Changer d'édition

L'Etat doit carburer avec un quart d'impôts en moins
Économie 3 min. 22.07.2020

L'Etat doit carburer avec un quart d'impôts en moins

L'impôt sur les sociétés a drastiquement chuté au premier trimestre 2020. En chiffre absolu cela fait moins 680 millions d'euros pour le budget de l'Etat sur un an.

L'Etat doit carburer avec un quart d'impôts en moins

L'impôt sur les sociétés a drastiquement chuté au premier trimestre 2020. En chiffre absolu cela fait moins 680 millions d'euros pour le budget de l'Etat sur un an.
Photo: Gerry Huberty
Économie 3 min. 22.07.2020

L'Etat doit carburer avec un quart d'impôts en moins

Après une baisse déjà inquiétante au premier trimestre, les recettes fiscales ont chuté de 25% de mars à juin. Un effondrement dû notamment aux impôts réglés en moins par les sociétés mais aussi au manque de recettes provenant des ventes de carburant ou tabac.

(MF) – Le coronavirus pèsera lourd sur la situation budgétaire de l'Etat qui dépend directement de la situation économique globale et de la bonne santé des entreprises. Non seulement les mesures prises par le gouvernement gonflent les dépenses de l'Etat qui a ouvert grand les robinets mais «les recettes dérapent», résume le Statec au moment de dresser l'état de la conjoncture. 

Comme pour les 102 communes du pays, les caisses de l'Etat ne se sont pas remplies comme espéré. Après une perte de recettes de 12,5% au cours du premier trimestre (soit 1,1 milliard de moins), les impôts encaissés «ont reculé d'un quart sur un an», note l'Institut national de la statistique. 

Mais l'horizon devrait s'éclaircir pour le fisc luxembourgeois car le déconfinement et l'encaissement à venir des impôts reportés «devraient soutenir le rebond des recettes fiscales sur la deuxième moitié de l'année», pronostique le Statec. Sans s'enflammer, il ajoute aussitôt que les recettes fiscales ne retrouveront pas leur niveau d'avant-crise cette année, ni même en 2021. 

Premier levier en cause: l'impôt sur les sociétés qui a drastiquement chuté au premier semestre (-680 millions d'euros sur un an). Une chute qui s'explique par trois phénomènes: les conséquences directes liées au covid-19 évidemment, une baisse déjà bien marquée en début d'année en comparaison à 2019 mais aussi l'annulation des avances trimestrielles et d'autres délais de paiement. De sorte que l'Etat a encaissé moitié moins que l'an passé...

Les limitations des déplacements transfrontaliers pendant tout le confinement ont aussi eu un effet très négatif sur les caisses de l'Etat. Les recettes des accises ont souffert de la chute des ventes de carburants et de tabacs notamment. Bien que les recettes des droits d'accises et de TVA avaient encore fait un saut de 4% au premier trimestre, le Statec a calculé qu'elles se sont effondrées de plus de 35% au second. Un manque à gagner qui se chiffre tout de même à 450 millions d'euros.

Mais il y a un rayon de soleil au tableau: les impôts sur les revenus des ménages ont continué à progresser, contrairement à toutes les autres catégories d'impôts. Y compris au deuxième trimestre. De sorte que sur un an, l'Etat avait tout de même encaissé 80 millions d'euros de plus, fin juin. Les pertes de revenus durant la crise ont clairement été amoindries par les mesures de chômage partiel. 


(de g. à dr.) François Bausch, Vice-Premier ministre
«L'erreur consisterait à réduire les dépenses publiques»
Outre les mesures d'aide directe aux secteurs en difficulté, le gouvernement a présenté mercredi un ensemble de mesures destinées à relancer l'économie via le renforcement ou la création d'aides financières, notamment à destination des ménages. Des aides tournées vers «la durabilité».

Par contre, le Luxembourg n'échappe pas à la tendance qui s'est dessinée dans toute la zone euro, les dépenses de consommation des ménages se sont repliées de 5 % sur un trimestre. Le redressement de la confiance observé après avril  n'empêchera pas le PIB «d'enregistrer un recul d'au moins 10 % au deuxième trimestre», estime le Statec. C'est à cette période que les contraintes du confinement étaient plus marquées. 

Après une forte baisse de mars à avril suite au confinement et au shutdown de l'économie, les offres d'emploi non satisfaites déclarées à l'Adem sont légèrement remontées en mai et juin. L'emploi a repris une tendance légèrement ascendante depuis mai. Le Statec note un «signe encourageant» dans le rebond de juin qui provient surtout des secteurs les plus touchés par la crise comme le commerce, l'Horeca et les services aux entreprises.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Les communes ont bien encaissé le choc
La crise ayant mis à mal les finances de l'Etat, les 102 bourgmestres doivent s'attendre à des reversements moindres pour l'exercice 2020. Mais les ministres de l'Intérieur et des Finances ont assuré aux administrations locales des taux d'aide augmentés pour encourager la réalisation de grands équipements collectifs.
Coronavirus , Sars-CoV-2 , Spielplätze Differdange geschlossen ,  Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
L'Etat luxembourgeois ouvre grand les robinets financiers
Le ministre des Finances voit filer les dépenses publiques plus vite que prévu à l'heure de présenter son budget 2020. Mais le déficit constaté aujourd'hui, aux yeux de Pierre Gramegna «renforce la capacité de l’économie de redémarrer».
Faillite Chaussures  Geox - Belle étoile - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
«L'erreur consisterait à réduire les dépenses publiques»
Outre les mesures d'aide directe aux secteurs en difficulté, le gouvernement a présenté mercredi un ensemble de mesures destinées à relancer l'économie via le renforcement ou la création d'aides financières, notamment à destination des ménages. Des aides tournées vers «la durabilité».
(de g. à dr.) François Bausch, Vice-Premier ministre
L'activité a chuté de 25% au pic de la crise
Même si l'économie a connu un coup de frein impressionnant, pendant de longues semaines, le Statec révèle que le Luxembourg s'en sort certainement mieux que les pays voisins. Le poids du secteur financier jouant en sa faveur.