Changer d'édition

L'indexation des salaires tombera au deuxième trimestre
Économie 3 min. 16.02.2022 Cet article est archivé
Economie

L'indexation des salaires tombera au deuxième trimestre

Le Statec a revu ses prévisions à la hausse pour 2022.
Economie

L'indexation des salaires tombera au deuxième trimestre

Le Statec a revu ses prévisions à la hausse pour 2022.
Photo: Getty Images/EyeEm
Économie 3 min. 16.02.2022 Cet article est archivé
Economie

L'indexation des salaires tombera au deuxième trimestre

Mélodie MOUZON
Mélodie MOUZON
Le Statec confirme ce mercredi que l'index sera activé avant l'été. La tranche suivante pourrait aussi tomber avant la fin de l'année.

La nouvelle était dans l'air depuis plusieurs jours déjà. Le Statec est venu la confirmer ce mercredi. Tous les scénarios de l'Institut national de la statistique et des études économiques indiquent que la prochaine indexation des salaires tombera avant l'été. «La prochaine tranche indiciaire devrait déjà s'appliquer au 2e trimestre 2022», confirme le Statec dans un communiqué. Dans le scénario central, la tranche suivante pourrait déjà être activée au 1er trimestre 2023 alors que le scénario haut la voit tomber à la fin 2022.


Les salaires pourraient de nouveau augmenter ce printemps
L'inflation galopante devrait entraîner une augmentation automatique des salaires de 2,5 % dans les prochains mois, a déclaré la ministre des Finances au Parlement.

Suite à l'accentuation récente de «pressions inflationnistes» au Luxembourg comme dans les autres «économies avancées», le Statec a en effet été amené à réviser ses prévisions pour l'année vers le haut. Avec 4,4% l'organisme s'attend donc à une inflation nettement plus élevée que ce qui avait été prédit en novembre (2,5%). En cause: le prix du pétrole qui a continué à grimper et les tensions sur le gaz et l'électricité qui perdurent. 

En ce qui concerne le gaz, les niveaux de stocks sont extrêmement faibles depuis plusieurs semaines et les tensions avec la Russie au niveau de l'Ukraine ont fait gonfler les prix. Une baisse significative était attendue pour le printemps 2022 mais les prévisions actuelles indiquent que cette diminution ne devrait pas intervenir avant le printemps 2023. Au Luxembourg, le prix du gaz a évolué de 80% en un an!

Une inflation sous-jacente dynamique

Quant au prix de l'électricité au comptant, il a été gonflé par celui du gaz et par le renchérissement des certificats d'émissions. Le prix à la consommation par contre était légèrement en baisse en janvier (-3,2%) suite à un recul de la contribution au mécanisme de compensation. Mais pour février et les mois qui suivent, les prévisions sont à la hausse.

Si les prix de l'énergie contribuent fortement à la hausse de l'inflation, ils ne sont pas les seuls à la faire gonfler. Ainsi, l'inflation sous-jacente (hors produits pétroliers) était relativement faible sur les 3 premiers trimestres mais elle s'est ensuite nettement redressée, souligne le Statec. Ce qui a eu pour conséquence d'accentuer les pressions inflationnistes sur un large éventail de produits, notamment dans les services, les biens industriels et l'alimentation. Le scénario est à peu près identique dans toute la zone euro, où l'inflation a atteint un taux historique en janvier de 5,1%.


Ce sont les bas salaires qui trinquent
La hausse généralisée des prix, et en particulier de ceux de l'énergie, rend la vie des familles à faibles revenus encore plus difficile. Une situation qui inquiète Caritas Luxembourg et la Chambre des salariés.

Avec la pandémie, les chaînes de production mondiales continuent d'être perturbées, ce qui a un impact sur l'offre de biens et services, alors que la demande se fait à nouveau croissante, surtout par rapport aux biens. Les pressions à la hausse sur les prix se sont accumulées le long de la chaîne de production et sont aujourd'hui répercutées sur le consommateur final. Les tensions sur les coûts de production sont encore renforcées par l'envolée des prix de l'énergie.

L'inflation ralentie pour 2023

Le Statec prévoit cependant un essoufflement des tendances haussières des prix de l'énergie pour le 2ème semestre 2022. Un recul de l'ordre de 10% des produits pétroliers est attendu l'an prochain, ce qui freinerait alors l'inflation au Luxembourg. Elle se stabiliserait alors à 1,3%. 

Les prévisions de l'organisme pour l'inflation sous-jacente sont quant à elles proches de 3% pour fin 2022. Mais elle retomberait graduellement à 2% pour fin 2023.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le variant Omicron cause de nouvelles turbulences dans les chaînes d'approvisionnement mondiales, ce qui va se répercuter dans les prochaines semaines sur les prix à la consommation.
Surprised African-American man in denim jacket looks at receipt total in sales check holding paper bag with products in mall
L'avis se fonde non seulement sur l'augmentation attendue des accises sur les carburants mais aussi la probable montée des prix des produits pétroliers. Un facteur de baisse comme la mise en place de la gratuité des transports publics ne réussissant pas à compenser ces hausses possibles.
BP Diekirch