Changer d'édition

«L'Horesca risque de perdre 20% de ses entreprises»
Économie 15.04.2020

«L'Horesca risque de perdre 20% de ses entreprises»

Les petites entreprises de l'Horesca demeurent les plus fragiles.

«L'Horesca risque de perdre 20% de ses entreprises»

Les petites entreprises de l'Horesca demeurent les plus fragiles.
Photo: Gerry Huberty
Économie 15.04.2020

«L'Horesca risque de perdre 20% de ses entreprises»

Alain Rix, le président de la fédération nationale des hôteliers, restaurateurs et cafetiers (Horesca) s'est exprimé sur les effets de la crise sanitaire. Il estime que d'ici à deux semaines 15 à 20 % des entreprises du secteur pourraient faire faillite.

(DH) - «Les pertes accumulées dans le secteur de l'Horesca ne pourront plus être récupérées», a déclaré Alain Rix, ce mercredi, sur les ondes de RTL. Selon le président de la fédération nationale des hôteliers, restaurateurs et cafetiers, les effets de la crise sanitaire vont connaître d'autres répercussions, notamment en ce qui concerne les modes de consommation. 

Le président de l'Horesca craint en effet que la sortie du confinement ne confirme une tendance, celle d'une fréquentation des restaurants à la baisse. En tout état de cause, une fréquentation qui ne permette pas de rattraper les pertes encourues depuis le début de la crise sanitaire.


Hôteliers et restaurateurs tirent la sonnette
La fréquentation des hôtels, des restaurants et des cafés est en chute libre au Luxembourg. L'Horesca tire la sonnette d'alarme! La fédération demande que les taxes locales soient suspendues et les délais de paiement prolongés pour éviter l'asphyxie des entreprises les plus touchées.

«Certaines de nos entreprises ne pourront pas vivre plus longtemps. Une ou deux semaines et c'en sera terminé pour elles», a-t-il prévenu. Et selon lui ce sont 15 à 20% des entreprises du secteur qui risquent de mettre la clé sous la porte même si «le chômage partiel est un bon outil» pour limiter les effets de la crise. «Il faudrait pouvoir le maintenir même après le confinement», a-t-il encore indiqué avant de regretter que les brasseurs n'aient pas encore fait de concessions aux entreprises en matière de loyer. Pour mémoire, ces derniers avaient pourtant fait part de leur soutien en début de mois.

«Ce ne sera plus jamais pareil», a conclu Alain Rix. Certes, un retour «à la normale» limiterait les dommages économiques mais, toujours d'après lui, ce ne pourrait se faire sans observer des mesures d'hygiène très strictes pour protéger les clients et les employés.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

180.000 salariés en chômage partiel
Depuis mi-mars, le gouvernement a déjà débloqué 372 millions d'euros pour assurer 80% du salaire brut d'employés privés de travail en raison de la crise sanitaire. Aujourd'hui, 9.933 entreprises sont concernées.
Les décideurs satisfaits du plan de 8,8 milliards
Pour relancer une économie quasiment au point mort, le gouvernement a énoncé mercredi les grandes lignes de son «plan Marshall» doté de près de neuf milliards d’euros. Une initiative saluée par tous les décideurs qui attendent désormais «une mise en œuvre rapide».
4.3. Wi / PK Fedil nach GV /  Rene Winkin Foto:Guy Jallay
2.000 chambres prêtes à héberger les soignants
Les personnels de santé d'origine frontalière ont été invités, lundi, à s'installer au Grand-Duché pour être au plus près de leur lieu de travail. Hôteliers et particuliers ont joué le jeu en signalant leurs disponibilités au ministère des Classes moyennes.
Les services traiteurs tirent profit du confinement
La fermeture des restaurants couplée à la crainte de la foule dans les supermarchés conduisent de plus en plus de résidents à commander leur nourriture en ligne. Une aubaine pour les professionnels du secteur qui voient leur activité exploser.
Des garanties de prêt pour les entreprises en difficulté
Alors que le report de paiement des cotisations sociales est encore en phase de discussions, les entreprises impactées par la crise du coronavirus peuvent désormais compter sur le soutien de la Chambre de commerce. Cette dernière, via la mutualité de cautionnement, apportera sa garantie auprès des banques.
Wi.Corona. Mesures de soutien pour lrs entreprises.Luc Frieden.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort