Changer d'édition

L'ABBL à la recherche de la bonne stratégie
Économie 4 min. 03.02.2020

L'ABBL à la recherche de la bonne stratégie

A la recherche d'un nouveau «patron» de l'ABBL, Yves Maas occupe les fonctions de directeur général par intérim.

L'ABBL à la recherche de la bonne stratégie

A la recherche d'un nouveau «patron» de l'ABBL, Yves Maas occupe les fonctions de directeur général par intérim.
Photo: Chris Karaba
Économie 4 min. 03.02.2020

L'ABBL à la recherche de la bonne stratégie

(pj avec Marco Meng) Serge de Cillia occupait la fonction de directeur général de l'Association des Banques et Banquiers Luxembourg (ABBL) depuis 2014. C'est dire si l'annonce inattendue de sa démission a pu interpeller la Place. Remplaçant depuis l'automne 2019, Yves Maas tente de remettre l'ABBL sur une voie d'avenir.

Le départ soudain de Serge de Cillia a constitué une surprise...

Yves Maas: «Je pense que le monde extérieur a perçu l'événement un peu différemment que ce qui s'est passé en interne. Bien avant cela, il y avait déjà eu débats entre le conseil d'administration et la direction sur la stratégie future de l'ABBL. Et les avis étaient partagés à ce sujet. Nous nous sommes donc retrouvés dans une situation où nous avions besoin d'une solution relativement rapide. On m'a alors demandé si je pouvais assumer les fonctions à titre provisoire. C'est ainsi que le changement est intervenu.


Yves Maas avait déjà présidé l'ABBL de 2014 à 2018. Il prendra ses nouvelles fonctions au 1er décembre.
Yves Maas devient CEO par intérim d'ABBL
Après des tensions au sein de l'association des banques et banquiers du Luxembourg, Serge De Cillia a démissionné de ses fonctions. Si son successeur n'a pas été officiellement désigné, ses missions ont été confiées temporairement à l'ancien président de l'ABBL.

 Je crois que des divergences stratégiques se produisent partout, et qu'il faut juste savoir en tirer les conséquences. C'est ainsi que cela s'est passé.

Vous ne voudriez donc pas diriger l'ABBL à long terme ?

«Il ne s'agit pas de vouloir. Je le fais maintenant pour une période limitée et avec l'énergie nécessaire pour un tel poste. Mais l'un de mes objectifs premiers est bien de trouver un successeur, avec notre président et le conseil d'administration. 

C'est un peu comme si la situation tendue du paysage bancaire européen se reflétait dans l'ABBL ?

«Absolument. Nous ne pouvons pas y échapper. Nous représentons nos membres, nous travaillons avec eux, nous avons les mêmes problématiques, et nous devons travailler avec chacun sur ces questions. Il n'y a pas eu de plaintes sur notre rôle, mais des commentaires sur ce qui devait changer. Il y avait un tel sentiment latent que nous n'étions plus perçus comme l'ABBL. Nous y remédions maintenant par notre orientation stratégique.

Illustration: ABBL

Qu'entendez-vous par orientation stratégique ?

«Nous devons nous concentrer sur trois points : comment travailler avec nos membres, ou plutôt, comment promouvoir la coopération entre membres, et comment trouver des solutions avec eux. L'ABBL doit également gagner en visibilité. Le deuxième axe est l'ensemble de l'aspect réglementaire, sur lequel nous avons déjà beaucoup travaillé par le passé. Mais peut-être pas de la manière stratégique nécessaire.

Nous devons aussi être davantage impliqués dans les processus. A nous d'anticiper ce qui va se passer dans les 12, 18, 24 mois à venir dans le domaine bancaire. Nous devons donc maintenir les contacts appropriés et essayer d'intervenir relativement tôt dans le processus afin de pouvoir éventuellement amener certaines décisions dans une direction plus acceptable.

Enfin, nous devons parler le même langage avec notre conseil d'administration et élaborer des positions qui soient les mêmes pour tous et que nous soutenons tous.»

Yves Maas aura présidé le conseil d'administration de l'ABBL de 2014 à 2018.
Yves Maas aura présidé le conseil d'administration de l'ABBL de 2014 à 2018.
Photo: Chris Karaba

Qu'entendez-vous exactement par "anticiper ce qui va se passer" ?

«Par exemple, tout le débat sur le climat. Cela aura un impact réglementaire sur le secteur bancaire aussi. Nous devrons travailler sur nos produits d'investissement, réviser notre politique de crédit, etc. Les banques doivent contribuer à ce changement et ont beaucoup de travail face à elles.

Mais prenons également l'ensemble de l'environnement numérique. Sur ce point encore, nos membres ont beaucoup à faire pour préparer l'avenir. La banque d'aujourd'hui n'est pas la même que celle que nous verrons dans cinq à dix ans. C'est pourquoi nous avons quelque peu restructuré nos activités au cours des deux derniers mois pour pouvoir répondre aux points mentionnés précédemment. 

Quelles sont les tâches les plus urgentes ?

«Le fait que les banques luxembourgeoises perdent un demi-milliard d'euros chaque année à cause des taux d'intérêt de pénalité de la BCE ne peut guère être modifié par l'ABBL. La pression des coûts ne s'est pas dissipée, mais en même temps, les taux d'intérêt bas signifient que les banques ne peuvent plus générer les revenus qu'elles ont connus dans le passé. Le marché des valeurs mobilières se porte bien. Mais même cela n'est probablement que temporaire. À un moment donné, il y aura une correction, ce qui signifie que certaines banques qui, aujourd'hui, enregistrent encore des chiffres positifs, cesseront soudainement de noter ces bons résultats. Cela conduira à une consolidation plus poussée, tant en Europe qu'au Luxembourg. 


Serge de Cillia se montre satisfait, mais ne crie pas victoire: «L'accord est le fruit de concessions réciproques.»
«Une convention de grande qualité»
Après s'être astreint à un silence médiatique le temps des discussions, le directeur de l'Association des Banques et Banquiers du Luxembourg (ABBL), Serge de Cillia, s'exprime pour la première fois sur les revendications patronales et l'accord de principe trouvé avec les syndicats.

Cela signifie-t-il qu'il y aura moins de banques à l'avenir ?

«Oui, certainement. C'est une face de la médaille. L'autre est la numérisation qui fait entrer de nouveaux acteurs sur les marchés, dans le paysage bancaire. Les services de paiement en sont un exemple classique. Les banques doivent coopérer avec de nouveaux prestataires de services. Nous devons trouver notre chemin dans ce nouvel environnement. Et il est important pour nous, en tant qu'association, de travailler avec nos membres de façon à ce que ces changements ne prennent pas nos membres au dépourvu. Mieux vaut qu'ils se retrouvent armés pour façonner le changement.» 


Sur le même sujet

«Un intérêt commun pour la Place d'attirer les meilleurs»
Alors que le secteur financier reste le principal pilier de l'économie, la question de son attractivité reste au centre des discussions. Pour l'Aleba, principal syndicat de la Place, la nouvelle convention collective doit garantir cette situation, même si «certaines ambiguïtés» demeurent.
Wort.fr, interview de  Roberto Mendolia, Aleba Foto: Chris Karaba/Luxemburger Wort
Une année sous le signe de la volatilité des marchés
Quintet Private Bank table sur une importante instabilité en 2020. L'économie devrait poursuivre son expansion, mais les investisseurs devront «envisager des approches alternatives pour réaliser des performances durables dans un contexte de faibles rendements.»
Quintet Private Bank table sur une importante instabilité des marchés en 2020
La justice financière manque de soldats
Cinq ans après les révélations des LuxLeaks, la lutte contre la criminalité en col blanc ne parvient pas à décoller, d'après les magistrats aux commandes. En cause, le manque de personnel qualifié et des affaires de plus en plus sophistiquées.
Les cadres de la lutte contre les crimes fiscaux aimeraient «agrandir» leurs équipes.
Le vert porte bonheur à la Bourse de Luxembourg
La finance durable, sur laquelle l'établissement a été le premier à se positionner, a fait les beaux jours de 2019. Pour Robert Scharfe, nul doute qu'il sera de même cette année. La marge est grande pour les «green bonds» qui ne représentent encore que 5% des transactions de la Bourse.
Robert Scharfe, CEO Bourse de Luxembourg - Foto: Pierre Matgé/Luxemburger Wort
Le 26e jour de congé sur la Place fait toujours débat
Le conflit qui oppose syndicats du secteur bancaire et représentants du patronat sur l'application d'un nouveau jour de congé reste d'actualité malgré la tenue, mardi, d'une réunion spécifique. Les syndicats prévoient d'ores et déjà «une série de mesures».
Finanzplatz Luxemburg. Banken, Bänker Boulevard Royal. Foto: Guy Wolff