Changer d'édition

L'OCDE prédit une baisse de la croissance
Économie 2 min. 02.03.2020

L'OCDE prédit une baisse de la croissance

Un ouvrier les mains dans les poches à proximité de Shanghai. L'économie mondiale devrait connaître un sérieux ralentissement au cours des prochains mois.

L'OCDE prédit une baisse de la croissance

Un ouvrier les mains dans les poches à proximité de Shanghai. L'économie mondiale devrait connaître un sérieux ralentissement au cours des prochains mois.
ARCHIVES LW
Économie 2 min. 02.03.2020

L'OCDE prédit une baisse de la croissance

C'est une des conséquences de la crise du coronavirus. L'Organisation de coopération et de développement économiques a ramené ce lundi sa prévision de croissance planétaire de 2,9% à 2,4%. Elle met en garde contre un scénario encore plus noir si l'épidémie devait s'aggraver.

(AFP) -  L'épidémie du nouveau coronavirus, qui a dépassé lundi le bilan de 3.000 morts dans le monde, continue d'avoir de sérieuses conséquences à travers la planète, notamment économiques. La Chine, locomotive de la croissance mondiale depuis trois décennies, verra sa croissance annuelle amputée de 0,8 point de pourcentage à 4,9%, entraînant dans son sillage toutes les grandes économies, avertit l'Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE).

La croissance de la zone euro est réduite de 0,3 point, soit 0,8% tandis que l'Italie, principal foyer de Covid-19 en Europe, perd 0,4 point et aura une croissance nulle. Les Etats-Unis résistent mieux avec une révision limitée à 0,1 point et une hausse prévue du Produit intérieur brut (PIB) de 1,9%.


Toujours refroidie par les tensions commerciales, le Brexit et le ralentissement chinois, l'économie mondiale ne devrait pas se ressaisir en 2020, ni même en 2021
L'OCDE s'inquiète pour la croissance mondiale
L'économie planétaire ne devrait finalement pas se ressaisir l'an prochain, ni de manière franche en 2021, toujours refroidie par les tensions commerciales, le Brexit et le ralentissement chinois. Face à ces risques, l'organisation internationale appelle les États à réagir vite.

«La contraction de la production en Chine a eu des effets dans le monde entier, témoignant de l'importance croissante de la Chine dans les chaînes d'approvisionnement mondiales et sur les marchés des matières premières», explique l'organisation internationale basée à Paris.

Une perte d'un demi-point de pourcentage pour la croissance mondiale repose sur «l'hypothèse que le pic épidémique sera atteint en Chine au premier trimestre 2020 et que dans les autres pays, l'épidémie se révélera plus modérée et circonscrite», précise encore l'OCDE.


Le Luxembourg n'échappe pas au ralentissement économique
La décélération du niveau d'embauche et la stagnation du chômage observées ces derniers mois poussent le Statec à faire part, mercredi, d'une vision pessimiste sur ses perspectives «pour les trimestres à venir». Et ce, sans compter sur l'impact potentiel du coronavirus.

Une épidémie plus durable, qui s'étendrait largement en Asie-Pacifique, en Europe et en Amérique du Nord, pourrait même diviser par deux la croissance mondiale cette année, avertit l'organisation.

Pour ne pas en arriver là, «les gouvernements doivent prendre des mesures efficaces, en mobilisant des moyens suffisants, pour prévenir l'infection et la contagion», et de «préserver les revenus des groupes sociaux et des entreprises vulnérables pendant l'épidémie».    

Réunion G7-Eurogroupe

Les marchés boursiers ont subi la semaine dernière leur plus forte dégringolade depuis la crise financière de 2008. Mais la Bourse de Tokyo s'est reprise lundi ainsi que les places chinoises. L'indice vedette Nikkei, qui avait lâché près de 10% sur l'ensemble de la semaine dernière, a regagné 0,95%. Shanghai a pris 3,15% et Hong Kong 0,62%.

Face à l'impact du coronavirus sur la croissance mondiale, les ministres des Finances du G7 et ceux de l'Eurogroupe s'entretiendront cette semaine par téléphone pour «coordonner leurs réponses», a annoncé le ministre français, Bruno Le Maire.  


Sur le même sujet

La Chine tousse, le Luxembourg frissonne
La pandémie covid-19 fait craindre des conséquences importantes sur l’économie du Grand-Duché. Franz Fayot, le ministre de l’Economie évoque un impact certain, bien que difficilement mesurable pour le moment.
TOPSHOT - A medical staff member from Jilin Province tears up during a ceremony before leaving as Tianhe Airport is reopened in Wuhan in China's central Hubei province on April 8, 2020. - Thousands of Chinese travellers rushed to leave COVID-19 coronavirus-ravaged Wuhan on April 8 as authorities lifted a more than two-month prohibition on outbound travel from the city where the global pandemic first emerged. (Photo by Hector RETAMAL / AFP)
L'Italie ferme ses écoles et ses universités
Les écoles sont fermées à partir de ce jeudi et pour deux semaines en Italie afin de se prémunir contre le coronavirus, qui pousse le monde à s'équiper pour se protéger et à annuler nombre d'événements.
TOPSHOT - A woman leaves the a pre-triage medical tent in front of the Cremona hospital, in Cremona, northern Italy, on March 4, 2020. - Italy will recommend people stop kissing in public, avoid shaking hands and keep a safe distance from each other to limit the spread of the novel coronavirus. Other measures to be approved by the government, which has borne the brunt of the COVID-19 disease, includes a plan to play all football matches behind closed doors. (Photo by Miguel MEDINA / AFP)
L'impact économique du coronavirus reste limité
Que ce soit dans le transport aérien, le domaine bancaire ou le secteur industriel, les conséquences directes de l'épidémie restent légères au Luxembourg. Mais les entreprises suivent de près l'évolution de la situation. Tour d'horizon.
De nombreux appareils de la compagnie Cargolux sont cloués sur le tarmac du Findel depuis plusieurs jours
La croissance chinoise au plus bas
L'économie de Pékin a paru s'essouffler ces douze derniers mois. Jamais depuis 1992, l'essor de l'industrie et du commerce "Made in China" n'avait connu un si faible taux de progression. +6,2% tout de même sur un an.
This picture taken on May 14, 2019 shows workers making clothes for export at a factory in Quanzhou in China's eastern Fujian province. (Photo by STR / AFP) / China OUT