Changer d'édition

L'Inspection du Travail toujours plus sévère
Économie 3 min. 25.06.2020

L'Inspection du Travail toujours plus sévère

Pour Marco Boly, idéalement l'ITM devrait tourner avec 50 inspecteurs du travail. Elle s'en approche.

L'Inspection du Travail toujours plus sévère

Pour Marco Boly, idéalement l'ITM devrait tourner avec 50 inspecteurs du travail. Elle s'en approche.
Photo : Lex Kleren
Économie 3 min. 25.06.2020

L'Inspection du Travail toujours plus sévère

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
L'ITM aura réalisé 5.682 contrôles sur le terrain en 2019. Un record qui se traduit aussi par le nombre exceptionnel d'amendes dressées (1.274) et donc du montant des pénalités ordonnées aux entreprises (de l'ordre de 5,3 millions d'euros.

Longtemps moquée pour son invisibilité, l'Inspection du travail et des mines se fait de plus en plus remarquer. Et ça paye. Aussi bien pour la sécurité des salariés que la bonne santé des entreprises, insiste Marco Boly, directeur du service. Il serait aussi tentant d'ajouter que la mission est positive pour les caisses de l'Etat. En effet, rien qu'en 2019, l'action des inspecteurs s'est soldée par plus de 5,3 millions d'euros d'amendes dressées. Une somme rondelette dont la grande partie recouvrée a fini dans la cagnotte gouvernementale. 

Mais à l'heure de présenter son rapport d'activité 2019, Marco Boly a mis d'autres chiffres en avant. A commencer par la croissance des inspecteurs du travail disponibles désormais. «Quand je suis arrivé à l'Inspection, nous n'étions pas dix. Là, en un an, nous sommes passés de 22 à 29 et j'ai toujours comme objectif d'arriver à 50. A ce moment-là, nous serions à un ratio d'un inspecteur pour 8-10.000 salariés, ce qui serait une très honorable moyenne.» Finie l'invisibilité...

D'autant que l'efficacité des nouvelles recrues ne peut être mise en doute. En douze mois, pas moins de 96.108 dossiers auront été traités pour 5.682 descentes sur le terrain. Soit près de 2.000 contrôles en plus sur un an pour les usines, bureaux, chaînes de fabrications, ateliers, commerces, restaurants et autres chantiers de construction du pays.

Le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP) n'est pas le dernier à se féliciter de cette montée en puissance. Et de souligner au passage que l'on aurait tort de résumer l'action de l'ITM aux seules sanctions, «elle joue aussi un rôle énorme de conseil sur l'ensemble des risques. Une prévention toujours nécessaire car les accidents du travail et atteintes à la santé ont un coût pour l'ensemble de la société». De l'ordre de 600 millions d'euros, estime l'Inspection.

Pour Dan Kersch, ministre du Travail : Plus l'ITM sera forte, plus les salariés du pays seront protégés.
Pour Dan Kersch, ministre du Travail : Plus l'ITM sera forte, plus les salariés du pays seront protégés.
Photo : Lex Kleren

Si en 2019 il n'était pas encore question du covid-19, l'Inspection a pu apporter des recommandations aussi bien pour l'organisation des élections sociales, qu'en matière de sécurisation des postes de travail, respect des conventions collectives, gestes et postures, mais aussi sur ce que Marco Boly appelle «les risques nouveaux». On parle là, par exemple, de «l'accroissement de la complexité des tâches, de la pression et de l'intensification des rythmes de travail».

Et si l'Inspection s'autosaisit de certaines situations, elle reste au service de chacun, employeurs comme salariés. C'est ainsi qu'elle a enregistré 260.580 demandes l'an passé, contre 140.000 en 2018.

Le détachement sous surveillance

Autre signe des temps, l'augmentation des missions menées auprès de travailleurs détachés au Luxembourg. Près de 4.497 sociétés étrangères ont envoyé certains de leurs salariés en mission au Grand-Duché (140.561 au total), ces derniers méritaient la même vigilance du respect des consignes de travail. Et les 3.540 contrôles en la matière ont -malheureusement- pointé de nombreuses négligences, et entraîné pour près de 3 millions d'euros d'amende.

«Faire respecter les lois, c'est lutter contre le dumping social quand ce n'est pas empêcher la mise en place de réseaux de traite d'êtres humains», rappelle au passage le directeur de l'Inspection du travail. De l'utilité donc d'avoir ouvert, depuis un an maintenant, le service Détachement qui a veillé bien au-delà des 52.840 déclarations de détachement officiellement reçues.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

A reprise des chantiers, protection renforcée
Si, dès le 20 avril, le secteur de la construction redémarre au Luxembourg, le ministre du Travail a redit combien il comptait sur les chefs d'entreprise et les salariés pour que la sécurité sanitaire soit privilégiée.
Employees wearing face masks work at a construction site of a bridge in Wuhan in China's central Hubei province on March 24, 2020. - China announced on March 24 that a lockdown would be lifted on more than 50 million people in central Hubei province where the coronavirus first emerged late last year. (Photo by STR / AFP) / China OUT
L'Ombudsfra et l'ITM au rapport
Cette semaine, les députés vont prêter une oreille attentive à Claudia Monti qui présentera mercredi son rapport d'activité pour l'année 2018. Le lendemain, ce sera aux représentants de l'Inspection du Travail et des Mines de se prêter au jeu.
Tag für Menschen mit Behinderungen - Claudia Monti - Photo : Pierre Matgé
Le bien-être au travail fait consensus à la Chambre
Promouvoir le télétravail, les espaces de coworking et le droit à la déconnexion. Les députés ont très largement voté en faveur d'une motion pour améliorer le mieux-être au bureau. Le ministre du Travail promet un premier texte pour la loi anti-mobbing.
Le patron de l'ITM annonce plus de contrôles
Aux manettes depuis cinq ans, Marco Boly, directeur de l'Inspection du travail et des mines (ITM) fait le point. Sur la restructuration interne, le doublement imminent du nombre d' inspecteurs du Travail et le détachement des salariés, sa grande cible.
L'ITM a plus que doublé ses contrôles en un an
Toujours en pleine mutation, l'Inspection du travail et des mines (ITM) comptera 42 inspecteurs d'ici la fin de l'année et poursuivra ses embauches en 2020, assure le ministre du Travail. Le rapport 2018 indique que les contrôles et les amendes ont explosé.