Changer d'édition

L'événementiel pas vraiment à la fête
Économie 3 min. 29.05.2020

L'événementiel pas vraiment à la fête

La reprise de l'activité de l'événementiel n'aura pas lieu avant septembre. Au mieux.

L'événementiel pas vraiment à la fête

La reprise de l'activité de l'événementiel n'aura pas lieu avant septembre. Au mieux.
Photo : Sgutterstock
Économie 3 min. 29.05.2020

L'événementiel pas vraiment à la fête

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
A l'arrêt depuis deux mois, et ne percevant pas de reprise avant de longs mois, le secteur de l'événementiel a décidé de se fédérer. LEA entend ainsi défendre les intérêts d'un secteur qui pèse près d'un demi-milliard d'euros dans l'économie luxembourgeoise.

Pas de mariage, pas de salon, pas de congrès, pas d'anniversaire, pas de grands meetings, pas de concert, pas de réception à l'occasion de telle sortie de nouveaux produits, pas de grande rencontre sportive, pas d’événement culturel... Ne cherchez pas: tout ce qui remplissait les plannings de la centaine d'entreprises luxembourgeoises du secteur de l'événementiel a disparu. Autant de rendez-vous et donc de commandes disparus. De quoi plonger dans une crise majeure un secteur qui emploie près de 2.000 salariés en fixe et autant en occasionnel.

Et c'est bien, dans un premier temps, pour se faire entendre des décideurs politiques que la profession a décidé de se rassembler en fédération. Ainsi est née LEA, la Luxembourg Event Association. «Nous étions nombreux dans ce secteur d'activité mais pas unis, constate son premier président Charles Schroeder. Maintenant, nous devons défendre nos intérêts.» Des intérêts qui permettront aussi bien à des traiteurs, éclairagistes, installateurs de mobilier, hôtesses d'accueil, traiteurs, personnels administratifs, serveurs, décorateurs ou autres wedding planners de ne pas venir gonfler les chiffres de l'ADEM d'ici peu. 

Le bureau de LEA (Luxembourg Event Association) se compose de Laure Elsen (Accentaigu), Marc Molitor (Apex), Ghislain Ludwig (FairFair), Patrick Risch (Codex), Rick Hotschnig (De Schnékert Traiteur), Tom Steffen (Steffen Traiteur), Patrick Wittwer (Format), Paul Thyes (Lemon), Netty Thines (Mediation) et du président Charles Schroeder (Partyrent).
Le bureau de LEA (Luxembourg Event Association) se compose de Laure Elsen (Accentaigu), Marc Molitor (Apex), Ghislain Ludwig (FairFair), Patrick Risch (Codex), Rick Hotschnig (De Schnékert Traiteur), Tom Steffen (Steffen Traiteur), Patrick Wittwer (Format), Paul Thyes (Lemon), Netty Thines (Mediation) et du président Charles Schroeder (Partyrent).
Photo : DR

Signe que l'initiative a été prise au sérieux, le ministre des Classes moyennes a déjà reçu LEA pour évoquer les conséquences de la crise. Et preuve que le message est bien passé, quelques jours plus tard alors que le plan de redémarrage de l'économie était dévoilé, le ministre de l'Economie parlait pour la première fois d'une aide pour l'événementiel. Au même titre que l'HORESCA ou le tourisme, c'était plutôt rassurant.»

Et les professionnels du secteur de se satisfaire de la prolongation jusqu'à la fin 2020 du régime de chômage partiel. «Pour notre activité, la reprise sera lente, très lente, pronostique Charles Schroeder. Il n'y aura rien à se mettre sous la dent avant septembre, si ce n'est plus tard.» Le temps que les amoureux veuillent fêter leur union, que les sociétés remisent sur des fêtes pour saluer leurs salariés ou leurs clients, que les institutions reprennent leur rythme de conférences, conférence de presse, que LuxExpo retrouve ses salons, etc. Aussi était-il important de maintenir un revenu aux salariés privés de travail.

Pas toujours se plaindre

Tout comme les représentants de LEA sont satisfaits de la prime de 1.250€ accordée aux employeurs via le Fonds de relance et de solidarité. Coup de pouce auquel auront droit les sociétés travaillant dans l'événementiel, pour six mois, et pour chaque salarié en poste ou 250€ par salarié au chômage partiel d'une entreprise ayant repris son activité mais ayant subi une perte d'au moins 25% de son chiffre d'affaires. 

Mais, optimiste par nature, Charles Schroeder veut penser à demain. Et à l'avenir de sa fédération qui, sous couvert de la Confédération luxembourgeoise du commerce, «n'aura pas vocation à toujours se plaindre». L'idée étant que l'association organise des formations pour ses membres, participe à la promotion de ses acteurs auprès du marché luxembourgeois et se serre toujours les coudes. 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Fit 4 Resilience guidera vers la sortie de crise
Le ministre de l'Economie, Franz Fayot, a présenté un nouvel outil pour aider les entreprises à définir une stratégie d'avenir. A charge pour Luxinnovation d'accompagner les sociétés volontaires.
Sasha Baillie, CEO de Luxinnovation
L'évasion fiscale, point faible du Luxembourg
La Commission européenne a rappelé au Grand-Duché son obligation de sévir contre les stratégies agressives visant à contourner l'impôt dans le cadre de son examen annuel de coordination des politiques européennes.
Lokales, Foto: Drapeaux, Flaggen, Drapeau, Flagge, Flag, Europe, Europa. Chris Karaba/Luxemburger Wort
L'artisanat luxembourgeois a perdu Paul Reckinger
De 1997 à 2007, ce patron avait été président de la Chambre des Métiers, entre autres fonctions. L'homme est décédé mardi, laissant son nom à l'entreprise de génie technique qu'il avait fondée à Esch-sur-Alzette.
Der Unternehmer Paul Reckinger stand lange Jahre Luxemburgs Handwerkskammer vor.
Une stratégie prudente, mais payante
Au micro de RTL, le ministre du Travail et vice-Premier ministre est revenu samedi sur la situation de crise que traverse le pays depuis le mois de mars. Il a par ailleurs défendu les choix du gouvernement dans sa lutte contre le covid-19.
LSAP-Minister Dan Kersch: "Steuerpolitik und Klimapolitik müssen so aufgestellt werden, dass die Schere zwischen Arm und Reich wieder näher zusammenkommt. Wenn uns das gelingt, steigt auch die Akzeptanz für eine offensive Klimapolitik."
Franz Fayot pousse à l'investissement
Le ministre de l'Economie, via les mesures du plan "Neisttart Lëtzebuerg", ne souhaite pas voir les entreprises dans la crainte d'avancer et «rester assises sur leurs liquidités».
Politik, Pressekonferenz mit Lex Delles und Frantz Fayot, Corona virus, Civid-19, foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort