Changer d'édition

L'Etat prêt à céder ses parts dans Paul-Wurth
Économie 3 min. 18.02.2021 Cet article est archivé

L'Etat prêt à céder ses parts dans Paul-Wurth

L'entreprise compte 1.500 salariés dans le monde, dont un tiers au Grand-Duché.

L'Etat prêt à céder ses parts dans Paul-Wurth

L'entreprise compte 1.500 salariés dans le monde, dont un tiers au Grand-Duché.
Photo: Gerry Huberty
Économie 3 min. 18.02.2021 Cet article est archivé

L'Etat prêt à céder ses parts dans Paul-Wurth

Le groupe industriel luxembourgeois passerait alors à 100% sous le giron allemand de la firme SMS. Les pourparlers devraient bientôt aboutir.

(pj avec Nadia di Pillo) Avec 150 ans d'existence, célébrés l'an passé, c'est peu dire que l'entreprise Paul-Wurth fait partie de l'histoire du pays. Elle en a été un pilier dans les grandes heures de la sidérurgie, et les décennies suivantes encore. Mais le spécialiste de la conception et la fourniture de technologies et d'équipements pour la production de fonte brute s’apprête à tourner une page. L'État luxembourgeois, avec la SNCI et Spuerkeess, a en effet confirmé son intention de vendre l'ensemble de sa participation dans ce groupe aux 1.500 employés dans le monde. 


A 150 ans, Paul Wurth souffle un bon bilan
A défaut de pouvoir célébrer son jubilé, épidémie oblige, le spécialiste luxembourgeois en ingénierie industrielle se console en dévoilant son bilan 2019. Une année marquée par la progression du chiffre d'affaires de 12,8%.

Ces parts vont ainsi être rachetées par la société mère de la société, SMS. Depuis 2012, le groupe SMS Holding disposait déjà d'une participation majoritaire dans Paul-Wurth. Avec cette opération, il en deviendra l'unique possesseur après avoir négocié avec la Société nationale de crédit et d'investissement (SNCI) (18,84 %), Spuerkeess (10,98 %) et l'État luxembourgeois (10,98 %). 

Les négociations durent encore, et c'est pourquoi l'actuel PDG de Paul-Wurth ne souhaite pas commenter les détails de la transaction. Mais voici quelques semaines, les ministres Pierre Gramegna (DP-Finances) et Franz Fayot (LSAP-Economie) avaient déjà envisagé le sujet. Rappelant que l'Etat s'était impliqué dans le fonctionnement de la société pour la sortir d'un mauvais pas durant la crise financière de 2008.

1.200 emplois sur la sellette

Sauf que le repreneur allemand n'est guère en bonne forme. Le constructeur d'usines et de laminoirs, basé à Hilchenbach, prévoit d'ailleurs des suppressions d'emplois massives. Pour l'ensemble du groupe, l'entreprise aurait enregistré une chute de 40% des entrées de commandes ces derniers mois, pour atteindre moins de deux milliards d'euros en 2020. Et dans un courrier adressé aux salariés, la direction ne cachait pas qu'elle «ne pouvait supposer une reprise significative de l'activité principale dans les années à venir».

Les dirigeants de SMS prévoient ainsi au moins trois à quatre ans avant qu'une reprise des affaires ne soit perceptible. D'où ce choix de restreindre le poids de ses effectifs. Il semble question d'économiser plus de 100 millions d'euros par an sur la masse salariale rien qu'en Allemagne. «Si les coûts de personnel devaient être réduits uniquement par des suppressions d'emplois, cela correspondrait à 1.200 emplois», indique un courrier. 

Bref, rien de bien rassurant pour les 500 employés travaillant de ce côté-ci de la Moselle même si le groupe a comme projet de faire du Luxembourg son «centre d'excellence mondial pour l'hydrogène». 

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Si le montant de la vente au groupe SMS des actions détenues par l'Etat luxembourgeois reste secret, les ministères de l'Economie et des Finances assurent que la transaction ne fait peser aucun risque aux employés de la firme sidérurgique.
05.06.09 Paul Wurth,Gebaeude,rue d alsace . Foto:Gerry Huberty
La branche fret des Chemins de fer luxembourgeois a traversé une année délicate. Mais pour sa directrice stratégie, les mois passés n'auront pas été perdus en termes de nouvelles opportunités de marchés.
04.04.12 cfl multimodal, visite par l' ambassadeur des etats-unis au luxembourg, amerikanischer botschafter,  container, CFL multimodal, bettembourg, cargo, transport, lastwagen zug, photo: Marc Wilwert
Bousculé par la chute de son carnet de commandes, le groupe sidérurgique est tout de même parvenu à réduire sa dette. Parmi les projets, Arcelor compte s'associer avec Encevo notamment pour bâtir une usine de production d'énergie ''verte''.
Wi , ArcelorMittal , Belval , Neujahrsempfang , Roland Bastian , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Pour le président de la Fedil, la pandémie n'a finalement fait qu'accélérer les restructurations. Mais si pour René Winkin, l'horeca et le commerce de détail seront touchés de plein fouet, l'industrie ne devrait pas non plus échapper au phénomène. Explications.
4.3. Wi / PK Fedil nach GV /  Rene Winkin Foto:Guy Jallay
Aucun site ArcelorMittal ne fermera au Luxembourg d'ici 2025. C'est une des annonces faites à l'issue de la réunion tripartite entre le groupe sidérurgique et les partenaires sociaux.
TOPSHOT - This picture taken on January 17, 2018 shows a Chinese worker cutting steel in Qingdao in China's eastern Shandong province on January 18, 2018.
China's economy grew a forecast-beating 6.9 percent in 2017, picking up steam for the first time since 2010 despite its battles against a massive debt and polluting factories, official data showed on January 18. / AFP PHOTO / - / China OUT