Changer d'édition

L'Aleba garde la représentativité sectorielle
Économie 30.04.2019 Cet article est archivé

L'Aleba garde la représentativité sectorielle

L'Aleba a conservé ses quatre sièges lors du scrutin du 12 mars 2019 à la Chambre des salariés.

L'Aleba garde la représentativité sectorielle

L'Aleba a conservé ses quatre sièges lors du scrutin du 12 mars 2019 à la Chambre des salariés.
Photo: Aleba
Économie 30.04.2019 Cet article est archivé

L'Aleba garde la représentativité sectorielle

Aude FORESTIER
Aude FORESTIER
Le syndicat de l'avenue Monterey a eu une entrevue avec le ministre du Travail ce matin à ce sujet.

L'Aleba peut pousser un grand ouf de soulagement. Le syndicat du secteur financier, qui est passé sous la barre des 50% lors du dernier scrutin des élections à la Chambre des salariés le 12 mars dernier,  a eu un rendez-vous ce mardi matin avec le ministre du Travail Dan Kersch (LSAP) à ce sujet.

Contacté par nos soins en fin de matinée, le secrétaire général de l'Aleba Laurent Mertz nous a assuré : «Il y a eu à notre demande un échange de vues avec le ministre. Nous sommes  sur la même longueur d'ondes. La représentativité sectorielle reste acquise» à l'organisation syndicale.

Bien qu'elle n'ait pas atteint la barre symbolique des 50% aux élections de mars (49,22%), l'Aleba conserve la représentativité sectorielle acquise le 2 mars 2005 par arrêté ministériel car aucun syndicat ne l'a contestée, comme le prévoit l'article 161-8 du code du Travail.


Wirtschaft- Face à Face Véronique Eischen (OGBL) et Laurent Mertz (Aleba) foto: Chris Karaba
Aleba et OGBL: le duel que tout oppose
L'OGBL veut devenir le syndicat numéro 1 dans le secteur financier tandis que l'Aleba souhaite conserver sa majorité dans le groupe des services et intermédiation financiers.

Jointe mardi après-midi, Véronique Eischen de l'OGBL-secteur financier n'était pas au courant de ce rendez-vous entre le syndicat et le ministre du Travail. «Cette décision de Dan Kersch, il faut que je la discute avec les gens du secteur et avec nos représentants», nous a-t-elle dit. Il faut, selon elle, se réunir autour de la table avec l'Aleba afin de savoir «comment on compte continuer (NDLR: à travailler) dans le secteur». «Il faudra aller dans une direction».

Gabriel di Letizia, président du LCGB-SESF, nous a confirmé que lui non plus n'était pas au courant de cette entrevue. «Je ne sais pas sur quel argument le ministre s'est basé. C'est très difficile pour nous de commenter. Il faudrait avoir un peu plus de détails». Egalement contacté mardi après-midi, le ministère du Travail n'a pas pu nous donner de plus amples informations sur la décision de continuer à accorder la représentativité sectorielle à l'Aleba. 




Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

Qui veut travailler 60 heures par semaine?
Déjà 19 entreprises ont déposé une demande auprès du ministère du Travail pour que leurs salariés puissent allonger leur temps de travail hebdomadaire. Une mesure temporaire durant l'état de crise.
L'Aleba perd ses pouvoirs d'un chouïa
Il manque 0,78% des voix au premier syndicat du secteur bancaire pour conserver son sceptre de la «représentativité sectorielle». Une situation inédite après des élections sociales que devra trancher le ministre de l'Intérieur.
Laurent Mertz, secrétaire général de l'Aleba: «Il y a des lois que nous considérons comme discriminantes».
La Chambre des salariés dévoilée en «fin de semaine»
Deux semaines après les élections sociales, les bulletins de vote de six des neuf groupes sectoriels sont dépouillés. L'OGBL obtient 19 sièges, le LCGB 10 sièges. Les noms des 60 nouveaux délégués de la Chambre des salariés seront divulgués d'ici ce week-end.
Lokales , Neubau / Renovierung Casino Syndical , Chambre des Salariés , Bonneweg , Foto:Guy Jallay/Luxemburger Wort
Aleba et OGBL: le duel que tout oppose
L'OGBL veut devenir le syndicat numéro 1 dans le secteur financier tandis que l'Aleba souhaite conserver sa majorité dans le groupe des services et intermédiation financiers.
Wirtschaft- Face à Face Véronique Eischen (OGBL) et Laurent Mertz (Aleba) foto: Chris Karaba