Changer d'édition

L'activité bancaire a su s'adapter à la pandémie
Économie 3 min. 05.08.2021
Place luxembourgeoise

L'activité bancaire a su s'adapter à la pandémie

Les clients ont nettement moins utilisé les distributeurs de billets en 2020. Sur un an, le nombre de transactions a baissé d'un quart.
Place luxembourgeoise

L'activité bancaire a su s'adapter à la pandémie

Les clients ont nettement moins utilisé les distributeurs de billets en 2020. Sur un an, le nombre de transactions a baissé d'un quart.
Économie 3 min. 05.08.2021
Place luxembourgeoise

L'activité bancaire a su s'adapter à la pandémie

Fin 2020, l'argent sous gestion pour le secteur de la banque de détail dépassait les 92,4 milliards d'euros au Luxembourg. Une progression de plus de 9% sur un an à laquelle le covid n'est pas étranger.

(pj avec Marco MENG) «Dans l'ensemble, le secteur de la banque de détail a bien fait face à la pandémie.» Et si c'est l'ABBL (Association des banques et banquiers du Luxembourg) qui le dit, il y a tout lieu de le croire! Ainsi, des données compilées ces derniers mois, il ressort non seulement que les soldes des comptes ont augmenté, mais que l'activité de banque de détail - auprès des clients privés et des indépendants - n'a rien perdu de sa croissance.

L'ABBL et l'autorité de surveillance financière de la place (CSSF) ont ainsi enregistré, par exemple, une augmentation de 10% des actifs sous gestion. La période ayant incité bien des clients à s'orienter vers plus d'épargne. 

Ainsi, la plupart des actifs de l'activité standard ont continué à être détenus sur des comptes chèques ou comptes épargne, sans aucun déplacement significatif vers des produits d'investissement. Fin 2020, les fonds sous gestion dans le commerce de détail s'élevaient à 92,4 milliards d'euros.Soit une hausse de 9,3% sur un an.

Mais ce n'est rien en comparaison de l'augmentation des sommes déposées sur des comptes courants. En comparaison avec 2019, leur montant a ainsi progressé de 26% du côté des personnes physiques et 13% pour les indépendants ou personnes morales. Les avoirs en titres ont, eux, augmenté de 8%. 

La demande en crédits a elle aussi connu un bel essor l'an passé.  Les particuliers ont emprunté 9% de capital supplémentaire en comparaison avec 2019 (8% pour les personnes morales). Un phénomène qui s'explique notamment par des besoins de financement liés à des projets immobiliers (toujours plus coûteux).

Fin 2020, selon la Banque centrale du Luxembourg, les prêts immobiliers accordés sur l'année représentaient plus de 2,5 milliards d'euros.

Par contre, réduisant leur consommation ou repoussant leurs achats à des jours meilleurs, les ménages faisant appel à des banques luxembourgeoises ont moins eu recours aux prêts à l'équipement et au crédit-bail. Une baisse de 10% a été enregistrée en 2020 par rapport aux chiffres de 2019.

Mais cette première année marquée par la pandémie a vu la clientèle s'orienter massivement vers les solutions numériques proposées par les établissements bancaires. De gré ou de force, poussés par les fermetures ou les mesures sanitaires ayant notamment poussé au paiement sans contact. Dans ses statistiques, l'ABBL note que les transferts d'argent effectués via l'e-banking ont ainsi augmenté de 6% sur douze mois. Une tendance encore plus forte pour les indépendants (+32%).

Parallèlement, les retraits d'espèces aux distributeurs automatiques devaient chuter de 25% en montant, et 51% pour les retraits en liquide demandés en agence. «Cela s'inscrit dans la continuité d'une tendance déjà observée en 2019», note au passage l'ABBL.  

Suivez-nous sur Facebook, Twitter et abonnez-vous à notre newsletter de 17h.


Sur le même sujet

La banque implantée sur le site de Belval a écopé d'une amende de 237.000 euros de la part de la Commission de surveillance du secteur financier (CSSF) en raison de l'existence d'«un certain nombre de faiblesses» dans son dispositif de lutte contre le blanchiment et le financement du terrorisme.
Wirtschaft, classement des banques, RBC Investor Services Bank SA  Bank, Banken, Foto: Guy Wolff/ Luxemburger Wort
L’Union bancaire privée suisse vient de mettre la main sur la branche de gestion de fortune de Danske Bank au Luxembourg. De quoi encore renforcer son ancrage fort à la Place financière grand-ducale.
Malgré les législations mises en place, la lutte contre la corruption et le financement du terrorisme reste encore et toujours d'actualité, indique le dernier rapport de la Cour des comptes européenne. Un phénomène qui représentait 1,3% du PIB des 27, soit 210 milliards chaque année.
La Banque internationale à Luxembourg voit elle aussi son résultat 2020 affecté par la crise. Avec cette année plus de dépôts clients, mais des règlements d'emprunts qui ont dû être reportés.
La Banque centrale du Luxembourg aura un nouveau directeur à compter du 1er juin prochain. Pierre Beck faisant valoir ses droits à la retraite après avoir occupé cette fonction pendant douze ans.
23.3. Banque Centrale / BCL /bd Royal / Zentralbank  foto: Guy Jallay
La banque et caisse d'épargne s'étant montrée bienveillante en proposant des reports de remboursements à certains de ses clients, ses résultats 2020 s'en trouvent affectés. Reste une situation positive avec 135 millions d'euros de bénéfices.
WI,Schliessung Sparkassenfilialen,BCEE,Spuerkees. hier: Pommerlach.Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
40 des 700 salariés de la banque suisse quitteront le Kirchberg pour Francfort au cours du deuxième semestre 2022, confirme l'établissement bancaire qui souhaite renforcer sa présence «sur un marché de croissance-clé pour la société».
WI,Pictet & Cie. 30 ans de développement dans l'Union Européenne depuisle Luxembourg.Déjeuner de presse. Foto: Gerry Huberty/Luxemburger Wort
Malgré une année marquée par la crise, la banque luxembourgeoise fait état jeudi d'une augmentation de 15 % de son revenu net en 2020. Des résultats qui s'expliqueraient par «les activités très diversifiées de la banque», à en croire la présidente du comité exécutif.
Wirtschaft, Illustartion, Bank, Bank, BGL BNP Paribas Foto: Anouk Antony/Luxemburger Wort