Changer d'édition

L'inflation grimpe mais l'index reste loin
Économie 2 min. 17.02.2021

L'inflation grimpe mais l'index reste loin

A la pompe, les automobilistes doivent ainsi débourser 7,5% de plus pour un litre d'essence et jusqu'à 8,3% pour le diesel par rapport au mois de décembre.

L'inflation grimpe mais l'index reste loin

A la pompe, les automobilistes doivent ainsi débourser 7,5% de plus pour un litre d'essence et jusqu'à 8,3% pour le diesel par rapport au mois de décembre.
Symbolbild: dpa
Économie 2 min. 17.02.2021

L'inflation grimpe mais l'index reste loin

En ce début d'année, le Statec prévoit une reprise de l'inflation dans les prochains mois, stimulée par les produits pétroliers. Une hausse des prix qui pourrait déclencher un nouvel index début 2022.

(ASdN) - Malgré une baisse en novembre, l'inflation semble bel et bien repartie. En janvier, les ménages ont ainsi vu leur facture globale augmenter de 0,7%. Une tendance que le Statec explique notamment par une hausse des prix des produits pétroliers.


2021 devrait impacter votre portefeuille
Hausse du salaire minimum, mise en place de la taxe CO2, changement des modalités du chômage partiel... Découvrez les six principales évolutions qui entreront en vigueur le 1er janvier ou le reste de l'année.

En début d'année, ces derniers ont en effet progressé de 11% par rapport au mois précédent. La conséquence, précise l'institut statistique, de l'introduction de la taxe CO2 et de la hausse du Bret, utilisé comme standard pour fixer le prix du brut sur les marchés boursiers d’une bonne partie du globe. A la pompe, les automobilistes doivent ainsi débourser 7,5% de plus pour un litre d'essence et jusqu'à 8,3% pour le diesel. 

Côté alimentation, le panier des ménages s'alourdit aussi et progresse de 0,5% par rapport au dernier mois de l'année. Mais tous les produits ne connaissent pas la même hausse des prix. Si le poisson et les fruits de mer ont gagné 4,5% et jusqu'à 7,4% pour les légumes frais, les pommes de terre (-1,4%), la viande séchée (-2,7%) ou encore le lait entier (-3,5%) connaissent eux une baisse. 

Selon le Statec, la hausse des prix des services financiers (+1,8%), des salons de coiffure et d'esthétique (+1,6%) et de l'entretien et des réparations des voitures (+1,5%) ont également eu un «impact visible sur les résultats du mois de janvier». A l'inverse, les vacances de Noël étant passées, les billets d'avion, de train et les voyages à forfait ont contribué à faire baisser la note le mois dernier. 

Un index plutôt début 2022

Compte tenu de l'évolution des prix, le Statec estime le taux d'inflation annuel à 1,9% contre 0,6% un mois auparavant. Une tendance qui s'explique notamment par le report des soldes. La période de promotions décalée en raison de la pandémie, ses effets ne se feront sentir qu'en février. 

Dans ses prévisions, le Statec estime par ailleurs que l'inflation devrait «se stabiliser à un niveau relativement élevé» pour le restant de l'année. Une tendance soutenue par le redressement des prix pétroliers, la reprise économique. De quoi envisager une nouvelle tranche indiciaire en 2022». Selon les estimations, la prochaine indexation des salaires pourrait ainsi intervenir entre le 1er et 3e trimestre de l'année prochaine.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'inflation repart timidement à la hausse
En décembre, les prix ont légèrement augmenté. Le Statec révise ainsi son taux d'inflation de 0,3% par rapport au mois précédent. Une tendance qui s'explique notamment par une hausse des prix des produits pétroliers et des voyages.
Calme plat pour l'inflation en octobre
Enfin une bonne nouvelle : les prix n'ont (quasiment) pas augmenté entre septembre et octobre au Luxembourg. Le taux annuel de l'inflation reste donc à 0,7% selon le Statec.
Vue prise le 14 mai 2008 d'un rayon de fruits et légumes dans une grande surface à Rots. L'inflation s'est très légèrement modérée en France en avril mais s'est maintenue à un niveau élevé de 3,0% sur un an, contre 3,1% le mois précédent, continuant de peser fortement sur le pouvoir d'achat des ménages français. Dans l'alimentation, les produits frais, très saisonniers, progressent de 3,1% en avril (+0,8% sur un an). AFP PHOTO MYCHELE DANIAU
Le virus affecte le pouvoir d'achat
Que ce soit au Luxembourg ou dans le reste du monde, la pandémie sanitaire a eu un impact sur l’inflation du premier semestre. Au Luxembourg, celle-ci s'élève à 1%, relève l'Observatoire de la formation des prix dans son dernier rapport.
08.10.2020, Baden-Württemberg, Esslingen am Neckar: Eine Frau steht mit Mund- und Nasenschutz auf einem Markt im Stadtteil Oberesslingen hinter einem Schild, das auf den Mundschutz hinweist. Der Landkreis Esslingen als überschreitet als erste Region in Baden-Württemberg die kritische 50er-Corona-Marke. Foto: Sebastian Gollnow/dpa +++ dpa-Bildfunk +++