Changer d'édition

«L'indépendant doit percevoir 80% de ses revenus»
Économie 3 min. 21.04.2020 Cet article est archivé

«L'indépendant doit percevoir 80% de ses revenus»

Près de 9.000 indépendants «gagnent 4.000 euros bruts ou moins et n'ont assurément pas de Ferrari dans leur garage, a lancé Michel Reckinger, président de la fédération des artisans ce mardi à Dan Kersch.

«L'indépendant doit percevoir 80% de ses revenus»

Près de 9.000 indépendants «gagnent 4.000 euros bruts ou moins et n'ont assurément pas de Ferrari dans leur garage, a lancé Michel Reckinger, président de la fédération des artisans ce mardi à Dan Kersch.
Photo: Gerry Huberty
Économie 3 min. 21.04.2020 Cet article est archivé

«L'indépendant doit percevoir 80% de ses revenus»

Le ministre du Travail «n'a rien contre les indépendants». Mais Dan Kersch (LSAP) pense toujours que le chômage partiel n'est pas l'outil adéquat pour les aider. Qu'importe, ils en ont besoin, rétorque le patron des artisans.

(MF) – Face à la crise du coronavirus que combat le Luxembourg depuis plus de cinq semaines et les chiffres du chômage qui grimpent, nombre des quelque 21.000 indépendants que compte le Luxembourg, sont inquiets pour leur avenir. Ils ne peuvent prétendre au chômage partiel. «Cet instrument n'est pas le bon pour aider les indépendants» a, de nouveau, martelé Dan Kersch (LSAP) au micro de RTL, ce mardi.

Le ministre du Travail a expliqué que les articles 511 et 525 de la loi sur le chômage partiel «disent que si l'on veut toucher le chômage, respectivement le chômage partiel, il faut renoncer à son statut d'indépendant. Et c'est précisément ce que nous ne voulons pas! Nous voulons que les indépendants puissent poursuivre leurs activités et pour cela il est extrêmement important que nous les soutenions par tous les moyens à disposition».


Politik, Pressekonferenz Dan Kersch, Romain Schneider, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
Querelle autour du chômage partiel
Les représentants de la CLC, de la Fédération des artisans et de l'Horesca répondent avec virulence à des propos tenus par le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP). Ils lui reprochent notamment de mettre tous les indépendants dans le même panier en les taxant de riches.

Face à lui, Michel Reckinger, président de la fédération des artisans et déjà coauteur d'une lettre ouverte de protestation sur l'obstruction du ministre Kersch, n'est pas du même avis. Il rappelle que suite à la crise sanitaire, le règlement grand-ducal pour le chômage a été simplifié et le cas de force majeur introduit mais «les indépendants ont été oubliés». Et cela «en toute conscience !», selon lui.

«Vous auriez aussi pu soutenir les indépendants via le chômage partiel», lance ainsi Michel Reckinger au ministre, avant de déballer sa revendication de patron des artisans. «L'indépendant doit aussi percevoir 80% de la moyenne de ses revenus annuels avec un plafond fixé à 2,5 fois le salaire social minimum». Et il ajoute: «Que ça vienne par Dan Kersch et le chômage partiel ou Lex Delles, via une autre aide, nous importe peu en fin de compte. L'important c'est d'aider les indépendants».  


Wirtschaft, Itv Alexa Ballmann, Prasidentin der Jonk Handwierker, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
La voix des jeunes artisans au milieu du déconfinement
Alexa Ballmann sera une des trois femmes à participer au comité chargé par le gouvernement de veiller à ce que le déconfinement se déroule au mieux pour les professionnels. Et la présidente de Jonk Handwierk n'entend pas rester muette.

Les 21.000 indépendants au Luxembourg «paient tous leurs impôts et leurs cotisations. Et 18.000 d'entre eux sont sous le plafond cotisable de cinq fois le salaire social minimum. Et la moitié de ceux-là, gagnent 4.000 euros bruts ou moins et n'ont assurément pas de Ferrari dans leur garage», pose le président de la fédération des artisans. Un argument avancé pour souligner clairement que tous les indépendants ne sont pas des nantis, comme avait pu le laisser croire de récents propos de Dan Kersch.

«Je ne suis assurément pas contre les indépendants, bien au contraire. Nous avons besoin d'eux pour faire tourner notre économie», a dit par deux fois le ministre du Travail. Avant d'expliquer que son but est d'aider «de manière ciblée afin d'aider le plus ceux qui ont le moins».

Mais son rôle est aussi de veiller que les moyens du Fonds de l'Emploi puissent aussi bien «permettre aux entreprises de survivre que d'éviter une explosion du chômage». D'autant que le taux de chômage est passé, en un mois, de 5,5% à 6,1% de la population active.

Après un premier jet d'aides (460 millions ont été versés à ce jour), le gouvernement planche dans une deuxième étape sur la manière de venir en aide aux entreprises. «Pas plus tard que lundi cinq ministres se sont retrouvés pour voir comment donner de nouvelles aides par secteur mais c'est trop tôt pour en parler», glisse Dan Kersch en livrant juste l'amorce d'une réponse aux indépendants.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le chômage partiel étendu jusque fin 2020
L'Etat luxembourgeois a déjà dépensé 725 millions d'euros pour accompagner les mesures de chômage partiel depuis la mi-mars. Mais le dispositif sera maintenu «jusqu'au 31 décembre, au moins» a annoncé le ministre du Travail.
Le déconfinement démarre en douceur
Jour un de la reprise économique dans quelques secteurs à peine, après cinq semaines de paralysie imposée par le coronavirus. Le retour des ouvriers a bien eu lieu ce lundi sur différents chantiers et il y a eu des files devant les magasins de bricolage.
Wiedereröffnung Baustellen - COVID-19 - Tram Baustelle - Avenue de la Liberté - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le virus fatal pour le niveau du chômage
Avec 18.398 demandeurs d'emploi recensés au 31 mars, le chômage enregistre une hausse de 17,5% sur un an. Mais c'est bien sûr depuis quelques semaines, et en lien avec l'épidémie de covid-19, que le nombre de demandeurs d'emploi a grimpé en flèche.
Les chiffres du chômage marquent une hausse sur un an, selon l'ADEM.
Nuée d'artisans sur le tarmac du Findel
La Chambre des métiers a débuté une large distribution de 600.000 masques ce vendredi. Trois jours durant, les entreprises membres, passeront à l'aéroport récupérer les protections à donner à leurs salariés.
Querelle autour du chômage partiel
Les représentants de la CLC, de la Fédération des artisans et de l'Horesca répondent avec virulence à des propos tenus par le ministre du Travail, Dan Kersch (LSAP). Ils lui reprochent notamment de mettre tous les indépendants dans le même panier en les taxant de riches.
Politik, Pressekonferenz Dan Kersch, Romain Schneider, Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
«Le patron reste libre de verser plus» à ses salariés
Face au constat dressé par un entrepreneur des inégalités de traitement entre salariés en arrêt maladie et ceux en chômage partiel, Dan Kersch, ministre du Travail assure que chaque entreprise peut aller au-delà de ce qui est prévu par la loi. Explications.
Chantier Hamilius,Aldringen.Foto:Gerry Huberty