Changer d'édition

La banque JPMorgan se lance dans le football
Économie 19.04.2021

La banque JPMorgan se lance dans le football

L'UEFA et sa Champions League ont du souci à se faire. A long terme, les membres de la Super League espèrent générer plus de 15 milliards d'euros de recettes.

La banque JPMorgan se lance dans le football

L'UEFA et sa Champions League ont du souci à se faire. A long terme, les membres de la Super League espèrent générer plus de 15 milliards d'euros de recettes.
Photo : AFP
Économie 19.04.2021

La banque JPMorgan se lance dans le football

La holding américaine a annoncé, lundi, qu'elle allait financer le projet de «Super League» porté par une poignée de clubs de foot européens parmi les plus riches.

(AFP) - «Je peux confirmer que nous finançons l'opération». Voilà ce que, lundi, un porte-parole de la banque JPMorgan a assuré depuis Londres en parlant du projet de Super League qui met le milieu du foot en ébullition. Cette nouvelle compétition privée serait lancée par douze grands clubs, avec le but de supplanter la prestigieuse Ligue des champions. En clair, cela constitue une déclaration de guerre à laquelle l'UEFA a promis de répliquer en excluant les équipes dissidentes et leurs joueurs.


Lokales,Stade National du Luxembourg-neues Fussballstadion Kockelscheuer. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Stade de Luxembourg reste sur la touche
Pas prêt pour la venue de l'équipe du Portugal, le nouvel équipement ne le sera pas plus pour la venue de l'Ecosse en match amical le 6 juin. Les finitions tardent décidément.

Ebranlé par la pandémie de covid-19, le sport roi en Europe voit en effet son avenir s'inscrire en pointillé avec une remise en cause de l'actuel système pyramidal de redistribution des ressources télévisuelles entre la Ligue des champions, compétition phare, et les championnats nationaux.

Pour remplir son objectif de «générer des ressources supplémentaires pour toute la pyramide du football», la Super League a surtout commencé par promettre des ressources supplémentaires à ses clubs fondateurs. Un pactole de 3,5 milliards d'euros sera ainsi distribué aux quinze clubs fondateurs, une manne financée donc par JPMorgan.

Parmi les douze clubs, six sont issus de la Premier League, le championnat le plus suivi en Europe. A peine annoncé, le projet a suscité une vague d'indignation, y compris parmi les supporters, mais également au sein du monde politique. Ainsi, cette Super League est-elle contraire aux valeurs européennes de «diversité» et d'«inclusion», a par exemple estimé Margaritis Schinas, vice-président de la Commission européenne, sur Twitter.

Le Paris Saint-Germain, mais aussi les clubs allemands du Bayern de Munich et du Borussia Dortmund ont déjà fait savoir qu'ils n'étaient pas favorables pour participer à cette compétition bis.


Sur le même sujet

La Super Ligue se dégonfle... déjà
Quarante-huit heures et puis s'en va: après avoir menacé lundi de bouleverser l'ordre établi du football européen, les promoteurs de la Super Ligue ne peuvent que constater l'échec de leur projet.
Supporters hold up placards critical of the idea of a New European Super League, outside English Premier League club Chelsea's Stamford Bridge stadium in London on April 20, 2021, ahead of their game against Brighton. - The 14 Premier League clubs not involved in the proposed European Super League "unanimously and vigorously rejected" the plans at an emergency meeting on Tuesday. Liverpool, Arsenal, Chelsea, Manchester City, Manchester United and Tottenham Hotspur are the English clubs involved. (Photo by JUSTIN TALLIS / AFP)
Haaland et Ibrahimovic premières stars du mercato
Le buteur norvégien de 19 ans du RB Salzbourg a été recruté par Dortmund jusqu'en juin 2024, alors qu'après deux saisons aux Etats-Unis, la star suédoise retrouve l'AC Milan, à 38 ans, pour réanimer une équipe moribonde.
Erling Braut Haaland (à dr.) a été recruté par Dortmund jusqu'en juin 2024
Duel «so british», la Roma face à une montagne
Un duel de clubs anglais, Liverpool et Manchester City, qui promet d'être riche en buts, un club italien, l'AS Rome, face à la montagne Barcelone: les deux derniers quarts de finale aller de la Ligue des champions mercredi sont aussi alléchants que ceux de mardi.
Jürgen Klopp et Pep Guardiola, deux apôtres du beau jeu.