Changer d'édition

L'activité bus prudente à l'amorce d'une possible reprise
Économie 2 min. 21.04.2021

L'activité bus prudente à l'amorce d'une possible reprise

Aussi beaux soient-ils, les autobus luxembourgeois ont plus connu les dépôts que les routes ces derniers mois.

L'activité bus prudente à l'amorce d'une possible reprise

Aussi beaux soient-ils, les autobus luxembourgeois ont plus connu les dépôts que les routes ces derniers mois.
Photo : DR
Économie 2 min. 21.04.2021

L'activité bus prudente à l'amorce d'une possible reprise

Patrick JACQUEMOT
Patrick JACQUEMOT
LCGB, OGBL et représentants des 32 entreprises privées d'autocars et autobus du pays viennent de signer un Plan de maintien dans l'emploi.

Plus d'aller-retour vers la Costa Brava, aucune sortie scolaire, plus de déplacements d’associations ou de supporters. On pourrait allonger à l'envi la liste des contrats qui ont été annulés en raison de la crise covid ces quatorze derniers mois. Au point que même si les entreprises privées du secteur des transports en commun se portaient bien jusqu'alors, elles ne sont plus tenues que par les aides d'Etat aujourd'hui. Leur activité restant proche du point mort. Aussi, la signature d'un Plan de maintien dans l'emploi (PME) sectoriel va-t-il quelque peu rassurer les 3.700 salariés de cette branche d'activité.


Quelque 31.500 salariés en chômage partiel en avril
Le comité de conjoncture, réuni lundi, a décidé de permettre à quelque 4.280 entreprises de bénéficier des dispositions particulières en vigueur jusqu'au 30 juin prochain. Un chiffre en recul par rapport au mois précédent.

L'accord trouvé entre partenaires sociaux tombe en effet au bon moment. Au croisement d'une possible reprise de l'activité touristique (si la situation sanitaire s'améliore) et de la fin du régime de chômage partiel tel qu'il est pratiqué (au 30 juin). «Là, les employés (conducteurs, mécaniciens ou administratifs) ont au moins l'assurance que du 1er mai au 31 août 2021 aucun licenciement pour raison économique ne peut survenir», souligne Paul Gouchitski, secrétaire syndical LCGB. 

Ainsi, le syndicat majoritaire dans le secteur mais aussi l'OGBL et les représentants patronaux de 32 entreprises ont validé ce qui apparaît comme «une bouée pour les quatre mois à venir». Ensemble, ils ont ainsi convenu que le travail à temps partiel sera proposé (sur base de volontariat), les congés sans solde facilités, le recours au chômage partiel maintenu, l'accès à plus de formations (internes ou externes) encouragé et le prêt temporaire de main-d'oeuvre permis (là encore sur base de volontariat).

En contrepartie, il a aussi été entendu que les départs de personnels ne seraient pas systématiquement compensés. «Mais il faut bien se rendre compte que l'essentiel question emplois est préservé», se satisfait le LCGB. L'idée étant de réévaluer la situation économique du secteur à l'approche de la rentrée. «Mais on voit déjà que le gouvernement autorise à nouveau les sorties scolaires. Peut-être qu'en cette fin de printemps et durant l'été, le tourisme reprendra aussi un peu de vigueur», espère Paul Glouchitski.

Il est à noter que ces derniers temps, certains chauffeurs ont pu être réaffectés sur les lignes du réseau RGTR de transports en commun national.

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

787 chômeurs de moins en un mois
Le nombre de demandeurs d'emploi a chuté, en mars. L'ADEM comptait alors 18.689 demandeurs d'emploi. Soit "seulement" 1,6% de plus qu'au même mois en 2020 et ce malgré un an de crise.
Maintenance engineer using laptop computer control automatic robotic hand with CNC machine in smart factory, Industry 4.0 concept - Image
Un bon à la formation inédit à partir de mai
Le ministère du Travail accordera un voucher de 500 euros à tous les salariés ayant subi une période de chômage partiel au premier trimestre 2021. Un bon échangeable contre une formation en ligne.
Dan Kersch, Vice-Premier ministre, ministre du Travail, de l’Emploi et de l’Économie sociale et solidaire
Le covid fait flamber les liquidations judiciaires
Redoutée depuis le début de l'épidémie, la faillite a touché 70 entreprises au mois de février. En revanche, les liquidations ont progressé de 68% depuis 2020. Des chiffres qui pourraient encore évoluer dès la fin des aides, selon le Statec.
12.9. Gucci / 7 rue Phillippe II / Konkurs   Foto: Guy Jallay
Le tourisme doit se réinventer
Fortement impacté par la pandémie, le secteur a pu bénéficier de nombreuses aides, rappelle Lex Delles, mardi, face aux députés. Mais pour survivre, il devra aussi faire preuve «d'innovation et de créativité».
Lokales, Touristen, Tourismus, Sicht auf den Grund ,Altstadt  Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort