Changer d'édition

L'UE veut doubler son capital-risque
"De nombreux entrepreneurs innovants en Europe pourront bientôt obtenir les investissements dont ils ont besoin pour innover et réussir à l'échelle mondiale, ce qui sera synonyme de plus d'emplois et de plus de croissance en Europe", a déclaré le vice-président de la Commission européenne chargé de l'emploi, de la croissance, de l'investissement et de la compétitivité, Jyrki Katainen

L'UE veut doubler son capital-risque

Jerry Huberty
"De nombreux entrepreneurs innovants en Europe pourront bientôt obtenir les investissements dont ils ont besoin pour innover et réussir à l'échelle mondiale, ce qui sera synonyme de plus d'emplois et de plus de croissance en Europe", a déclaré le vice-président de la Commission européenne chargé de l'emploi, de la croissance, de l'investissement et de la compétitivité, Jyrki Katainen
Économie 2 min. 10.04.2018

L'UE veut doubler son capital-risque

Thierry LABRO
Thierry LABRO
La Commission européenne et le Fonds européen d'investissement ont annoncé mardi le lancement d'un programme de fonds paneuropéens de capital-risque (VentureEU) pour doubler le capital-risque dans 1.500 start-up (jeunes entreprises) et les scale-up (entreprises en expansion) dans toute l'Europe.

Six fonds ont été sélectionnés: Aberdeen Standard Investments, Axon Partners Group, Isomer Capital, LGT, Lombard Odier Asset Management et Schroder Adveq, qui recevront le soutien de l'Union européenne pour s'engager à investir dans le marché européen du capital-risque. 

Grâce à un financement de l'UE de l'ordre de 410 millions d'euros, ces fonds devraient lever 2,1 milliards d'euros d'investissements publics et privés, ce qui devrait, selon les estimations, se traduire par 6,5 milliards d'euros de nouveaux investissements dans des start-up et des scale-up innovantes dans toute l'Europe et multiplier ainsi par deux le montant de capital-risque disponible en Europe. 

6,5 milliards contre 39,4 aux Etats-Unis 

Le capital-risque est essentiel au bon fonctionnement de l'union des marchés des capitaux, note le communiqué de la Commission, mais il reste trop peu développé en Europe. 

En 2016, les capitaux-risqueurs ont investi environ 6,5 milliards d'euros dans l'UE, contre 39,4 milliards d'euros aux États-Unis. En outre, la taille des fonds de capital-risque en Europe est trop petite: 56 millions d'euros en moyenne, contre 156 millions d'euros aux États-Unis. La conséquence est que les start-up à fort potentiel partent vers des écosystèmes où elles ont plus de chances de se développer rapidement. 

Le nombre d'entreprises qui avaient atteint, fin 2017, le statut de «licorne», c'est-à-dire une valorisation de plus d'un milliard de dollars, s'élevait à 26 dans l'UE, contre 109 aux États-Unis et 59 en Chine. 

Les 410 millions proviennent pour 200 millions d'euros du programme Horizon 2020 InnovFin Equity, 105 millions d'euros du programme COSME (programme européen en faveur des petites et moyennes entreprises), et 105 millions d'euros du Fonds européen pour les investissements stratégiques (dans le cadre du «plan Juncker»). 

Le reste des financements sera levé principalement auprès d'investisseurs indépendants par les gestionnaires de fonds sélectionnés. 

L'initiative devrait commencer à porter ses fruits à partir de 2019. 

Les start-up ou scale-up qui voudraient profiter de ces financements peuvent contacter directement 

à partir du 10 avril.


Sur le même sujet

Plan Juncker: Un effet levier jugé «crédible»
En pariant sur 315 milliards d'euros d'investissement sur la période 2015-2017 pour une mise de 21 milliards d'euros de l'Union européenne et de la Banque européenne d'investissement, soit un «effet levier» de 15, le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, est jugé crédible.
Conférence de presse sur les perspectives économiques poue 2015, avec Marc Wagner, Carlo Thelen et Christel Chatelain a la Chambre de commerce. Photo: