Changer d'édition

L'implantation de Google à Bissen se concrétise
Économie 3 min. 12.12.2019 Cet article est archivé

L'implantation de Google à Bissen se concrétise

Le site de Google à Bissen pourrait ressembler à ce plan.

L'implantation de Google à Bissen se concrétise

Le site de Google à Bissen pourrait ressembler à ce plan.
Infographie: WW+
Économie 3 min. 12.12.2019 Cet article est archivé

L'implantation de Google à Bissen se concrétise

Après une première phase d'approche et une opération séduction menée au mois de novembre, le projet d'implantation d'un data center dans le centre du pays par la multinationale américaine prend forme. Un plan d'aménagement peut désormais être consulté par le public.

(DH avec Jacques Ganser) - Depuis le week-end dernier, une première mouture du plan d'aménagement du futur data center de Google est consultable par le grand public. Toutefois, les questions environnementales s'inscrivent encore en pointillés. 

Lentement mais sûrement. Le projet d'installation du centre de données de Google sur le site dit du «Busbierg» à Bissen prend forme. Le coup d'accélérateur a été donné par le géant américain venu à la rencontre des élus et des citoyens de la commune, à la fin du mois de novembre. Les édiles ont ensuite pris le relais en deux temps. En premier lieu, le Plan d'aménagement général (PAG) a été modifié point par point. Et désormais le Plan d’aménagement partiel (PAP) qui est ouvert à la consultation publique pour une période de 30 jours, comme le prévoit la procédure habituelle.


ARCHIV - 28.09.2014, Berlin: Der Google-Schriftzug und die Google-Suche auf einem iPad Mini 2. (zu dpa "Verleger begrüßen Fortschritte bei Diskussion ums EU-Urheberrecht" vom 06.02.2019) Foto: Lukas Schulze/dpa +++ dpa-Bildfunk +++
Le projet Google reste flou
Le géant américain du numérique s'est invité à la Chambre ce mardi. La création d'un centre de données à Bissen comporte toujours autant de nombreuses zones d'ombre. Des interrogations que les membres du gouvernement ne sont pas parvenus à lever.

Pour ce qui est des questions cruciales que sont la consommation électrique et la fourniture d'eau nécessaire au refroidissement des tours, elles devraient rester en suspens en attendant la prochaine étude d’impact environnemental. Mais le PAP apporte quelques éclairages en ce qui concerne les différentes structures qui devront être créées pour l’implantation du site.

Selon le PAP, c'est un maximum de 30% de l'ensemble de la zone qui pourra être aménagé. Pour mémoire, la superficie constructible comprend quatre zones sur une surface totale de 32,32 hectares.

La hauteur maximale pose question

D’après la société London Bridge Technology, une filiale de Google qui a acquis les terrains, la construction des différents bâtiments s’échelonnera en fonction de leur taille. Pour rassurer les riverains, les plus petits bâtiments seront adjacents à la zone de résidence la plus proche. Les édifices les plus élevés et les tours de refroidissement, qui sont considérés comme les plus bruyants, seront implantés au centre et sur le côté est du site. 

La hauteur des bâtiments a aussi été définie. Même si une hauteur maximale de 25 mètres a été déterminée, Google pourra construire des structures jusqu'à 33 mètres de haut, mais seulement sur 10% de la superficie du site. En revanche, les bâtiments administratifs ne devront pas dépasser une hauteur de 15 mètres.

Protection acoustique, zone verte et réseau routier

D'autre part, le PAP mentionne la mise en place d'une protection acoustique et la création d'une zone verte tout autour du site. La connexion au réseau routier n'a pas été oubliée, toute comme les espaces de stationnement. L'éclairage de l'ensemble de la zone et l'évacuation des eaux de pluie sont également prévus.

«Beaucoup de questions restent sans réponse dans ce PAP, Google ne fournit pas de nouveaux chiffres, à l'exception de la hauteur des bâtiments, et il y a même beaucoup d'exceptions», a commenté Daniel Hientgen, le président de l'initiative citoyenne. Ce dernier s'inquiète particulièrement de la hauteur des tours de refroidissement qui, selon lui, pourraient atteindre 38 mètres de haut.


WI,PK Google Project Luxembourg.Fabien Vieau , Frederic Descamps,.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
La vision de Google sur son projet de Bissen
La firme réfléchit toujours à une implantation à Bissen pour un investissement de 1,2 milliard d'euros. Mais si le projet n'est toujours pas confirmé, le géant américain a tenu à communiquer et se veut rassurant quant aux éventuelles nuisances.

«Le plan de développement partiel est la dernière phase au cours de laquelle le conseil communal a encore la possibilité de faire appel», a-t-il rappelé en s'inquiétant de la grande latitude que le PAP laisse à Google.

Toutes les parties concernées par le projet de la multinationale américaine ont jusqu'au 6 janvier 2020 pour l’étudier et se prononcer. Par après, le plan de développement partiel sera soumis au vote au conseil communal.


Sur le même sujet

Le data center de Google suscite bien des interrogations
Le scepticisme prévaut chez les citoyens de Bissen, conviés jeudi soir par le géant américain de l'internet à une séance d'information sur le projet d'implantation d'un centre de données. Google n'avait pas toutes les réponses à leurs questions.
Le Centre culturel Frounert a fait le plein de citoyens inquiets de l'implantation d'un centre données de Google à Bissen
Opération séduction de Google à Bissen
Le géant américain du numérique a décidé d’aller à la rencontre des Bissenois, ce jeudi soir. La firme américaine devrait lever une partie du voile quant à ses projets de construction de deux data centers.