Changer d'édition

L'OCDE s'inquiète pour la croissance mondiale
Économie 2 min. 22.11.2019

L'OCDE s'inquiète pour la croissance mondiale

L'OCDE table sur une croissance de 2,9% de l'économie mondiale en 2020

L'OCDE s'inquiète pour la croissance mondiale

L'OCDE table sur une croissance de 2,9% de l'économie mondiale en 2020
Photo: Shutterstock
Économie 2 min. 22.11.2019

L'OCDE s'inquiète pour la croissance mondiale

L'économie planétaire ne devrait finalement pas se ressaisir l'an prochain, ni de manière franche en 2021, toujours refroidie par les tensions commerciales, le Brexit et le ralentissement chinois. Face à ces risques, l'organisation internationale appelle les États à réagir vite.

(JFC, avec l'AFP) - Contrairement à ce qu'elle indiquait encore en septembre, l'OCDE (Organisation de coopération et de développement économiques) a estimé jeudi que la croissance de l'économie mondiale n'atteindrait pas 3% l'an prochain, mais devrait rester sur le rythme de 2,9% déjà attendu pour cette année.

«Nous sommes dans une période inquiétante. Et les responsables politiques devraient être inquiets», a prévenu sans ambages la chef économiste de l'OCDE, Laurence Boone. Car même si l'organisation anticipe une légère reprise en 2021 avec une progression de 3% du PIB mondial, «ces taux de croissance sont les plus bas depuis la crise financière», note-t-elle pointant la menace d'un «risque de stagnation à long terme».

2,8% au Luxembourg en 2020

Comme elle le fait depuis plusieurs mois, l'OCDE a pointé le «déséquilibre» entre politiques monétaires et budgétaires, et a réitéré son appel à voir plus de pays mener des politiques «incitatives» pour stimuler l'investissement de long terme en profitant des taux bas. Cela pourrait notamment passer par la création de fonds nationaux d'investissements, avance l'organisation. Spécifiquement, la zone euro est pénalisée par les tensions entre les deux géants mondiaux américain et chinois, auxquelles s'ajoutent le Brexit

Ainsi, si la France va continuer de résister avec une croissance attendue à 1,2% en 2020 (sans changement) et 2021, après 1,3% cette année, l'économie allemande devrait ralentir plus que prévu l'an prochain avant de repartir en 2021. Concernant le Luxembourg, les prévisions de l'OCDE font état d'un taux de croissance annuel de 3,1% en 2018 et même de 3,3% en 2019, qui chuterait ensuite à 2,8% en 2020 et à 2,3% en 2021.  

Bon élève européen

Les spécialistes de la Commission européenne avancent d'autres chiffres et envisagent une «croissance régulière du PIB», qui devrait ainsi atteindre 2,6% en 2019, tout comme en 2020 et 2021. En recul par rapport à 2018 où la croissance atteignait les 3,1%.


European Commissioner for Economic and Financial Affairs, Taxation and Customs Pierre Moscovici gestures as he speaks during a press conference presenting the Autumn 2019 European Economic Forecast in Brussels, on November 7, 2019. (Photo by Aris OIKONOMOU / AFP)
Le Luxembourg reste le champion de la croissance
L'économie européenne connaîtra une croissance très lente au cours des trois prochaines années. Mais la règle devrait connaître une exception : le Grand-Duché

Cette courbe pourrait avoir une incidence sur le budget pluriannuel record de 20 milliards d'euros présenté le mois dernier par Pierre Gramegna (DP), le ministre des Finances. Comparé à la moyenne européenne, le Grand-Duché apparaît comme un bon élève, puisque, toujours selon les prévisions de l'UE, le PIB de la zone euro, qui a augmenté de 1,1% en 2019, devrait toujours croître en 2020 et 2021, de 1,2% chaque année.  

Il convient d'ailleurs d'observer que la Commission européenne se montre un peu plus optimiste que le Statec. L'office luxembourgeois de la statistique a en effet calculé, lui, une augmentation du produit intérieur brut de 1,2 milliard d'euros en 2019 et 2020. Soit un gain du PIB de seulement 2,4%. 


Sur le même sujet

Le CNFP scrute le budget et appelle à la prudence
Le Conseil national des finances publiques a examiné le budget de l'Etat et critique le fait que le projet de programmation financière (2019-2023) ne tient compte ni de la réforme fiscale prévue ni des mesures pour protéger le climat.
Le Conseil national des finances publiques a examiné le budget de l'Etat pour 2020 et le projet de programmation financière pluriannuelle et a formulé ses recommandations.
La Place, ce véritable refuge face au Brexit
Des centaines de sociétés de financement britanniques ont introduit des demandes de dérogations pour pouvoir poursuivre leurs opérations depuis le Grand-Duché après le départ du Royaume-Uni de l'UE, a indiqué jeudi soir Claude Marx, directeur général de la CSSF.
Wirtschaft, Classement des Banques,Finanzplatz Luxemburg,Banken,Deutsche Bank, KPMG. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le budget 2020 dépassera les 20 milliards d'euros
Jamais le Grand-Duché n'aura pu s'appuyer sur une pareille somme. Le ministre des Finances, Pierre Gramegna, a même annoncé ce lundi matin des investissements records pour le pays, à hauteur de 2,8 milliards d'euros.
Le ministre des Finances Pierre Gramegna a présenté les orientations budgétaires ce lundi.
Le Brexit fait gonfler les coûts salariaux des banques
Le transfert récent au Luxembourg de plusieurs dizaines d'organismes financiers basés au Royaume-Uni explose les frais du personnel bancaire, selon un rapport de la CSSF rendu mardi. En cause, l'arrivée de top managers aux gros salaires sur la place financière.
Vu que toutes les institutions financières n'ont pas encore activé une stratégie de transfert vers Luxembourg en vue du Brexit, les coûts du personnel bancaire pourraient continuer à grimper dans les prochaines mois
La croissance chinoise au plus bas
L'économie de Pékin a paru s'essouffler ces douze derniers mois. Jamais depuis 1992, l'essor de l'industrie et du commerce "Made in China" n'avait connu un si faible taux de progression. +6,2% tout de même sur un an.
This picture taken on May 14, 2019 shows workers making clothes for export at a factory in Quanzhou in China's eastern Fujian province. (Photo by STR / AFP) / China OUT