Changer d'édition

L'air de Dubaï réussit au Luxembourg
Économie 3 min. 29.01.2020 Cet article est archivé

L'air de Dubaï réussit au Luxembourg

Pour son dernier déplacement, le ministre Etienne Schneider multiplie les prises de contacts économiques.

L'air de Dubaï réussit au Luxembourg

Pour son dernier déplacement, le ministre Etienne Schneider multiplie les prises de contacts économiques.
Photo : Pierre Matgé
Économie 3 min. 29.01.2020 Cet article est archivé

L'air de Dubaï réussit au Luxembourg

Alors que l'exposition universelle n'ouvre ses portes qu'en octobre prochain, déjà le Grand-Duché prend position via une mission économique. Les ministres Gramegna et Schneider, notamment, menant tambour battant une campagne de séduction.

(pj avec Mara Billo) Des mains serrées, des repas partagés, des contrats signés : pour 62 entreprises luxembourgeoises et les ministres des Finances Pierre Gramegna (DP) ou de l'Economie Etienne Schneider (LSAP), ce début de semaine ne connaît guère de répit. Il est vrai qu'à Dubaï, le Grand-Duché compte bien se vendre, et donc vendre ses savoir-faire auprès du «petit» Emirat et au-delà aux Emirats arabes voisins.

Mardi, par exemple, Etienne Schneider (pour son dernier déplacement avant démission) et le sultan bin Saeed Al Mansoori, ministre des Affaires économiques des Émirats arabes unis, ont paraphé un protocole d'accord entre les deux pays. «Nous voulons formaliser nos relations économiques et développer une stratégie commune», a déclaré le signataire luxembourgeois.

Le Grand-Duc hériter Guillaume fait également partie de la délégation luxembourgeoise.
Le Grand-Duc hériter Guillaume fait également partie de la délégation luxembourgeoise.
Photo : Pierre Matgé

Il est désormais prévu que les décideurs politiques, chacun accompagné d'une délégation d'entreprises, se réunissent à l'avenir une fois par an. «Nous voulons rendre nos relations économiques plus professionnelles. Si les entreprises savent que les deux gouvernements travaillent bien ensemble, elles voudront faire davantage d'affaires dans l'autre pays», commente Etienne Schneider.

Des atouts à rentabiliser

De son côté, le sultan bin Saeed Al Mansoori, ne cache pas son intérêt pour le potentiel particulier dans les secteurs de la logistique et des technologies financières. Actuellement, l'importation et exportation de services financiers forment la majeure partie des échanges entre Luxembourg et Dubaï, avec une balance positive de 220 millions d'euros en faveur de l'économie grand-ducale.

«La bonne situation géographique du Luxembourg, à la frontière avec l'Allemagne, la France et la Belgique, ainsi que la flexibilité et la mentalité du gouvernement du pays, parlent clairement en faveur du Luxembourg», précise le ministre.


Le pavillon luxembourgeois est en cours de construction sur le suite de l'Exposition universelle de Dubaï 2020
Faire de Dubaï 2020 une vitrine économique
Entre manifestations en tous genres, ateliers et «networking», la Chambre de Commerce ambitionne de placer le Luxembourg sur la carte du monde à l'occasion de l'Exposition universelle de Dubaï l'année prochaine.

Ainsi, la première des réunions aura lieu durant l'Exposition universelle de Dubaï. Du 20 octobre 2020 jusqu'au 10 avril 2021, le Luxembourg y aura son pavillon, cadre de ses possibles rencontres et accords. En attendant, Carlo Thelen, directeur de la Chambre de commerce se montre déjà satisfait de ce premier déplacement : «Nous avons organisé plus de 300 rencontres interentreprises. Tous les contacts commerciaux ne sont certes pas directement rentables mais ces événements ouvrent la voie à une éventuelle coopération».   

C'est là, par exemple, le souhait de Maxim Krasnoperov, responsable du business development au sein d'ExoAtlet. La société luxembourgeoise développe des exosquelettes et compte bien développer son marché dans la région du Golfe (déjà 140 exosquelettes vendus, à 65.000 euros pièce). Elle fait partie de la délégation économique qui a fait le voyage, notamment pour assister au plus grand salon professionnel de la santé et de la médecine, Arab Health, organisé actuellement à Dubaï.

Maksim Krasnoperov, de la société ExAtlet, profite de sa venue à Dubaï pour vanter les capacités de son exosquelette.
Maksim Krasnoperov, de la société ExAtlet, profite de sa venue à Dubaï pour vanter les capacités de son exosquelette.
Photo : Pierre Matgé

A ses côtés, Ceodeux Meditec, SciPharm, Ai Mediq, BioMind et Ima présentent aussi leurs produits et services. «C'est vraiment une bonne occasion de faire de nouvelles affaires et de développer celles qui existent déjà. Nous ne pouvons et ne devons pas manquer de tels événements ; outre le salon Medica de Düsseldorf, qui est également consacré aux innovations dans le domaine de la technologie médicale, Arab Health est le plus important du secteur», s'enthousiasme également Philippe Lardenais, directeur des ventes mondiales de Ceodeux (ou Rotarex, firme basée au Luxembourg employant 600 salariés au Grand-Duché). 

Alexey Platonenko, directeur général de l'entreprise Ai Mediq, lui en est à son troisième séjour à Dubaï, toujours pour ce même salon. Sa société vend du matériel médical pour la réadaptation cardiaque. Un appareil d'ailleurs en cours d'essai au Centre hospitalier de Luxembourg (CHL). Et il faut croire que le détour par Dubaï vaut la peine : la Chambre de commerce du Luxembourg qui prend en charge les frais de stand à Arab Health a déjà des demandes pour l'édition 2021. 


Sur le même sujet

Quatre jeunes chefs mettent Dubaï à leur carte
Caroline Esch, Aurélien Fontaine, Archibald De Prince et Clovis Degrave ont été retenus pour proposer quelques-unes des recettes à savourer sur le pavillon luxembourgeois à l'exposition universelle.
Expo2020
Dubaï, la nouvelle destination en vogue
Dans le sillage des lieux de villégiature méditerranéens classiques qui gardent la cote, l'Émirat surfe sur la vague de la prochaine Exposition universelle pour effectuer une percée auprès des résidents luxembourgeois.
Outre le fait d'abriter la prochaine Exposition universelle d'octobre 2020 à mars 2021, Dubaï présente un rapport qualité/prix en hiver meilleur qu'aux îles Canaries
Exposition universelle de 2020: "Je veux vendre le Luxembourg"
Le pavillon luxembourgeois à l'Exposition universelle de 2020, axé autour du futur et de l'économie circulaire, sera recyclable et reviendra au Luxembourg. Avec un budget de 25 millions d'euros, le ministre de l'Economie, Etienne Schneider, veut vendre le Luxembourg.
(de g. à dr.) Étienne Schneider, Vice-Premier ministre, ministre de l'Économie; Son Altesse cheikh Ahmed Bin Saeed Al Maktoum, président du Comité supérieur d’Expo 2020 Dubaï; Maggy Nagel, commissaire générale du Luxembourg auprès de l'Expo 2020 Dubaï