Changer d'édition

«L'économie doit pouvoir respirer»
Économie 3 min. 29.11.2019

«L'économie doit pouvoir respirer»

Nicolas Buck plaide pour un dialogue social plus professionnel.

«L'économie doit pouvoir respirer»

Nicolas Buck plaide pour un dialogue social plus professionnel.
Photo: Guy Wolff
Économie 3 min. 29.11.2019

«L'économie doit pouvoir respirer»

Le président de l’UEL Nicolas Buck appelle à des pourparlers bilatéraux avec le gouvernement sur le droit du travail. Par ailleurs, pour répondre aux défis du XXIe, il estime légitime de réclamer un cadre qui permette aux entreprises de se développer.

(DH avec Annette Welsch) - L'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) par la voix de Nicolas Buck (51 ans) s'est exprimée dans un long entretien accordé au Luxemburger Wort de ce vendredi 29 novembre. Il apporte un éclairage quant à sa vision du dialogue social qui est réglementé dans la loi de 2015, mais qui, selon lui, n'est pas clair au niveau national.

«Si nous voulons vraiment un dialogue social constructif sur le marché du travail au niveau national, nous devons d'abord analyser la situation de ce marché de manière plus approfondie dans le cadre du Comité permanent du travail et de l'emploi (CPTE)», indique-t-il tout en proposant de prendre le temps de la réflexion.

Nous voulons rendre le dialogue social plus professionnel

«Les modifications du droit du travail sont souvent la solution à un problème, mais nous ne sommes toujours pas d'accord sur ce que le problème est réellement censé être», poursuit-il. «Notre proposition est non seulement conforme à l'esprit de la loi, mais elle garantit également que la méthode nous permettra de travailler ensemble plus efficacement. Nous ne voulons pas détruire le dialogue social, nous voulons le rendre plus professionnel et prêt pour le XXIe siècle.»

Pour étayer ses propos, Nicolas Buck rappelle l’objectif initial du CPTE qui est d'«apporter des idées au ministre et non modifier le droit du travail». «Nous avons proposé une nouvelle méthode pour revenir, en principe, au sens originel du CPTE, également prescrit par la loi: parler du marché du travail, en mettant l'accent sur les deux domaines du marché du travail/chômage et de la sécurité/santé au travail ainsi que sur le fonctionnement de l'Adem et de l'IMT.»

«Il n'existe aucun droit de négociation»

Le président de l'UEL estime encore que travailleurs et employeurs doivent être conviés séparément à des discussions avec le gouvernement, les pourparlers en matière de droit du travail étant motivés par des convictions politiques. «Ce n'est pas à nous de négocier des réformes du droit du travail. Notre mission consiste à définir des thèmes, à proposer des alternatives et à en souligner les conséquences.»

«C'est la responsabilité de l'ensemble du gouvernement de mener ses réformes», souligne encore Nicolas Buck. «Nous avons le devoir d'informer, de défendre et d'influencer nos positions. Mais ce n'est pas à nous d'entamer un processus pour parvenir à un accord sur les modifications à apporter au droit du travail.»


Wirtschaft,CdP Fedil,Nicolas Buck,Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Le dialogue social à la sauce patronale
Cette fois, le dialogue social entre le patronat luxembourgeois et les syndicats est bien rompu. L'Union des entreprises luxembourgeoises (UEL) propose une nouvelle façon d'avancer en obligeant le ministre du Travail à prendre ses responsabilités.

Pour rappel, le programme de la coalition couvre toute une série de questions à aborder dans le droit du travail, tels les conventions collectives, l'organisation du temps de travail et le travail à temps partiel.

«Nous n'avons jamais dit que nous ne voulions pas de pourparlers tripartites, nous n'avons jamais dit que nous voulions quitter le CPTE», martèle Nicolas Buck. «Nous voulons simplement que le cadre juridique soit respecté. Parce que nous avons vu que nous avons de sérieux désaccords, qui nuisent au pays à long terme, si nous ne respectons pas méticuleusement les lois.»

«La prospérité de notre pays repose sur des entreprises qui fonctionnent bien et qui sont compétitives», conclut-il. «C'est pourquoi nous devons continuer à réclamer un cadre qui permette aux entreprises de se développer, mais aussi de s'adapter. La numérisation, les guerres commerciales, l'e-mobilité, etc. nous posent constamment des défis. Les entreprises doivent pouvoir respirer pour y faire face.»


L'UEL renforce son équipe
Une avocate fiscaliste et une experte en communication apportent leurs compétences à l'Union des entreprises luxembourgeoises.

Pour mémoire, l'UEL représente les intérêts de six fédérations sectorielles des banques, assurances, commerce, artisanat, industrie et hôtellerie et restauration (ABBL, ACA, CLC, FDA, FEDIL, Horesca) et les deux chambres de commerce et d'artisanat. Ce qui représente 90.000 entreprises générant 80% du PIB.

L'UEL a indiqué qu'elle répondra favorablement à l'invitation du ministre du Travail Dan Kersch (LSAP) à la prochaine réunion du CPTE qui se tiendra lundi.


Sur le même sujet

Le patronat prêt à retrouver la tripartite
Au lendemain de la grande mobilisation qui a réuni près de 1.500 personnes à l'appel de l'OGBL, du LCGB et de la CGFP, le président de l'UEL affirme qu'il sera bien présent au prochain Comité permanent du travail et de l'emploi, le 2 décembre.
Nicolas Buck, «patron des patrons» reste ferme : «Il faut revoir les modalités de travail du Comité permanent du travail et de l'emploi».
Démonstration de force réussie
OGBL, LCGB et CGFP ont réussi à unir leurs forces, mardi soir. Plus de 1.500 personnes se sont rassemblées pour marquer leur opposition au souhait patronal d'abandonner le Comité permanent du travail et de l'emploi, et plus largement remettre en cause le dialogue social.
Politik, CGFP, LCGB, OGBL Protestkundgebung, Boycott Patronal du Dialogue Social, Wolff Romain, Patrick Dury et André Roeltgen   Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort
Le grand soir se profile pour les syndicats
Faire revenir le patronat à la table des négociations: tel est le but du rassemblement organisé ce mardi soir par OGBL, LCGB et CGFP. Le brusque départ de l'UEL de la tripartite reste «inacceptable» pour les trois syndicats. De son côté, le ministre du Travail rappelle son attachement aux «outils du dialogue social à la luxembourgeoise».
Un millier de manifestants sont attendus par les trois syndicats, ce soir au Parc Hotel Alvisse.
Les syndicats attendent une fin de boycott
Face au refus du patronat de dialoguer avec les partenaires sociaux, OGBL, LCGB et CGFP s'unissent pour défendre le «modèle social luxembourgeois». Salariés du public comme du privé sont invités à défiler le 19 novembre mais pour se faire entendre de qui: l'UEL ou l'Etat?
PK-OGBL, LCGB, CGFP/Sozialdialog - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort