Changer d'édition

L'incertitude économique reste encore de mise
Économie 3 min. 14.04.2020

L'incertitude économique reste encore de mise

En raison du confinement lié au covid-19, la fondation Idea estime que 2020 devrait connaître une croissance du PIB de -4,2%. Et de 4,8% en 2021.

L'incertitude économique reste encore de mise

En raison du confinement lié au covid-19, la fondation Idea estime que 2020 devrait connaître une croissance du PIB de -4,2%. Et de 4,8% en 2021.
Photo: Pierre Matgé
Économie 3 min. 14.04.2020

L'incertitude économique reste encore de mise

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Trois semaines après la présentation du programme gouvernemental de 8,8 milliards d'euros voué à soutenir le fonctionnement des entreprises, l'impact négatif du covid-19 sur le Luxembourg reste encore flou, estime mardi la Fondation Idea qui envisage des effets jusqu'en 2023.

Si l'horizon économique du Luxembourg, d'ici à 2024, apparaissait déjà comme assombri, la pandémie de covid-19 constitue un élément perturbateur supplémentaire. Et à l'impact encore incertain, estime mardi la Fondation Idea dans sa première analyse macro-économique. Car si un bouclier de 8,8 milliards d'euros a bien été dévoilé fin mars par le gouvernement, l'efficacité des protections offertes reste à ce jour inconnue, puisque non mesurable en raison d'«une situation des plus volatiles».

Se gardant bien de se prononcer sur l'ampleur de la réponse apportée par l'exécutif, le think tank de la Chambre de commerce note que le plan luxembourgeois présente quelques particularités en comparaison de ses principaux voisins. S'il représente l'équivalent de 14% du PIB - contre 17% pour la France et 48% pour l'Allemagne -, le programme destiné à empêcher les faillites d'entreprises, limiter la hausse du chômage et garantir le niveau de vie des ménages se distingue par sa structure.

Si Berlin et Paris ont largement mis l'accent sur les garanties de prêt qui représentent près des trois quarts de leur plan de soutien, Luxembourg a choisi de porter son effort sur les avances de liquidités. 55% de la somme globale mise à ce jour sur la table se trouve dédiée à des offres d'avances remboursables et des reports d'impôts, de taxes et de cotisations. Soit 4,8 milliards d'euros d'aides. Contre 28% pour les garanties pour prêts bancaires (2,5 milliards) et 17% (1,5 milliard) pour les aides directes aux entreprises et aux salariés - indemnités d'urgence, chômage partiel, congés pour raisons familiales, etc. -. Des aides directes non remboursables et donc une perte sèche pour les comptes de l'Etat.

Analysé par Sarah Mellouet et Michel-Edouard Ruben comme  «une marque de confiance dans les acteurs du système bancaire», ce choix politique vise avant tout à apporter un soutien aux entreprises et non aux banques. Quant au coût global de cette crise, les hypothèses présentées mardi tablent sur une croissance de -4,2% en 2020 et de 4,8% pour 2021. Contre une croissance attendue, sans cette crise, de 2,8% pour les deux années, selon les dernières prévisions du Statec. «Une fois n'est pas coutume, il faut bien prendre en compte 2020 et 2021 pour saisir l'impact de cette crise», estime Muriel Bouchet qui annonce que la croissance cumulée du PIB pourrait atteindre 0,6%, contre 5,6% sans les conséquences du covid-19. 


Lokales,Centre Hamilius ,Lafayette. Aldringen,Grand-Rue. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
L'horizon économique s'annonce plutôt terne
Moins d'un mois après la publication de prévisions pour 2020 qui indiquaient que le Luxembourg n'échappera pas au ralentissement de l'économie, le Statec publie ce jeudi de nouvelles projections pour la période 2020-2024. Et ces dernières tablent sur un ralentissement global de la croissance.

Et l'économiste de proposer une politique de relance qui aurait comme «colonne vertébrale» les investissements publics pour un montant «de l'ordre de 700 millions d'euros en 2021». Des investissements que la Fondation Idea imagine  non seulement des secteurs en difficultés, du logement ou de la santé, mais aussi dans un cadre européen. Une idée qui apparaît soutenue par les entrepreneurs du pays, puisqu'un sondage du think tank, réalisé au cours de la semaine dernière, indique que 90% des sondés souhaitent voir une réponse coordonnée au niveau de l'UE. L'idée d'une mutualisation des dettes liées au covid-19 aurait le soutien des acteurs économiques grand-ducaux, en adéquation avec l'idée défendue par le gouvernement «des coronabonds».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

L'activité a chuté de 25% au pic de la crise
Même si l'économie a connu un coup de frein impressionnant, pendant de longues semaines, le Statec révèle que le Luxembourg s'en sort certainement mieux que les pays voisins. Le poids du secteur financier jouant en sa faveur.
La dette publique pourrait atteindre 17 milliards
Plus de 10,4 milliards d'euros ont été investis par l'Etat pour faire face aux conséquences économiques de la pandémie de covid-19. Un engagement qui aura des conséquences sur les finances de l'Etat avance Pierre Gramegna (DP).
Lok , Coronavirus , Baustellene wieder offen , Post Gare Jallay/Luxemburger Wort
Une crise économique avec un air de déjà-vu
Actuel président de la Chambre de commerce, Luc Frieden occupait les fonctions de ministre des Finances quand est survenue la crise économique de 2008-9. De quoi lui donner un certain recul sur les turbulences actuelles.
6.7. Wi / Banque de Luxembourg / Table Ronde Glocal Histories of Finance / Geschichte des Finanplatzes Luxemburg / Luc Frieden Foto:Guy Jallay
L'optimisme prudent de Paulette Lenert
De la patience et des efforts, c'est le message envoyé à la population par la ministre de la Santé lors de son point presse qui s'est tenu ce vendredi à la veille du long week-end pascal.
Politik, Corona-Virus, Pressekonferenz Xavier Bettel Paulette Lenert, , Foto: Guy Wolff/Luxemburger Wort
L'horizon économique s'annonce plutôt terne
Moins d'un mois après la publication de prévisions pour 2020 qui indiquaient que le Luxembourg n'échappera pas au ralentissement de l'économie, le Statec publie ce jeudi de nouvelles projections pour la période 2020-2024. Et ces dernières tablent sur un ralentissement global de la croissance.
Lokales,Centre Hamilius ,Lafayette. Aldringen,Grand-Rue. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Une nouvelle aide pour les PME touchées
Outre une plus large «générosité» à l'égard des sociétés impactées par le coronavirus pour l'octroi du chômage partiel, le gouvernement a annoncé mercredi, par la voix de Franz Fayot, qu'il allait adopter «rapidement une nouvelle loi sur les aides minimis». Le ministre de l'Economie s'explique.
IPO.PK Stellungnahme Regierung Coronavirus.Lex Delles,Xavier Bettel,Paulette Lenert,Franz Fayot. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort