Changer d'édition

L'Horesca espère une bonne recette pour la reprise
Économie 3 min. 20.05.2020

L'Horesca espère une bonne recette pour la reprise

Si les mesures n'ont pas encore été spécifiées par le gouvernement, les restaurateurs craignent des contraintes trop lourdes pour la viabilité de leur entreprise.

L'Horesca espère une bonne recette pour la reprise

Si les mesures n'ont pas encore été spécifiées par le gouvernement, les restaurateurs craignent des contraintes trop lourdes pour la viabilité de leur entreprise.
Photo: AFP
Économie 3 min. 20.05.2020

L'Horesca espère une bonne recette pour la reprise

Anne-Sophie DE LA BARRE DE NANTEUIL-BEDEL
Anne-Sophie DE LA BARRE DE NANTEUIL-BEDEL
S'ils attendent pouvoir prochainement redémarrer leur activité, les restaurateurs et cafetiers se posent la question de la rentabilité d'une réouverture face aux contraintes, encore floues, que le secteur devra désormais respecter. Le défi consiste à trouver le juste équilibre entre santé des clients, des employés... et des entreprises.

Incertitudes, craintes et viabilité se trouvent actuellement au menu du secteur de l'hôtellerie-restauration (Horeca). Car si une réouverture des cafés et restaurants le 2 juin a été évoquée, aucune date n'a toutefois été officiellement arrêtée par le gouvernement. A ce jour, le flou demeure également autour des conditions de cette reprise. Malgré les incertitudes, une chose est sûre : les 2.240 établissements du pays devront rouvrir leurs portes selon des mesures sanitaires strictes. 

Et si tous les ingrédients de la reprise ne sont pas connus encore, le secteur s'y prépare tout de même, à l'instar de Christophe Schivre. Dès les premières annonces de déconfinement du Premier ministre, le gérant du restaurant La Table de la Chapelle situé rue de Neudorf à Luxembourg, a décidé d'anticiper des «mesures trop drastiques» qui pourraient «plomber la reprise» en créant un espace épicerie, une carte proposant des plats à emporter ou livrés à domicile ou encore en réaménageant la terrasse. Malgré tout, le restaurateur se dit inquiet.

Rassurer les clients

Un sentiment partagé par de nombreux professionnels du secteur, à en croire le directeur général de l'Horesca. Au cœur de leurs préoccupations : la couverture des frais. Car nul doute que la reprise de l'activité se fera en douceur. «Nous redémarrerons à 30, 40 voire 50% tout au plus. Ce sera très bas, mais c'est un début», estime François Koepp. Or, rappelle-t-il, le loyer sera «à 100%, sans parler des frais». Pour lui, l'important consiste donc à «trouver le bon mélange entre santé, sécurité et viabilité des entreprises».

Alors pour faire revenir les consommateurs, la Fédération nationale des hôteliers, restaurateurs et cafetiers du Luxembourg a mis à disposition des professionnels du secteur un guide de recommandations. Sans oublier le lancement d'un nouveau label baptisé «Safe to serve». Une campagne marketing d'ampleur avec un «gros budget» est également en préparation avec un objectif principal : rassurer les clients. «On veut montrer que le maximum est fait pour leur offrir un bon moment», explique François Koepp.  

Car le redémarrage des cafetiers et restaurateurs est indissociable du retour des clients pour le secteur à l'arrêt quasi total depuis la mi-mars. Un mois plus tard, le président de l'Horesca, Alain Rix, alertait déjà sur le fait que près d'une entreprise sur cinq risquait alors de mettre la clé sous la porte. Début juin, cela fera près de deux mois et demi que les portes des cafés et restaurants du pays restent désespérément closes.

Mais de son côté, François Koepp estime en ce début de semaine que la situation sera «sûrement moins grave» qu'initialement prévue même s'il y aura tout de même «certainement un peu de casse». Le directeur de l'Horesca se dit toutefois confiant et, en particulier, «si les futurs instruments d'aides étatiques sont bien orientés». Autrement dit, les conditions de la reprise qu'annoncera le gouvernement seront déterminantes pour un secteur employant près de 20.000 salariés déjà particulièrement touché par la crise. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La solidarité pour les restaurateurs s'organise en ligne
Si le déconfinement général sera levé lundi prochain, le secteur de l'Horeca ne pourra en revanche rouvrir ses portes avant le mois de juin. Pour faire face à cette période difficile, des plateformes en ligne ont vu le jour pour aider des commerces touchés de plein fouet par la crise.
L'Horesca bout mais anticipe déjà la relance
Le Premier ministre n'a pas clairement annoncé de date fixe pour la réouverture des restaurants et cafés. Le secteur est à bout de nerf et réclame que soit jouée carte sur table. Dans «une semaine au plus tard», l'Horesca veut lancer sa grande campagne de reprise.
Lokales, Corona-Virus, Restautrants und Cafés müssen schliessen, Gastronomie, Horesca, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
«L'Horesca risque de perdre 20% de ses entreprises»
Alain Rix, le président de la fédération nationale des hôteliers, restaurateurs et cafetiers (Horesca) s'est exprimé sur les effets de la crise sanitaire. Il estime que d'ici à deux semaines 15 à 20 % des entreprises du secteur pourraient faire faillite.
TC- Leserevent WAX. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Hôteliers et restaurateurs tirent la sonnette
La fréquentation des hôtels, des restaurants et des cafés est en chute libre au Luxembourg. L'Horesca tire la sonnette d'alarme! La fédération demande que les taxes locales soient suspendues et les délais de paiement prolongés pour éviter l'asphyxie des entreprises les plus touchées.
Tourisme: Depuis l'an 2000, 121 hôtels ont disparu
Le nombre d'hôtels, auberges et pensions ne cesse de diminuer, passant de 367 en 2000 à 246 l'an dernier. Dans le même temps, le nombre de nuitées au sein de ces établissements a augmenté. Explications avec le secrétaire général de l'Horesca, François Koepp.