Changer d'édition

L'OCDE dresse son « Panorama de l'entrepreneuriat »: La micro-entreprise, acteur majeur de l'économie
Économie 4 min. 12.08.2015

L'OCDE dresse son « Panorama de l'entrepreneuriat »: La micro-entreprise, acteur majeur de l'économie

Au Luxembourg, les petites entreprises fournissent la plupart des emplois dans le domaine des services et totalisent, tous secteurs confondus, la part la plus importante de l'ensemble du chiffre d'affaires réalisé par le monde économique. Cependant elles courrent davantage le risque de ne pas perdurer.


Près d'une micro-entreprise sur deux née en 2007 au Luxembourg n'a pas passé le cap des cinq ans
Près d'une micro-entreprise sur deux née en 2007 au Luxembourg n'a pas passé le cap des cinq ans
Photo: Guy Jallay

Au Luxembourg, les petites entreprises fournissent la plupart des emplois dans le domaine des services et totalisent, tous secteurs confondus, la part la plus importante de l'ensemble du chiffre d'affaires réalisé par le monde économique. Cependant elles courrent davantage le risque de ne pas perdurer.

L'étude annuelle de l'OCDE vise à comparer les pays membres, qu'il s'agisse de créations d'entreprises, faillites, productivité, innovation, etc. dans les secteurs des services, de la construction et manufacturier. Elle analyse également les profils des entrepreneurs. Le document, publié en août 2015, se base sur les chiffres de la dernière année disponible, à savoir 2012.

87% des entreprises luxembourgeoises ont moins de dix salariés, une situation similaire aux autres pays de l'OCDE. Ces micro-entreprises sont présentes de façon écrasante dans le secteur des services.

Le Grand-Duché se différencie des autres membres de l'organisation en présentant le plus faible pourcentage d'entreprises sans salarié (36%), ce qui n'était pas le cas en 2011. En moyenne, il est de 60% au sein de l'OCDE et évolue entre 67 et 73% chez nos trois voisins.

Les grandes entreprises offrent plus d'emplois...

En dépit de leur nombre, ce ne sont pas les micro-entreprises qui fournissent le plus d'emplois au Luxembourg (22% tout de même) mais les entreprises de 250 salariés et plus (30%). Elles sont suivies par les entreprises de 50 à 249 personnes (19%).

En la matière, il existe des différences significatives d'un Etat à l'autre. La moyenne de l'OCDE présente une proportion plus élevée de personnes employées par des micro-entreprises et aussi un peu plus élevée de personnes employées par des groupes de 250 salariés et plus. Conséquence : avec 16,5%, les entreprises de 20 à 49 personnes emploient plus au Luxembourg que dans tout autre pays membre.

En se focalisant uniquement sur le secteur des services, les micro-entreprises sont alors les premiers employeurs avec 29% des personnes employées, contre 27% au sein des entreprises de 250 salariés et plus.

… mais les micro-entreprises dégagent le chiffre d'affaires le plus important

Avec la Grèce, le Luxembourg est le pays de l'OCDE où les entreprises de 1 à 9 personnes totalisent la part la plus importante de l'ensemble du chiffre d'affaires réalisé par le monde économique (33%), suivies par les groupes de 250 salariés et plus (25%). Une tendance opposée à la moyenne de l'OCDE (respectivement 20% et 39%).

Malgré la crise, les services ont continué de croître

De 2008 à 2012 au Luxembourg, le nombre de grandes entreprises dans le domaine manufacturier a chuté de 10%, un chiffre comparable à celui de la Belgique.

Dans le même temps, le nombre de PME dans les secteurs des services et de la construction a crû de plus de 10%.

De 2006 à 2012, les créations d'entreprises ont légèrement fléchi, de près de 12% à 10%. C'est dans le secteur des services qu'elles ont été le plus massives. Tous secteurs confondus, ce sont les entreprises comptant moins de cinq employés qui ont crû le plus.

Dans le même intervalle, le pourcentage d'entreprises mettant la clé sous la porte est resté aux alentours de 8%. Là encore, tous secteurs confondus, ce sont d'abord les entreprises comptant moins de cinq employés qui ont disparu.

Une entreprise sur deux survit

53% des entreprises créées en 2007 au Luxembourg étaient toujours vivantes en 2012 – comme en France. Ce pourcentage augmente au fur et à mesure qu'on réduit l'écart de dates (63% pour celles nées en 2008 ; 68% en 2009 ; 77% en 2010 et 89% en 2011). Des chiffres tous supérieurs d'environ dix points par rapport à la moyenne OCDE.

Le Luxembourg, pays de l'import – export

Les entreprises luxembourgeoises vivent de l'export. Les dix premières assurent 46% du total des exportations nationales, ce qui fait du pays un acteur remarquable parmi ses pairs au sein de l'OCDE.

Ce sont les PME qui importent et exportent le plus, comme dans les autres pays membres de l'OCDE. Enfin, les entreprises étrangères implantées à Luxembourg présentent un ratio de chiffre d'affaires à l'export similaire à celui des entreprises nationales.

Des écarts de revenus qui ont tendance à se combler

L'étude compare enfin les revenus des femmes et des hommes en entreprise. Le Luxembourg compte presque autant de femmes que d'hommes travaillant pour leur propre compte, alors que dans la moyenne de l'OCDE les hommes sont généralement plus nombreux.

En revanche, en ne considérant que les services, les femmes travaillant pour leur propre compte sont plus nombreuses que les hommes, que l'on se situe au Luxembourg comme dans la moyenne OCDE.

Toujours dans le cadre des travailleurs indépendants, si au Luxembourg les hommes continuent à toucher de meilleurs revenus que les femmes, le pays est toutefois celui où cet écart s'est le plus resserré en quatre ans.

Kevin Wammer – Dominique Nauroy


Sur le même sujet

OCDE: L'enseignement luxembourgeois emploie de gros moyens
Plus d'heures d'école, mais des classes moins peuplées et des élèves encadrés par plus d'enseignants… qui sont parmi les mieux payés au monde: voici ce qui caractérise le système éducatif luxembourgeois parmi les 35 pays membres de l'OCDE.
Les enfants luxembourgeois bénéficient de plus d'enseignants que les enfants des pays membres de l'OCDE.
Une légère hausse des faillites au Luxembourg
Le nombre de défaillances d'entreprise au Luxembourg cumulées sur les six premiers mois de l'année ne progresse que très légèrement par rapport à l'année dernière, a annoncé ce matin Creditreform Luxembourg. Au cours des six premiers mois, 410 déconfitures ont été recensées, soit 3,02 % de plus qu'un an auparavant.
Le nombre de faillites a particulièrement augmenté dans le secteur du bâtiment avec 55 défaillances contre 33 l’année précédente. (Photo: Tania Fellers)