Changer d'édition

L'optimisme de la Place ne devrait pas durer
Économie 5 min. 02.07.2020

L'optimisme de la Place ne devrait pas durer

La Place retient son souffle, car «la reprise post-covid prend plus de temps que nous le pensions initialement»

L'optimisme de la Place ne devrait pas durer

La Place retient son souffle, car «la reprise post-covid prend plus de temps que nous le pensions initialement»
Photo: Gerry Huberty
Économie 5 min. 02.07.2020

L'optimisme de la Place ne devrait pas durer

Dressant mercredi l'état des lieux et les perspectives du secteur financier au Luxembourg, l'Association des banques craint une année 2020 tourmentée. Par contre, l'ABBL parle d'une «contribution stable et importante des banques pour l'économie luxembourgeoise» en 2019.

(JFC, avec Marco Meng) - Effectuée la semaine dernière par le «Luxemburger Wort», la compilation de données des acteurs du secteur bancaire annonçait la fin d'un cycle sur la Place. Mais si ce classement réalisé avant même l'impact du covid-19 démontre les transformations en cours au sein du principal pilier de l'économie luxembourgeoise, les banques luxembourgeoises ont également apporté une «contribution stable et importante à l'économie» en 2019, déclarait mercredi Guy Hoffmann, président de l'Association des banques luxembourgeoises (ABBL).

Toutefois, dix ans après la crise financière de 2008-2009, le bilan annuel de 2019 montre également que les revenus, en hausse de 2,7% pour atteindre 12 milliards d'euros, ont été compensés par une augmentation des coûts de 8,5%, ce qui a réduit le résultat avant provisions de 6,4% par rapport à 2018. Revenant sur la dernière décennie, Guy Hoffmann souligne qu'en 2012, 43% des revenus étaient encore compensés par les coûts, tandis que ce chiffre est passé depuis à 60%.

Or, les banques doivent consacrer cette manne en priorité au respect des réglementations, mais aussi à la sécurité informatique, un domaine devenu essentiel pour elles aujourd'hui. Autrement dit, 50 à 60% des investissements bancaires ne sont pas réalisés dans l'innovation, mais servent à répondre à de simples exigences légales. «Mais dans l'ensemble, la Place financière s'est bien développée en 2019», tempère le président de l'ABBL, «même s'il est clair», ajoute-t-il que «dans toute l'Europe, les banques ne pourront plus fonctionner de manière aussi rentable».

En outre, le fait que le Luxembourg présente l'un des taux de défaut de paiement les plus faibles en Europe a également contribué au «développement généralement positif de la Place avec ses 26.000 employés directs et 50.000 employés indirects». Un nombre de salariés qui est d'ailleurs resté stable d'une année sur l'autre.  

Guy Hoffmann, le président de l'ABBL parle d'«un développement généralement positif de la Place»
Guy Hoffmann, le président de l'ABBL parle d'«un développement généralement positif de la Place»
Photo: Guy Jallay

Bien que le total des fonds propres disponibles pour les banques ait chuté à 48 milliards d'euros, cela est principalement dû au fait que le nombre de banques au Luxembourg a également diminué, passant de 135 en 2018 à 127 en 2019.

L'année 2019 a enregistré une hausse de 6,4% des prêts accordés, pour un montant total de 665 milliards d'euros. En parallèle, plus d'argent (+18 milliards par rapport à 2018) a été déposé dans les banques par les clients, ce qui a entraîné une augmentation de 6,1% du total du bilan des institutions du pays, pour atteindre 815 milliards d'euros.

Selon l'ABBL, le secteur des banques privées affiche une bonne croissance, avec quelque 450 milliards d'euros d'actifs désormais sous gestion, en partie parce que 2019 fut une bonne année boursière. En comparaison, le secteur gérait un volume de 225 milliards d'euros il y a dix ans. Les banques luxembourgeoises ont prêté 30 milliards d'euros aux entreprises grand-ducales l'année dernière, ce qui prouve «le rôle important que jouent les établissements de crédit dans l'économie luxembourgeoise», souligne M. Hoffmann.

Élargie à 20 nouveaux membres en 2019, l'ABBL souligne que «le Luxembourg doit rester un centre financier attractif». En effet, la crainte est de voir de nombreuses banques internationales de pays tiers, également soumises à une pression sur les coûts, tentées de réduire leur présence dans l'UE à quelques endroits. Selon Guy Hoffmann, les banques luxembourgeoises pourraient alors poser des jalons avec des produits bancaires durables. Il y voit «une bonne opportunité pour elles de se positionner».

Peu de demandes de prêts avec garantie de l'État

Se projetant sur l'exercice 2020 avec, bien sûr en toile de fond, la crise du coronavirus et ses conséquences, Yves Maas, le président de l'ABBL déclare que «le moment de vérité est encore à venir». Selon lui, le facteur décisif est de savoir si le moteur économique va bientôt redémarrer ou non, car il admet que «la reprise prend plus de temps que nous le pensions initialement».

Concernant les différentes aides mises en place pendant la crise sanitaire, le CEO précise que 18.000 emprunteurs ont pu bénéficier d'un délai dans le remboursement des crédits offert par les banques, ce qui représente un volume de crédit de 3,7 milliards d'euros. Par ailleurs, les demandes de nouveaux prêts avec garantie de l'État ont connu peu de succès: seules 245 sociétés en ont introduit une jusqu'à présent, et 70% de ces prêts ont été accordés pour un montant total de 71 millions d'euros.


Wirtschaft, Classement des Banques,Finanzplatz Luxemburg,Banken,Deutsche Bank, KPMG. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Sept banques valident la caution de l'Etat
BCEE, BIL, BGL BNP Paribas, Banque de Luxembourg, Raiffeisen, ING et Bank of China : tels sont les établissements ayant validé la nouvelle convention encadrant le régime des prêts garantis par l’État.

L'ABBL l'explique en partie par le fait que «les entreprises sont actuellement plus enclines à attendre et à voir comment la situation évolue qu'à réaliser de nouveaux investissements». De plus, les demandes de prêts doivent répondre à certains critères que toutes les entreprises ne remplissent pas. Pour rappel, ces prêts bénéficiant d'une garantie de l'État et d'une durée maximale de six ans peuvent encore être demandés jusqu'à la fin de l'année 2020.

Dans le même temps, 770 nouveaux prêts (sans garantie de l'État cette fois) ont été demandés aux banques, dont 80% ont été approuvés pour un volume total de 75 millions d'euros. «Les banques luxembourgeoises étaient bien positionnées pour aborder la crise», affirme Guy Hoffmann, «mais cela ne signifie pas non plus que la crise peut durer éternellement...»

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

2019 marque la fin d'un cycle pour la Place
A l'heure des bilans annuels, le «Luxemburger Wort» s'est prêté au jeu de la compilation de données des acteurs du secteur bancaire. Un classement des banques qui démontre les transformations en cours au sein du principal pilier de l'économie luxembourgeoise, avant même l'impact du covid-19.
WI. Classement des banques . Banken,Finanzplatz Luxemburg , Arendt,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
«Des défis d'une envergure inédite»
Déjà en lice à la fin de l'année 2017, Pierre Gramegna brigue à nouveau la présidence de l'Eurogroupe alors que l'Europe va devoir gérer une récession historique. Rencontre avec le ministre des Finances qui évoque aussi l'impact du covid-19 sur le secteur bancaire et les scénarios de l'après-crise.
Wi,Classement des banques -ITV Pierre Gramegna.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le Luxembourg met «5% de son PIB» sur la table
Le pacte de redémarrage, annoncé mercredi par le Premier ministre, a été détaillé par le ministre des Finances. Un plan supplémentaire de «700 à 800 millions d'euros» voué à permettre que tout le monde «joue le jeu des liquidités».
Politik, Sommerinterview Pierre Gramegna, Minister der Finanzen, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Les banques redoutent une vague de faillites
Malgré l'arsenal déployé pour lutter contre la crise liée à la pandémie de covid-19, les professionnels de la finance font appel à l'Etat pour intensifier les efforts destinés à sauver les entreprises en difficulté.
Mit neuen Hilfs-Krediten ist nicht jedem Unternehmen gedient – auch den Banken nicht, deren normales Kreditgeschäft wegen der Rezession eingebrochen ist.
Le plan de stabilisation luxembourgeois bien noté
L'effort des mesures anti-crise par rapport à la richesse produite au Grand-Duché est important. Il devrait atteindre près de 19% du PIB national. Un ratio qui classe le pays parmi les cinq Etats les plus engagés à soutenir son économie par rapport à sa capacité économique.
Sept banques valident la caution de l'Etat
BCEE, BIL, BGL BNP Paribas, Banque de Luxembourg, Raiffeisen, ING et Bank of China : tels sont les établissements ayant validé la nouvelle convention encadrant le régime des prêts garantis par l’État.
Wirtschaft, Classement des Banques,Finanzplatz Luxemburg,Banken,Deutsche Bank, KPMG. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'incertitude économique reste encore de mise
Trois semaines après la présentation du programme gouvernemental de 8,8 milliards d'euros voué à soutenir le fonctionnement des entreprises, l'impact négatif du covid-19 sur le Luxembourg reste encore flou, estime mardi la Fondation Idea qui envisage des effets jusqu'en 2023.
Coronavirus - Leere Plätze - Luxemburg - Lost City - Drone  - bvd Royal -  Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Une crise économique avec un air de déjà-vu
Actuel président de la Chambre de commerce, Luc Frieden occupait les fonctions de ministre des Finances quand est survenue la crise économique de 2008-9. De quoi lui donner un certain recul sur les turbulences actuelles.
6.7. Wi / Banque de Luxembourg / Table Ronde Glocal Histories of Finance / Geschichte des Finanplatzes Luxemburg / Luc Frieden Foto:Guy Jallay
Raiffeisen poursuit sa croissance
Malgré un contexte difficile, la banque coopérative se dit satisfaite de ses résultats commerciaux de 2019. Parmi les moteurs de cette évolution, l'augmentation des dépôts des clients et la forte demande de prêts immobiliers.
Der Sitz der Bank befindet sich in Leudelingen.
Un levier inédit de 400 millions d'euros
La Société nationale de crédit et d'investissement (SNCI) va aider les entreprises luxembourgeoises en mal de liquidités. Aux côtés des banques privées, l'établissement public pourra débloquer rapidement de 12.500 à 10 millions d'euros de prêt.
La CSSF demande aux banques de retenir les dividendes
Le gendarme financier luxembourgeois formule cette recommandation aux établissements de crédit jusqu'au 1er octobre, suivant en cela l'exemple de la BCE. Objectif: maintenir un niveau de liquidités suffisant et permettre de créditer leurs clients.
Luxembourg Times, Wirtschaft, neues CssF Gebäude, Claude Marx, neuer Generaldirektor,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Des aides inédites au secours des PME
Dans le Plan de stabilisation, présenté mercredi soir, un accent tout particulier a été mis sur les plus petites sociétés et les indépendants. Elles aussi auront leur part des 8,8 milliards d'euros de soutiens annoncés.
Lex Delles, le ministre des Classes moyennes, ministre du Tourisme