Changer d'édition

L'argent de Montesinos doit être rendu au Pérou
Économie 2 min. 04.04.2017 Cet article est archivé
Selon la justice luxembourgeoise

L'argent de Montesinos doit être rendu au Pérou

Vladimiro Montesinos, bras droit de l'ancien président péruvien Alberto Fujimori devant la Cour Suprême péruvienne, en 2008.
Selon la justice luxembourgeoise

L'argent de Montesinos doit être rendu au Pérou

Vladimiro Montesinos, bras droit de l'ancien président péruvien Alberto Fujimori devant la Cour Suprême péruvienne, en 2008.
AFP
Économie 2 min. 04.04.2017 Cet article est archivé
Selon la justice luxembourgeoise

L'argent de Montesinos doit être rendu au Pérou

Pierre SORLUT
Pierre SORLUT
La justice luxembourgeoise ordonne la confiscation et la restitution au Pérou de l'argent de Vladimiro Montesinos, bras droit de l'ancien président péruvien Alberto Fujimori (de juillet 1990 à novembre 2000).

Par Pierre Sorlut

La justice luxembourgeoise a ordonné ce mardi la confiscation et la restitution au Pérou de l'argent de Vladimiro Montesinos, bras droit de l'ancien président péruvien Alberto Fujimori (de juillet 1990 à novembre 2000). La Cour a rejeté l'appel interjeté par l'avocat et homme de confiance de M. Fujimori. Il contestait la décision rendue par le juge de première instance visant à reconnaître la condamnation rendue en 2015 par le tribunal de Lima. La cour supérieure du Pérou avait ordonné la confiscation des avoirs liés à des comptes ouverts auprès de BGL BNP Paribas et dont le bénéficiaire économique est M. Montesinos.

Quelque 15 millions de dollars dorment depuis 2002 dans les coffres de la banque qui opérait alors sous le giron de Fortis. Ils avaient été saisis par le juge d'instruction Doris Woltz, aujourd'hui responsable du Service du renseignement (SRE), suite à une commission rogatoire internationale datant de septembre 2001.

Vers une cassation?

«Les faits retenus par la juridiction péruvienne à charge de Vladimiro Montesinos qui ont donné lieu aux confiscations prononcées constituent en droit luxembourgeois des faits susceptibles d'être qualifiés de participation à une association de malfaiteurs, organisation criminelle et corruption» est-il écrit dans l'arrêt rendu ce mardi.

L'avocat de l'accusé, Jérôme Bertin, n'a pas répondu ce mardi à nos sollicitations visant à savoir s'il tentera de casser l'arrêt rendu par la Cour d'appel. Contacté au début de la procédure en appel, l'avocat basé à Paris n'excluait aucun recours en cas de résultat défavorable.

Accusé de massacres

Vladimiro Montesinos est aujourd'hui incarcéré dans la prison hyper sécurisée de Callao, ville portuaire donnant sur le Pacifique. Aux côtés de M. Fujimori, M. Montesinos a mené dix années de pouvoir, marquées notamment par un coup d'Etat contre leur propre gouvernement (en 1992) et une répression violente contre les rebelles du Sentier lumineux (faction armée du parti communiste du Pérou) alors qu'il était responsable des services secrets péruviens.

Plus d'une centaine de procédures ont été ouvertes à son encontre. Les accusations portent différents degrés de gravité. Des organisations droit-de-l'hommistes l'accusent de génocide et d'actes de torture pour avoir été l'instigateur du massacre de Barrios Altos en 1991, une expédition meurtrière menée par les forces armées péruviennes qui avaient pris pour cible des civils au lieu de membres du Sentier lumineux. La justice l'a pour l'instant condamné à une quinzaine d'années d'emprisonnement pour trafic d'influence, vente d'armes illégale, abus de biens publics, association de criminels et corruption. 


Sur le même sujet

Jugement de la Cour d'appel
La cour d'appel du Luxembourg se penche ce vendredi sur la confiscation de l'argent noir du controversé Vladimiro Montesinos, conseiller proche de l'ancien président péruvien Alberto Fujimori et patron des services secrets de la république sud-américaine.
Vladimiro Montesinos, bras droit de l'ancien président péruvien Alberto Fujimori devant la Cour Suprême péruvienne, en 2008.