Changer d'édition

L'OGBL met la pression sur le groupe Cactus
Économie 2 min. 10.12.2019

L'OGBL met la pression sur le groupe Cactus

L'ancienne convention collective de Cactus est arrivée à échéance depuis juillet 2018.

L'OGBL met la pression sur le groupe Cactus

L'ancienne convention collective de Cactus est arrivée à échéance depuis juillet 2018.
Économie 2 min. 10.12.2019

L'OGBL met la pression sur le groupe Cactus

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
Le syndicat menace d'organiser, samedi, des piquets de protestation devant les enseignes du 3e employeur du pays. En période d'achats pour Noël, voilà qui ferait mauvais genre. Avant d'en arriver là, les deux parties ont rendez-vous devant l'Ordre national de conciliation jeudi.

Coup de bluff ou sérieux avertissement? Toujours est-il que le premier syndicat du Luxembourg (dont Nora Back vient de prendre la tête) entend montrer les muscles alors que le renouvellement de la convention collective du groupe Cactus est dans l'impasse. Plus de neuf mois de négociations n'auront en effet pas permis à l'entreprise de trouver un accord avec les représentants des quelque 4.300 salariés de son effectif.

Une situation de blocage dont la prochaine étape se jouera ce jeudi, au ministère du Travail à l'occasion de la réunion de l'Office national de conciliation (ONC). Alors que le chiffre d'affaires du groupe a augmenté entre 2015 et 2018, les syndicats OGBL et LCGB regrettent que les salaires des employés n'aient pas suivi le même mouvement. 


Laurent Schonckert, administrateur de La Belle Étoile, regrette que les nouveaux centres soient portés par des promoteurs immobiliers.
«On gère un centre commercial comme un village»
Laurent Schonckert est arrivé à La Belle Étoile en 1984. A l'heure où le centre commercial fête ses 45 ans, celui qui le dirige parle des évolutions passées, à venir et de ce paysage commercial qui ne cesse de voir naître des mastodontes.

En plus de ces augmentations, les syndicats réclament une évolution de la grille de carrière avec un avancement d'échelon tous les deux ans, contre trois actuellement. Un souhait qui constitue le principal point de blocage avec Laurent Schonckert, administrateur-directeur du groupe Cactus.

Mais avant cette réunion de jeudi, les protestataires annoncent déjà la tenue d'un piquet de contestation pour samedi. Des salariés viendraient exprimer leur colère tour à tour devant les supermarchés Cactus de Bascharage (10h), puis Howald (midi) pour terminer au centre Belle Etoile à Bertrange (14h). 

Colère en plein rush

«Même si nous l'avions décidé bien avant de connaître le jour du rendez-vous devant l'ONC, la date de ce mouvement tombe bien», sourit David Angel, délégué commerce pour l'OGBL. Mais le syndicaliste rappelle aussi qu'avant cette action, «la direction de Cactus a eu le temps de faire machine arrière. Nous étions proches d'un accord en été, et à la rentrée elle est revenue avec ses propositions de janvier 2018. Incompréhensible». 

Ce jeudi, les 3.200 salariés directement impactés par cette convention sauront donc si leur employeur accepte de se rapprocher de leurs attentes en matière d'évolution de carrière, d'augmentation («on parlait de deux fois dix euros...») ou de l'attribution d'une prime unique de 360 euros à tous les personnels. Sinon, il y a fort à parier que la clientèle trouvera des caristes, des caissières, des chefs de rayon en colère devant les magasins Cactus en plein rush de Noël.



Sur le même sujet

Cactus ne trouve pas d'accord avec ses salariés
Hier, devant l'Office national de conciliation, l'enseigne de grande distribution et les représentants du personnel n'ont pas avancé dans la renégociation de la convention collective concernant 3.200 employés du groupe.
Einkaufen Supermarkt Cactus Einkaufen Caddie caddy Einkaufswagen
L'«armée» de la CGFP derrière le soldat Schleck
Ce mardi matin sera dévoilée «toute la vérité» dans l'affaire qui oppose le président du SPAL à son ministre de tutelle, affirme la puissante organisation représentant les fonctionnaires. Un syndicat qui se sent ignoré par le gouvernement et «mis au défi» dans cette affaire, qui pourrait aller très loin.
Politik, online.fr, online.de, CGFP, 53e conférence des comités, Romain Wolff,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La FNCTTFEL s'allie à l'OGBL, mais ne fusionne pas
Réunie lundi soir en congrès extraordinaire dans les locaux de la CSL, la Fédération nationale des cheminots, travailleurs du transport, fonctionnaires et employés luxembourgeois a décidé d'unir sa destinée à celle du syndicat majoritaire. Sans pour autant parler de fusion.
La FNCTTFEL et l'OGBL conserveront la possibilité de reprendre leur liberté si l'union se révèle inefficiente
Les syndicats attendent une fin de boycott
Face au refus du patronat de dialoguer avec les partenaires sociaux, OGBL, LCGB et CGFP s'unissent pour défendre le «modèle social luxembourgeois». Salariés du public comme du privé sont invités à défiler le 19 novembre mais pour se faire entendre de qui: l'UEL ou l'Etat?
PK-OGBL, LCGB, CGFP/Sozialdialog - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Les dirigeants syndicaux réagissent après les élections sociales
Un «excellent» résultat pour le président du LCGB. Un président de l'OGBL «satisfait». Et un secrétaire général de l'ALEBA «plutôt satisfait». Le décompte des élections sociales dans les entreprises se poursuit et les premiers gros résultats permettent aux responsables syndicaux d'afficher le terrain conquis.
Sozialwahlen/ Soirée électorale LCGB/ Politik/ Patrick Dury/ 12.03.2019 / Foto : Caroline Martin

, Sozialwahlen, Soirée électorale LCGB

 Politik, photo : Caroline Martin