Changer d'édition

L'immobilier donne des sueurs froides à la CSSF
Économie 2 min. 09.09.2020

L'immobilier donne des sueurs froides à la CSSF

Au second semestre 2019, 3,1 milliards d'euros de crédit immobilier ont été accordés par les banques de la Place, selon la CSSF.

L'immobilier donne des sueurs froides à la CSSF

Au second semestre 2019, 3,1 milliards d'euros de crédit immobilier ont été accordés par les banques de la Place, selon la CSSF.
Photo: Gerry Huberty/archives
Économie 2 min. 09.09.2020

L'immobilier donne des sueurs froides à la CSSF

Jean-Michel HENNEBERT
Jean-Michel HENNEBERT
Avec des emprunts qui représentent, en moyenne, trois quarts du prix global d'une acquisition, les ménages du Grand-Duché se retrouvent exposés à toute fluctuation du marché, selon le gendarme de la Place. Des données qui ne concernent que 2019, et qui excluent donc les effets de la pandémie.

Publié vendredi dernier, le rapport annuel de la CSSF donne à la question immobilière au Grand-Duché une nouvelle dimension. Il comporte, pour la première fois, des données précises quant au poids des crédits dédiés à l'acquisition d'un bien dans le budget des ménages. Détaillée dans une série de nouveaux indicateurs issus des recommandations du comité européen du risque systémique, la question immobilière au Grand-Duché prend ainsi une nouvelle dimension.


Le mètre carré à Differdange plus cher qu'à Barcelone
Le Grand-Duché fait une entrée remarquée dans la neuvième étude de la propriété en Europe publiée par Deloitte. Si Luxembourg-Ville se porte en tête du classement des prix des nouveaux logements, Esch-sur-Alzette et la Cité du fer figurent dans le top 10 des villes au loyer le plus élevé.

Ainsi, en 2019, le taux d'emprunt des ménages, à savoir le ratio entre le prêt accordé et la valeur du bien acquis, s'établissait à «environ 75%» en moyenne. Autrement dit, «les ménages ont emprunté trois quarts du prix total d'acquisition de leur nouvelle propriété», précise le gendarme de la place financière. Tendance à la hausse, puisque «le ratio prêt-valeur était supérieur à 90% pour environ un tiers des nouveaux crédits», précise la CSSF en indiquant que le volume total des nouveaux crédits accordés par les banques luxembourgeoises a atteint 3,1 milliards d'euros au second semestre 2019.


Luxembourg Times, Wirtschaft, neues CssF Gebäude, Claude Marx, neuer Generaldirektor,   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
La CSSF demande aux banques de retenir les dividendes
Le gendarme financier luxembourgeois formule cette recommandation aux établissements de crédit jusqu'au 1er octobre, suivant en cela l'exemple de la BCE. Objectif: maintenir un niveau de liquidités suffisant et permettre de créditer leurs clients.

A noter que si la majorité des nouveaux crédits (52%) accordés l'ont été sur base de taux variables, les prêts à taux fixe ont séduit de plus en plus. Et ce, dans un contexte marqué par le besoin de plus en plus grand de sécurité financière pour les futurs propriétaires. Une donnée qui devrait prendre encore plus d'ampleur à l'avenir, en lien avec la menace qui plane sur des milliers d'emplois en raison de l'impact de la pandémie de covid-19 sur l'économie.


Mit neuen Hilfs-Krediten ist nicht jedem Unternehmen gedient – auch den Banken nicht, deren normales Kreditgeschäft wegen der Rezession eingebrochen ist.
Les banques redoutent une vague de faillites
Malgré l'arsenal déployé pour lutter contre la crise liée à la pandémie de covid-19, les professionnels de la finance font appel à l'Etat pour intensifier les efforts destinés à sauver les entreprises en difficulté.

Un risque que Pierre Gramegna (DP), ministre des Finances, devrait aborder au sein du Comité du risque systémique, instance officiellement chargée de «contribuer au maintien de la stabilité du système financier national». Selon nos confrères de Reporter, l'entité qui réunit les plus hauts représentants du ministère des Finances, de la Banque centrale de Luxembourg, de la CSSF et du Commissariat aux assurances doit se réunir à huis clos lundi prochain. Il pourrait alors ressortir de cette réunion une série de recommandations visant à resserrer les conditions d'octroi des prêts accordés par les banques de la Place.

Pour mémoire, la hausse des prix de l'immobilier au Grand-Duché figure largement au-dessus de la moyenne européenne, puisqu'atteignant 14% au premier semestre 2020. Contre 5,5% au niveau de l'UE, selon les dernières données Eurostat disponibles. Un phénomène qui pousse certains à s'interroger sur ses origines, puisque la croissance observée au cours des trois dernières années «n'est pas justifiée par les seuls fondamentaux de l'économie».

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Le taux fixe gagne les faveurs des acheteurs
Les taux d'intérêt particulièrement bas poussent nombre de futurs propriétaires à repousser les offres de crédit à taux variable. Un changement d'attitude qui pousse le secteur bancaire à s'adapter.
ACHAT AU LUXEMBOURG
Obtenir un prêt immobilier
Les éléments du dossier
shutterstock
L'octroi des crédits immobiliers sous bonne garde
La course folle vers l'acquisition de logements, toujours plus chers, n'est pas sans risque sur l'économie des ménages et des entreprises. Aussi, les députés viennent-ils d'adopter une loi offrant à la CSSF de nouveaux outils de contrôle.
Près de 10,4 milliards d'euros de prêts immobiliers ont été octroyés en 2018 au Luxembourg.
Plus de prudence dans l'octroi des prêts immobiliers
Des familles qui s'endettent de plus en plus, un marché du logement en tension: il est temps de veiller à ce que la «bulle immobilière» n'explose pas. Pour cela, le ministère des Finances veut instaurer de nouvelles règles pour les emprunts.
asdf
Les crédits immobiliers "sous surveillance"
Six ans après une circulaire qui a beaucoup fait parler d'elle, la CSSF pourra bientôt fixer des limites à l'octroi de crédits immobiliers résidentiels par les banques. Une mesure de prudence presque dictée par les autorités européennes.
Face à l'endettement croissant des ménages pour acquérir un bien immobilier, la CSSF pourrait fixer des limites