Changer d'édition

L'embellie économique semble se confirmer
Économie 4 min. 25.08.2020 Cet article est archivé

L'embellie économique semble se confirmer

La limitation des flux frontaliers a entraîné une baisse de 16% des ventes de carburant sur les cinq premiers mois de l'année au Luxembourg

L'embellie économique semble se confirmer

La limitation des flux frontaliers a entraîné une baisse de 16% des ventes de carburant sur les cinq premiers mois de l'année au Luxembourg
Photo: Lex Kleren
Économie 4 min. 25.08.2020 Cet article est archivé

L'embellie économique semble se confirmer

Jean-François COLIN
Jean-François COLIN
Depuis mai dernier, des signes positifs émergent de nombreux secteurs d'activité au Luxembourg. Une orientation favorable que confirment les enquêtes de conjoncture réalisées par le Statec en juillet-août.

Le Luxembourg doit s'attendre à une forte baisse de son PIB (produit intérieur brut) au cours du deuxième trimestre 2020. En cause: les restrictions d'activités décrétées par le gouvernement eu égard à la crise sanitaire. A l'inverse, la levée progressive des restrictions dans des secteurs comme le commerce, la restauration ou le transport aérien est susceptible de redynamiser l'économie du pays. Ainsi, le Statec constate déjà «des signes de reprise au niveau des données mensuelles» dans son bulletin de conjoncture, publié ce mardi.

Et l'Institut national de statistiques de pointer la production industrielle, remontée de +5,7% en mai par rapport à avril. Sans omettre de souligner que cette reprise s'opère évidemment à partir d'un niveau très bas, les mois de mars et avril ayant été le plus impactés par le lockdown économique. Ce regain de dynamisme doit donc «s'apprécier à l'aune d'un niveau anormalement bas précédant cette reprise».


L'activité a chuté de 25% au pic de la crise
Même si l'économie a connu un coup de frein impressionnant, pendant de longues semaines, le Statec révèle que le Luxembourg s'en sort certainement mieux que les pays voisins. Le poids du secteur financier jouant en sa faveur.

Au niveau du commerce de détail, le volume des ventes a chuté de 9,3% sur les cinq premiers mois de 2020 au Luxembourg par rapport à la même période en 2019. Mais tous les types de commerce n'ont pas été affectés de façon identique. Ainsi, là où les magasins spécialisés dans les équipements, domaines culturels et articles de loisirs ont vu leurs ventes diminuer de 20%, les enseignes généralistes comme les grandes surfaces affichent elles une hausse de l'ordre de 6%. La limitation des flux frontaliers a par ailleurs largement pesé sur les achats de tabac (-7,3%) et de carburant (-16%).

S'agissant du secteur automobile, les immatriculations de voitures particulières accusent un repli de 25% de janvier à juillet par rapport à l'an dernier. C'est surtout de mars à mai (-60% sur un an en moyenne!) que le phénomène s'est avéré le plus prégnant. Logique en pleine fermeture des concessions. Cette baisse n'était plus que de 10% sur un an en juin et 15% en juillet.

Phénomène nouveau, les véhicules 100% électriques représentent 4% des ventes de janvier à juillet 2020, contre 2% en 2019 et 1% en 2018.

En parallèle, l'évolution de l'emploi reste dynamique au Grand-Duché. Pour le mois de juillet en effet, les premières données disponibles témoignent d'une croissance du nombre de personnes employées de l'ordre de 2%, contre 1,4% en moyenne de mars à juin. «Rien d'étonnant à cela, car il faut nécessairement une croissance élevée de l'emploi pour que le chômage puisse baisser», explique le Statec. Qui ajoute qu'«un emploi au Luxembourg concerne tous les habitants de la Grande Région et ne profite pas nécessairement à un chômeur résident luxembourgeois.» Cela témoigne d'«une lente guérison de l'économie.»

Des scores favorables comparés à celui de la zone euro, qui présente une régression moyenne de 2,9% sur un an pour le deuxième trimestre de 2020. Au Luxembourg, la reprise provient principalement des services aux entreprises et de l'Horeca.

Enfin, si l'inflation (hors énergie) est demeurée relativement stable depuis le début de la crise du covid-19, le Statec table sur une accélération à 0,9% en 2020. Puis à 1,3% en 2021 au Luxembourg. Parallèlement, la Commission européenne a anticipé en juillet que l'inflation dans la zone euro accélérerait de 0,3% en 2020 et de 1,1% en 2021.


Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Conséquence directe de la mise en place de nouvelles mesures sanitaires, la reprise attendue pour le début 2021 se retrouve repoussée de plusieurs mois, indique mardi le Statec qui estime «difficilement envisageable» un quelconque «rebond significatif» avant plusieurs mois.
WI. Classement des banques . Banken,Finanzplatz Luxemburg ,aArendt. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Conséquence directe du confinement, la production de richesses au Luxembourg a reculé de 7,8% au deuxième trimestre 2020 par rapport au deuxième trimestre 2019, selon les données du Statec publiées vendredi.
Lokales,Maskenpflicht Corona Grand-Rue,Luxemburg.Covid19. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Selon les calculs du Statec, l'indice des prix à la consommation s'est redressé de +0,5% en juin par rapport au mois précédent. Le panier alimentaire souffre cependant moins que l'automobiliste à son passage à la pompe.
Zechprellerei, Grivèlerie, Tankstelle, Tanken, Zapfsäule, Pompe à essence, Foto Lex Kleren
Si le nombre d'immatriculations au mois de juin a atteint son meilleur score depuis le mois de février, avec une baisse de «seulement» 10,6% par rapport à 2019, la Fedamo estime que ce regain d'activité constitue un trompe-l’œil et se prépare à une baisse du chiffre d'affaires de 500 millions d'euros sur 2020.
Lokales, Autofestival 2020, Jaguar, Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Si gouvernement et partenaires sociaux se sont accordés pour mettre en place une tripartite pour évoquer les solutions à mettre en place pour dépasser la crise, Dan Kersch, ministre du Travail, revient sur le consensus trouvé autour du chômage partiel et évoque une accalmie sur le front du chômage.
Dan Kersch, Vice-Premier ministre, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire
Même si l'économie a connu un coup de frein impressionnant, pendant de longues semaines, le Statec révèle que le Luxembourg s'en sort certainement mieux que les pays voisins. Le poids du secteur financier jouant en sa faveur.