la crise de la dette publique en 2012. Une promesse qui avait largement contribué à résorber la crise.


(FILES) This file photo taken on January 24, 2019 shows the headquarters of the European Central Bank (ECB) in Frankfurt am Main, western Germany. - European Central Bank policymakers kept interest rates at their historic lows on March 7, 2019 and said they would remain there "at least through the end of 2019". (Photo by Daniel ROLAND / AFP)
La BCE sort l'artillerie face au coronavirus
Fermant la marche des grandes banques centrales, la Banque centrale européenne (BCE) a dégainé à son tour jeudi un arsenal de mesures face à l'épidémie de coronavirus, pour tenter d'endiguer la panique financière et de limiter l'impact sur l'économie.

La réponse de la BCE mercredi est «massive à tous les niveaux - taille, flexibilité, portée et engagement à revoir les limites des émetteurs», a jugé l'analyste Frederik Ducrozet, stratégiste chez Pictet Wealth Management. «A condition que la réponse budgétaire (des Etats) continue de s'accroître, cela changera la donne pour l'économie de la zone euro et les marchés du crédit», a-t-il ajouté.    


Sur le même sujet

Ne brûlez pas vos billets de banque !
S'il est recommandé de régler ses achats en carte bancaire, la Banque centrale de Luxembourg veut tordre le coup à une «fake news : non, la monnaie papier n'est pas significativement porteuse du covid-19.
Une récession économique en ligne de mire
Le Premier ministre a évoqué, mardi à la Chambre, les éventuelles conséquences négatives pour l'économie du pays. Il évoque la possibilité d'une récession alors que le ministre des Finances s'apprête à détailler des mesures spécifiques dans les jours à venir.
21.9. Wi/ Sanem / Cronospan / Illustration pour Conférence “La défense de l’Environnement est-elle un frein au développement économique“ / Usine , Nature foto:Guy Jallay
La BEI se mobilise à son tour
L'institution de financement de l'Union européenne, basée à Luxembourg, a annoncé qu’elle allait mobiliser jusqu'à 40 milliards d'euros pour faire face à la crise. Par ailleurs, elle a appelé les Etats membres à établir de nouvelles garanties pour les PME.
La BCE sort l'artillerie face au coronavirus
Fermant la marche des grandes banques centrales, la Banque centrale européenne (BCE) a dégainé à son tour jeudi un arsenal de mesures face à l'épidémie de coronavirus, pour tenter d'endiguer la panique financière et de limiter l'impact sur l'économie.
(FILES) This file photo taken on January 24, 2019 shows the headquarters of the European Central Bank (ECB) in Frankfurt am Main, western Germany. - European Central Bank policymakers kept interest rates at their historic lows on March 7, 2019 and said they would remain there "at least through the end of 2019". (Photo by Daniel ROLAND / AFP)