Changer d'édition

L'UE et la zone euro vont entrer en récession fin d'année
Économie 2 min. 11.11.2022
De sombres prévisions

L'UE et la zone euro vont entrer en récession fin d'année

«L'incertitude reste exceptionnellement élevée», a mis en garde le commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni,
De sombres prévisions

L'UE et la zone euro vont entrer en récession fin d'année

«L'incertitude reste exceptionnellement élevée», a mis en garde le commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni,
Photo: AFP
Économie 2 min. 11.11.2022
De sombres prévisions

L'UE et la zone euro vont entrer en récession fin d'année

Bruxelles a encore assombri vendredi ses prévisions économiques pour l'Europe en annonçant une récession en fin d'année, tout en relevant fortement ses anticipations d'inflation, à cause de la flambée de l'énergie liée à la guerre en Ukraine.

(AFP) - «L'UE, la zone euro et la plupart des pays membres devraient plonger en récession au dernier trimestre de cette année», a prédit l'exécutif bruxellois ce vendredi dans un communiqué.


Le Statec table sur trois tranches d'indexation en 2023
Selon les dernières prévisions de l'Institut national de la statistique, les salaires pourraient être indexés trois fois l'année prochaine.

Même s'il anticipe un retour de la croissance au printemps, il a revu en forte baisse sa prévision de progression du PIB pour 2023 à seulement 0,3% pour les pays partageant la monnaie unique, contre 1,4% attendu jusqu'ici.

En cause, les conséquences de l'invasion russe de l'Ukraine, qui ont touché l'économie mondiale, mais particulièrement l'Europe.

Des prévisions revues à la hausse pour l'inflation

«L'UE fait partie des économies avancées les plus touchées, en raison de sa proximité géographique avec la zone de guerre et de sa forte dépendance aux importations de gaz en provenance de Russie», a souligné la Commission.

«La crise de l'énergie érode le pouvoir d'achat des ménages et pèse sur la production. Les indicateurs de confiance ont fortement chuté», a-t-elle détaillé. En conséquence, «les chiffres attendus pour 2023 sont significativement plus faibles concernant la croissance, et plus élevés concernant l'inflation», a-t-elle relevé.

Bruxelles a revu en forte hausse sa prévision d'inflation dans la zone euro pour 2023, à 6,1%, contre seulement 4% anticipé jusqu'ici, mais elle estime que la hausse des prix reculera après avoir atteint son point haut fin 2022.

Sur l'ensemble de l'année 2022, Bruxelles table sur une inflation plus forte que prévu à 8,5%, contre 7,6% attendu précédemment.

«L'incertitude reste exceptionnellement élevée» en raison de l'évolution imprévisible de la guerre, a cependant mis en garde le commissaire européen à l'Economie, Paolo Gentiloni, lors d'une conférence de presse. «Le risque est principalement celui de chiffres encore moins bons», a-t-il dit.

La croissance du PIB ralentie au Luxembourg

Concernant le Luxembourg, «la croissance du PIB réel devrait ralentir pour atteindre des taux de croissance de 1,5 % en 2022, 1 % en 2023 et 2,4 % en 2024» en raison «d’une demande intérieure et extérieure plus faible et d’une grande incertitude quant au comportement des consommateurs et des investisseurs». 

L'inflation devrait petit à petit ralentir au Luxembourg pour atteindre 3,1% en 2024
L'inflation devrait petit à petit ralentir au Luxembourg pour atteindre 3,1% en 2024
Crédit: Commission européenne

L’inflation globale au Luxembourg devrait augmenter pour atteindre 8,4 % cette année, avant de ralentir pour s’établir à 3,8 % en 2023 et à 3,1 % en 2024. Les nouvelles mesures décidées à l'issue de la tripartite et qui visent à atténuer l’incidence des prix élevés de l’énergie et du ralentissement économique «pèseront sur le solde des administrations publiques, en particulier en 2023», souligne la Commission. Les déficits devraient donc augmenter le ratio de la dette publique au PIB, «bien qu’à un niveau encore faible». 


Sur le même sujet

La Commission européenne a annoncé lundi avoir abaissé de 1,3 point sa prévision de croissance économique pour la zone euro en 2022 à 2,7%, et augmenté de 3,5 points sa prévision d'inflation à 6,1%, à cause de la guerre en Ukraine.
Après un premier semestre marqué par les confinements, puis «un rebond vigoureux» avec la levée progressive des mesures sanitaires, l'économie de la zone euro affronte ce que la Commission nomme «des perturbations». Au Luxembourg, l'année devrait s'achever avec un recul de 4,5% du PIB.
Paolo Gentiloni